Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | LE PRESIDENT

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=

Lancement du processus du MAEP au Mali - 23-25 Juin 2007
Allocution de Dr. Dorothy L. NDJEUMA
Allocution de Dr. Dorothy L. NDJEUMA, Chef de la délégation du MAEP et Présidente du Panel des Eminentes personnalités du MAEP

   

Dr. Drothy L. NDJEUMA, Chef de Mission du MAEP Excellence Monsieur le Président de la République,

Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres,

Excellences Mesdames et Messieurs les Représentants du Corps Diplomatique et Consulaire,

Distingués Invités,

Honorables Membres de la Commission Nationale,

Mesdames et Messieurs,

C’est un grand plaisir pour moi et la délégation que je conduis, et pour le Panel du MAEP que j’ai l’honneur de représenter dans cette cérémonie, d’avoir l’opportunité de m’adresser à cette auguste assemblée à l’occasion du lancement du mécanisme d’évaluation par les pairs au Mali. Permettez-moi de remercier les autorités maliennes pour cette louable initiative. Permettez-moi également de saisir cette opportunité, Excellence Monsieur le Président, pour remercier les autorités Maliennes, de l’accueil chaleureux qui nous a été réservé depuis notre arrivée dans votre beau pays.

Excellence Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Le MAEP est une initiative des chefs d’Etat africains, qui vise à promouvoir une culture de dialogue politique entre les différents acteurs nationaux d’une part, et à favoriser les échanges d’expériences entre Etats d’autre part, afin de conduire les Etats Africains, individuellement et collectivement, à la stabilité politique, à une croissance économique accrue, au développement durable, et à une intégration économique régionale et continentale accélérée.

Excellence Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Dans sa conception et dans la pratique, le MAEP vise à encourager et à donner aux Etats membres participants, les moyens d’adopter des mesures et des pratiques conformes aux objectifs, valeurs, codes et ormes définis de façon commune dans les domaines de la gouvernance politique, économique et institutionnelle, et en matière de développement socioéconomique, qui sont contenus dans la déclarations sur la démocratie, la gouvernance politique, économique et institutionnelle de l’Union Africaine.

A ce titre, le MAEP a suscité de nombreuses attentes sur le continent et au-delà, en tant qu’instrument primordial pour promouvoir les réformes en matière de gouvernance, de développement socioéconomique et de renforcement des capacités de nos pays. Cependant, ceci n’est possible qu’à travers des actions concertées au niveau national visant à associer tous les partenaires nationaux, à l’identification et à la mise en œuvre des priorités nationales. C’est pour cette raison que le premier principe du MAEP est : L’APPROPRIATION PAR LES NATIONAUX ET L’INITIATIVE AUX NATIONAUX.

A cet égard, il convient de souligner que le MAEP est un mécanisme fondé sur l’adhésion volontaire, qui vise avant tout à promouvoir le dialogue et la recherche du consensus entre les partenaires nationaux au niveau national sur les questions fondamentales de gouvernance. C’est un processus d’autoévaluation et d’autosurveillance qui doit être initié et conduit en premier lieu par le pays lui-même. A cet effet, le secrétariat du MAEP a déjà envoyé un questionnaire sur les quatre secteurs du MAEP, à savoir, comme l’a si bien expliqué le Ministre ayant l’intégration régionale dans ses attributions, Point Focal du MAEP au Mali, la Démocratie et Gouvernance Politique, Gouvernance et Gestion Economiques, Gouvernance d’Entreprises et Développement Socio-Economique. Sur la base de ce questionnaire, avec l’aide des Institutions Techniques de Recherche nationales ou régionales compétentes, le pays développera une autoévaluation.

L’aboutissement du processus sera l’évaluation d’un Programme d’action, avec des objectifs établis en fonction des priorités définies de manière consensuelle au niveau de l’autoévaluation, et des échéances précises, afin de guider tous les partenaires dans les actions requises par tous : les pouvoirs publics, le secteur privé, la société civile – en vue de réaliser une vision de développement commune. A cet égard, la Commission Nationale du MAEP qui a été mise en place aura un rôle primordial à jouer, car c’est elle qui est chargée de veiller à ce que le processus soit techniquement viable et transparent, en s’appuyant sur la participation effective de tous les principaux partenaires sociaux nationaux.

Excellence Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Le processus d’évaluation par les pairs ne s’arrête pas à l’exercice d’autoévaluation. Une fois l’autoévaluation complétée, le Panel du MAEP dirigera une visite de plusieurs experts dans les quatre domaines thématiques du MAEP pour entreprendre de larges consultations avec le Gouvernement, les partis politiques, des parlementaires et des représentants des organisations religieuses, le monde universitaire, les syndicats, les hommes d’affaires et les organisations professionnelles. L’objectif de cette phase est d’approfondir les questions qui auront été soulevées lors de l’autoévaluation.

Ensuite, le projet de rapport de l’Equipe d’Equipe d’évaluation sera soumis au Gouvernement Malien pour commentaires. Ce sera l’occasion pour le Gouvernement de réagir aux résultats de l’évaluation, et de présenter ses propres points de vue sur la manière de pallier aux faiblesses identifiées. Ce n’est qu’après cette phase que le rapport sera soumis aux Chefs d’Etat membres du Forum du MAEP pour la revue par les pairs proprement dite.

A la date d’aujourd’hui, Excellence Monsieur le Président, trois rapports ont déjà été présentés aux Chefs d’Etat du MAEP, celui du Ghana, celui du Rwanda et celui du Kenya. La revue par les pairs de l’Afrique du Sud et de l’Algérie auront lieu au prochain Sommet du Forum qui se tiendra à Accra, au Ghana en date du 30 juin 2007. Certains autres pays comme le Bénin, l’Uganda et le Nigeria se trouvent déjà à un stade avancé du processus. Viennent dans le troisième peloton ceux qui ont reçu la Mission de soutien et signé le protocole d’entente du MAEP, pays parmi lesquels figure, dès ce jour, la République du Mali.

Excellence Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi de réitérer que l’exercice que nous allons mener au cours des mois à venir est unique dans son genre, car c’est la première fois qu’une telle méthodologie soit mise en œuvre. L’Afrique tente ainsi de trouver des solutions à ses problèmes en combinant à la fois une approche scientifique, politique et culturelle. L’évaluation elle-même se fera sur des bases scientifiques par des institutions techniques choisies parmi les meilleures institutions de votre pays, selon les critères de compétence, professionnalisme, intégrité et crédibilité. Le plan d’Action qui en découlera sera le fruit d’une négociation politique entre les différentes parties prenantes qui composent la Commission Nationale et le peuple Malien en général ; et du respect de vos valeurs culturelles pour bâtir un consensus minimum autour de l’essentiel. Le Panel des éminentes personnalités du MAEP sera toujours à vos côtés, pour vous prêter assistance autant que de besoin.

En effet, le rôle central qu’occupe le Panel des éminentes personnalités au sein du MAEP consiste à surveiller le déroulement du processus et à garantir son intégrité. Le Panel a ainsi pour rôle principal d’appuyer les activités menées par le pays, notamment en prodiguant des conseils et en apportant les outils techniques appropriés. Le Panel est aussi appelé à tirer les leçons des expériences des pays et à faciliter le partage des meilleures pratiques pour l’apprentissage entre pairs. A cet égard, le Panel peut à ce stade vous apporter l’expérience du Ghana, du Rwanda, du Kenya, de l’Afrique du Sud et de l’Algérie qui ont présenté leurs rapports au Forum.

Enfin, comme il a été expliqué précédemment, le Panel assume la direction des missions d’évaluation et adresse des recommandations aux Chefs d’Etat et de Gouvernement participants, par la remise d’un rapport final. Il reviendra ensuite aux Chefs d’Etat d’engager des discussions entre Pairs avec le pays évalué.

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi, avant de terminer mon propos, de dire un mot sur la mission de soutien au processus du MAEP.

L’expérience a montré que la compréhension de l’ensemble des processus du MAEP diffère de pays en pays, plus particulièrement lorsqu’il s’agit des préparatifs pour la participation au MAEP, tels que dispositions institutionnelles et organisationnelles permettant la participation efficace de partenaires principaux, ou même la mise sur pied des mécanismes de participation. Aussi, le Panel du MAEP a-t-il suggéré une phase préparatoire, comprenant les missions de soutien, pour s’assurer d’une compréhension commune des philosophies, règles et processus du MAEP, et d’assurer le soutien aux pays Participants sur d’autres aspects des processus nationaux pour lesquels ils signaleraient le besoin. Ainsi donc, au cours de cette visite, l’équipe du MAEP travaillera avec le point focal, la Commission nationale, les acteurs étatiques et non-étatiques, pour dégager une vision commune sur le processus de mise en œuvre du MAEP au Mali.

En guise de conclusion, Excellence Monsieur le Président, permettez-moi de rappeler que le Mécanisme Africain d’Evaluation par les Paies (MAEP) est un instrument de transformation sociale pour l’Afrique et c’est pour cela que les chefs d’Etat et de Gouvernement se sont engagés à le mettre en œuvre. C’est aussi ce que les Institutions Africaines telles que l’Union Africaine, la Banque Africaine de Développement, la Commission Economique pour l’Afrique, le Bureau Afrique du PNUD ont compris, en se mettant résolument à la disposition des pays et du Panel pour la réussite d’un objectif qui peut changer la face de l’Afrique dans le monde d’aujourd’hui. Je tiens encore une fois à remercier les représentants de ces institutions ici présents, qui nous ont accompagnés au Mali pour accomplit cette mission.

Par ailleurs, nous sommes tous conscients du courage politique dont votre pays, le Mali, a fait preuve en se proposant pour être dans le groupe des pays qui se sont lancés dans une telle aventure. C’est une décision de haute portée qui prouve que vous êtes déterminés à combattre la pauvreté et les inégalités dans votre pays, à asseoir des pratiques de bonne gouvernance politique et macro-économique, à accélérer et à relever les taux de croissance, à fonder les bases d’un développement durable et enfin à participer à la renaissance du continent Africain.

Je vous prie donc, Excellence Monsieur le Président, d’être notre interprète auprès du Peuple Malien tout entier, pour leur traduire notre gratitude et notre solidarité, mais aussi notre souhait afin que cet exercice devienne un temps fort du renforcement du processus démocratique au Mali, et contribue à asseoir la concorde et la prospérité, tel que cela a toujours été inscrit dans votre stratégie nationale de développement.

Je vous remercie.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres,

Excellences Mesdames et Messieurs les Représentants du Corps Diplomatique et Consulaire,

Distingués Invités,

Honorables Membres de la Commission Nationale,

Mesdames et Messieurs,

C’est un grand plaisir pour moi et la délégation que je conduis, et pour le Panel du MAEP que j’ai l’honneur de représenter dans cette cérémonie, d’avoir l’opportunité de m’adresser à cette auguste assemblée à l’occasion du lancement du mécanisme d’évaluation par les pairs au Mali. Permettez-moi de remercier les autorités maliennes pour cette louable initiative. Permettez-moi également de saisir cette opportunité, Excellence Monsieur le Président, pour remercier les autorités Maliennes, de l’accueil chaleureux qui nous a été réservé depuis notre arrivée dans votre beau pays.

Excellence Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Le MAEP est une initiative des chefs d’Etat africains, qui vise à promouvoir une culture de dialogue politique entre les différents acteurs nationaux d’une part, et à favoriser les échanges d’expériences entre Etats d’autre part, afin de conduire les Etats Africains, individuellement et collectivement, à la stabilité politique, à une croissance économique accrue, au développement durable, et à une intégration économique régionale et continentale accélérée.

Excellence Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Dans sa conception et dans la pratique, le MAEP vise à encourager et à donner aux Etats membres participants, les moyens d’adopter des mesures et des pratiques conformes aux objectifs, valeurs, codes et ormes définis de façon commune dans les domaines de la gouvernance politique, économique et institutionnelle, et en matière de développement socioéconomique, qui sont contenus dans la déclarations sur la démocratie, la gouvernance politique, économique et institutionnelle de l’Union Africaine.

A ce titre, le MAEP a suscité de nombreuses attentes sur le continent et au-delà, en tant qu’instrument primordial pour promouvoir les réformes en matière de gouvernance, de développement socioéconomique et de renforcement des capacités de nos pays. Cependant, ceci n’est possible qu’à travers des actions concertées au niveau national visant à associer tous les partenaires nationaux, à l’identification et à la mise en œuvre des priorités nationales. C’est pour cette raison que le premier principe du MAEP est : L’APPROPRIATION PAR LES NATIONAUX ET L’INITIATIVE AUX NATIONAUX.

A cet égard, il convient de souligner que le MAEP est un mécanisme fondé sur l’adhésion volontaire, qui vise avant tout à promouvoir le dialogue et la recherche du consensus entre les partenaires nationaux au niveau national sur les questions fondamentales de gouvernance. C’est un processus d’autoévaluation et d’autosurveillance qui doit être initié et conduit en premier lieu par le pays lui-même. A cet effet, le secrétariat du MAEP a déjà envoyé un questionnaire sur les quatre secteurs du MAEP, à savoir, comme l’a si bien expliqué le Ministre ayant l’intégration régionale dans ses attributions, Point Focal du MAEP au Mali, la Démocratie et Gouvernance Politique, Gouvernance et Gestion Economiques, Gouvernance d’Entreprises et Développement Socio-Economique. Sur la base de ce questionnaire, avec l’aide des Institutions Techniques de Recherche nationales ou régionales compétentes, le pays développera une autoévaluation.

L’aboutissement du processus sera l’évaluation d’un Programme d’action, avec des objectifs établis en fonction des priorités définies de manière consensuelle au niveau de l’autoévaluation, et des échéances précises, afin de guider tous les partenaires dans les actions requises par tous : les pouvoirs publics, le secteur privé, la société civile – en vue de réaliser une vision de développement commune. A cet égard, la Commission Nationale du MAEP qui a été mise en place aura un rôle primordial à jouer, car c’est elle qui est chargée de veiller à ce que le processus soit techniquement viable et transparent, en s’appuyant sur la participation effective de tous les principaux partenaires sociaux nationaux.

Excellence Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Le processus d’évaluation par les pairs ne s’arrête pas à l’exercice d’autoévaluation. Une fois l’autoévaluation complétée, le Panel du MAEP dirigera une visite de plusieurs experts dans les quatre domaines thématiques du MAEP pour entreprendre de larges consultations avec le Gouvernement, les partis politiques, des parlementaires et des représentants des organisations religieuses, le monde universitaire, les syndicats, les hommes d’affaires et les organisations professionnelles. L’objectif de cette phase est d’approfondir les questions qui auront été soulevées lors de l’autoévaluation.

Ensuite, le projet de rapport de l’Equipe d’Equipe d’évaluation sera soumis au Gouvernement Malien pour commentaires. Ce sera l’occasion pour le Gouvernement de réagir aux résultats de l’évaluation, et de présenter ses propres points de vue sur la manière de pallier aux faiblesses identifiées. Ce n’est qu’après cette phase que le rapport sera soumis aux Chefs d’Etat membres du Forum du MAEP pour la revue par les pairs proprement dite.

A la date d’aujourd’hui, Excellence Monsieur le Président, trois rapports ont déjà été présentés aux Chefs d’Etat du MAEP, celui du Ghana, celui du Rwanda et celui du Kenya. La revue par les pairs de l’Afrique du Sud et de l’Algérie auront lieu au prochain Sommet du Forum qui se tiendra à Accra, au Ghana en date du 30 juin 2007. Certains autres pays comme le Bénin, l’Uganda et le Nigeria se trouvent déjà à un stade avancé du processus. Viennent dans le troisième peloton ceux qui ont reçu la Mission de soutien et signé le protocole d’entente du MAEP, pays parmi lesquels figure, dès ce jour, la République du Mali.

Excellence Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi de réitérer que l’exercice que nous allons mener au cours des mois à venir est unique dans son genre, car c’est la première fois qu’une telle méthodologie soit mise en œuvre. L’Afrique tente ainsi de trouver des solutions à ses problèmes en combinant à la fois une approche scientifique, politique et culturelle. L’évaluation elle-même se fera sur des bases scientifiques par des institutions techniques choisies parmi les meilleures institutions de votre pays, selon les critères de compétence, professionnalisme, intégrité et crédibilité. Le plan d’Action qui en découlera sera le fruit d’une négociation politique entre les différentes parties prenantes qui composent la Commission Nationale et le peuple Malien en général ; et du respect de vos valeurs culturelles pour bâtir un consensus minimum autour de l’essentiel. Le Panel des éminentes personnalités du MAEP sera toujours à vos côtés, pour vous prêter assistance autant que de besoin.

En effet, le rôle central qu’occupe le Panel des éminentes personnalités au sein du MAEP consiste à surveiller le déroulement du processus et à garantir son intégrité. Le Panel a ainsi pour rôle principal d’appuyer les activités menées par le pays, notamment en prodiguant des conseils et en apportant les outils techniques appropriés. Le Panel est aussi appelé à tirer les leçons des expériences des pays et à faciliter le partage des meilleures pratiques pour l’apprentissage entre pairs. A cet égard, le Panel peut à ce stade vous apporter l’expérience du Ghana, du Rwanda, du Kenya, de l’Afrique du Sud et de l’Algérie qui ont présenté leurs rapports au Forum.

Enfin, comme il a été expliqué précédemment, le Panel assume la direction des missions d’évaluation et adresse des recommandations aux Chefs d’Etat et de Gouvernement participants, par la remise d’un rapport final. Il reviendra ensuite aux Chefs d’Etat d’engager des discussions entre Pairs avec le pays évalué.

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi, avant de terminer mon propos, de dire un mot sur la mission de soutien au processus du MAEP.

L’expérience a montré que la compréhension de l’ensemble des processus du MAEP diffère de pays en pays, plus particulièrement lorsqu’il s’agit des préparatifs pour la participation au MAEP, tels que dispositions institutionnelles et organisationnelles permettant la participation efficace de partenaires principaux, ou même la mise sur pied des mécanismes de participation. Aussi, le Panel du MAEP a-t-il suggéré une phase préparatoire, comprenant les missions de soutien, pour s’assurer d’une compréhension commune des philosophies, règles et processus du MAEP, et d’assurer le soutien aux pays Participants sur d’autres aspects des processus nationaux pour lesquels ils signaleraient le besoin. Ainsi donc, au cours de cette visite, l’équipe du MAEP travaillera avec le point focal, la Commission nationale, les acteurs étatiques et non-étatiques, pour dégager une vision commune sur le processus de mise en œuvre du MAEP au Mali.

En guise de conclusion, Excellence Monsieur le Président, permettez-moi de rappeler que le Mécanisme Africain d’Evaluation par les Paies (MAEP) est un instrument de transformation sociale pour l’Afrique et c’est pour cela que les chefs d’Etat et de Gouvernement se sont engagés à le mettre en œuvre. C’est aussi ce que les Institutions Africaines telles que l’Union Africaine, la Banque Africaine de Développement, la Commission Economique pour l’Afrique, le Bureau Afrique du PNUD ont compris, en se mettant résolument à la disposition des pays et du Panel pour la réussite d’un objectif qui peut changer la face de l’Afrique dans le monde d’aujourd’hui. Je tiens encore une fois à remercier les représentants de ces institutions ici présents, qui nous ont accompagnés au Mali pour accomplit cette mission.

Par ailleurs, nous sommes tous conscients du courage politique dont votre pays, le Mali, a fait preuve en se proposant pour être dans le groupe des pays qui se sont lancés dans une telle aventure. C’est une décision de haute portée qui prouve que vous êtes déterminés à combattre la pauvreté et les inégalités dans votre pays, à asseoir des pratiques de bonne gouvernance politique et macro-économique, à accélérer et à relever les taux de croissance, à fonder les bases d’un développement durable et enfin à participer à la renaissance du continent Africain.

Je vous prie donc, Excellence Monsieur le Président, d’être notre interprète auprès du Peuple Malien tout entier, pour leur traduire notre gratitude et notre solidarité, mais aussi notre souhait afin que cet exercice devienne un temps fort du renforcement du processus démocratique au Mali, et contribue à asseoir la concorde et la prospérité, tel que cela a toujours été inscrit dans votre stratégie nationale de développement.

Je vous remercie.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres,

Excellences Mesdames et Messieurs les Représentants du Corps Diplomatique et Consulaire,

Distingués Invités,

Honorables Membres de la Commission Nationale,

Mesdames et Messieurs,

C’est un grand plaisir pour moi et la délégation que je conduis, et pour le Panel du MAEP que j’ai l’honneur de représenter dans cette cérémonie, d’avoir l’opportunité de m’adresser à cette auguste assemblée à l’occasion du lancement du mécanisme d’évaluation par les pairs au Mali. Permettez-moi de remercier les autorités maliennes pour cette louable initiative. Permettez-moi également de saisir cette opportunité, Excellence Monsieur le Président, pour remercier les autorités Maliennes, de l’accueil chaleureux qui nous a été réservé depuis notre arrivée dans votre beau pays.

Excellence Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Le MAEP est une initiative des chefs d’Etat africains, qui vise à promouvoir une culture de dialogue politique entre les différents acteurs nationaux d’une part, et à favoriser les échanges d’expériences entre Etats d’autre part, afin de conduire les Etats Africains, individuellement et collectivement, à la stabilité politique, à une croissance économique accrue, au développement durable, et à une intégration économique régionale et continentale accélérée.

Excellence Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Dans sa conception et dans la pratique, le MAEP vise à encourager et à donner aux Etats membres participants, les moyens d’adopter des mesures et des pratiques conformes aux objectifs, valeurs, codes et ormes définis de façon commune dans les domaines de la gouvernance politique, économique et institutionnelle, et en matière de développement socioéconomique, qui sont contenus dans la déclarations sur la démocratie, la gouvernance politique, économique et institutionnelle de l’Union Africaine.

A ce titre, le MAEP a suscité de nombreuses attentes sur le continent et au-delà, en tant qu’instrument primordial pour promouvoir les réformes en matière de gouvernance, de développement socioéconomique et de renforcement des capacités de nos pays. Cependant, ceci n’est possible qu’à travers des actions concertées au niveau national visant à associer tous les partenaires nationaux, à l’identification et à la mise en œuvre des priorités nationales. C’est pour cette raison que le premier principe du MAEP est : L’APPROPRIATION PAR LES NATIONAUX ET L’INITIATIVE AUX NATIONAUX.

A cet égard, il convient de souligner que le MAEP est un mécanisme fondé sur l’adhésion volontaire, qui vise avant tout à promouvoir le dialogue et la recherche du consensus entre les partenaires nationaux au niveau national sur les questions fondamentales de gouvernance. C’est un processus d’autoévaluation et d’autosurveillance qui doit être initié et conduit en premier lieu par le pays lui-même. A cet effet, le secrétariat du MAEP a déjà envoyé un questionnaire sur les quatre secteurs du MAEP, à savoir, comme l’a si bien expliqué le Ministre ayant l’intégration régionale dans ses attributions, Point Focal du MAEP au Mali, la Démocratie et Gouvernance Politique, Gouvernance et Gestion Economiques, Gouvernance d’Entreprises et Développement Socio-Economique. Sur la base de ce questionnaire, avec l’aide des Institutions Techniques de Recherche nationales ou régionales compétentes, le pays développera une autoévaluation.

L’aboutissement du processus sera l’évaluation d’un Programme d’action, avec des objectifs établis en fonction des priorités définies de manière consensuelle au niveau de l’autoévaluation, et des échéances précises, afin de guider tous les partenaires dans les actions requises par tous : les pouvoirs publics, le secteur privé, la société civile – en vue de réaliser une vision de développement commune. A cet égard, la Commission Nationale du MAEP qui a été mise en place aura un rôle primordial à jouer, car c’est elle qui est chargée de veiller à ce que le processus soit techniquement viable et transparent, en s’appuyant sur la participation effective de tous les principaux partenaires sociaux nationaux.

Excellence Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Le processus d’évaluation par les pairs ne s’arrête pas à l’exercice d’autoévaluation. Une fois l’autoévaluation complétée, le Panel du MAEP dirigera une visite de plusieurs experts dans les quatre domaines thématiques du MAEP pour entreprendre de larges consultations avec le Gouvernement, les partis politiques, des parlementaires et des représentants des organisations religieuses, le monde universitaire, les syndicats, les hommes d’affaires et les organisations professionnelles. L’objectif de cette phase est d’approfondir les questions qui auront été soulevées lors de l’autoévaluation.

Ensuite, le projet de rapport de l’Equipe d’Equipe d’évaluation sera soumis au Gouvernement Malien pour commentaires. Ce sera l’occasion pour le Gouvernement de réagir aux résultats de l’évaluation, et de présenter ses propres points de vue sur la manière de pallier aux faiblesses identifiées. Ce n’est qu’après cette phase que le rapport sera soumis aux Chefs d’Etat membres du Forum du MAEP pour la revue par les pairs proprement dite.

A la date d’aujourd’hui, Excellence Monsieur le Président, trois rapports ont déjà été présentés aux Chefs d’Etat du MAEP, celui du Ghana, celui du Rwanda et celui du Kenya. La revue par les pairs de l’Afrique du Sud et de l’Algérie auront lieu au prochain Sommet du Forum qui se tiendra à Accra, au Ghana en date du 30 juin 2007. Certains autres pays comme le Bénin, l’Uganda et le Nigeria se trouvent déjà à un stade avancé du processus. Viennent dans le troisième peloton ceux qui ont reçu la Mission de soutien et signé le protocole d’entente du MAEP, pays parmi lesquels figure, dès ce jour, la République du Mali.

Excellence Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi de réitérer que l’exercice que nous allons mener au cours des mois à venir est unique dans son genre, car c’est la première fois qu’une telle méthodologie soit mise en œuvre. L’Afrique tente ainsi de trouver des solutions à ses problèmes en combinant à la fois une approche scientifique, politique et culturelle. L’évaluation elle-même se fera sur des bases scientifiques par des institutions techniques choisies parmi les meilleures institutions de votre pays, selon les critères de compétence, professionnalisme, intégrité et crédibilité. Le plan d’Action qui en découlera sera le fruit d’une négociation politique entre les différentes parties prenantes qui composent la Commission Nationale et le peuple Malien en général ; et du respect de vos valeurs culturelles pour bâtir un consensus minimum autour de l’essentiel. Le Panel des éminentes personnalités du MAEP sera toujours à vos côtés, pour vous prêter assistance autant que de besoin.

En effet, le rôle central qu’occupe le Panel des éminentes personnalités au sein du MAEP consiste à surveiller le déroulement du processus et à garantir son intégrité. Le Panel a ainsi pour rôle principal d’appuyer les activités menées par le pays, notamment en prodiguant des conseils et en apportant les outils techniques appropriés. Le Panel est aussi appelé à tirer les leçons des expériences des pays et à faciliter le partage des meilleures pratiques pour l’apprentissage entre pairs. A cet égard, le Panel peut à ce stade vous apporter l’expérience du Ghana, du Rwanda, du Kenya, de l’Afrique du Sud et de l’Algérie qui ont présenté leurs rapports au Forum.

Enfin, comme il a été expliqué précédemment, le Panel assume la direction des missions d’évaluation et adresse des recommandations aux Chefs d’Etat et de Gouvernement participants, par la remise d’un rapport final. Il reviendra ensuite aux Chefs d’Etat d’engager des discussions entre Pairs avec le pays évalué.

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi, avant de terminer mon propos, de dire un mot sur la mission de soutien au processus du MAEP.

L’expérience a montré que la compréhension de l’ensemble des processus du MAEP diffère de pays en pays, plus particulièrement lorsqu’il s’agit des préparatifs pour la participation au MAEP, tels que dispositions institutionnelles et organisationnelles permettant la participation efficace de partenaires principaux, ou même la mise sur pied des mécanismes de participation. Aussi, le Panel du MAEP a-t-il suggéré une phase préparatoire, comprenant les missions de soutien, pour s’assurer d’une compréhension commune des philosophies, règles et processus du MAEP, et d’assurer le soutien aux pays Participants sur d’autres aspects des processus nationaux pour lesquels ils signaleraient le besoin. Ainsi donc, au cours de cette visite, l’équipe du MAEP travaillera avec le point focal, la Commission nationale, les acteurs étatiques et non-étatiques, pour dégager une vision commune sur le processus de mise en œuvre du MAEP au Mali.

En guise de conclusion, Excellence Monsieur le Président, permettez-moi de rappeler que le Mécanisme Africain d’Evaluation par les Paies (MAEP) est un instrument de transformation sociale pour l’Afrique et c’est pour cela que les chefs d’Etat et de Gouvernement se sont engagés à le mettre en œuvre. C’est aussi ce que les Institutions Africaines telles que l’Union Africaine, la Banque Africaine de Développement, la Commission Economique pour l’Afrique, le Bureau Afrique du PNUD ont compris, en se mettant résolument à la disposition des pays et du Panel pour la réussite d’un objectif qui peut changer la face de l’Afrique dans le monde d’aujourd’hui. Je tiens encore une fois à remercier les représentants de ces institutions ici présents, qui nous ont accompagnés au Mali pour accomplit cette mission.

Par ailleurs, nous sommes tous conscients du courage politique dont votre pays, le Mali, a fait preuve en se proposant pour être dans le groupe des pays qui se sont lancés dans une telle aventure. C’est une décision de haute portée qui prouve que vous êtes déterminés à combattre la pauvreté et les inégalités dans votre pays, à asseoir des pratiques de bonne gouvernance politique et macro-économique, à accélérer et à relever les taux de croissance, à fonder les bases d’un développement durable et enfin à participer à la renaissance du continent Africain.

Je vous prie donc, Excellence Monsieur le Président, d’être notre interprète auprès du Peuple Malien tout entier, pour leur traduire notre gratitude et notre solidarité, mais aussi notre souhait afin que cet exercice devienne un temps fort du renforcement du processus démocratique au Mali, et contribue à asseoir la concorde et la prospérité, tel que cela a toujours été inscrit dans votre stratégie nationale de développement.

Je vous remercie.

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009