Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=

Activités gouvernementales
CONSEIL DES MINISTRES
Communiqué du Conseil des Ministres du jeudi 03 juillet 2008

   

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le jeudi 03 Juillet 2008 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la Présidence de son Excellence Amadou Toumani TOURE, Président de la République.

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le jeudi 03 Juillet 2008 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la Présidence de son Excellence Amadou Toumani TOURE, Président de la République.

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :

AU CHAPITRE DES MESURES LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES :

* AU TITRE DU MINISTERE DES FINANCES :

Le Conseil des Ministres a adopté :

1°) Un projet de décret portant approbation de l’avenant N°1 au marché relatif aux travaux d’entretien périodique de la route Bamako-Bougouni.

Les travaux d’entretien périodique de la route Bamako-Bougouni, d’une longueur de 153 km, ont été exécutés par l’entreprise SOGEA-SATOM, attributaire du marché passé à cet effet en 2005, pour un montant de 15 milliards de F CFA environ et un délai de 24 mois.

Cependant, au cours de l’exécution des travaux, il est apparu nécessaire de réaliser des travaux supplémentaires en vue de conforter la qualité des voies.

Un avenant a été conclu à cet effet avec le titulaire du marché initial pour un montant de 1 milliard 229 millions de F CFA environ et un délai d’exécution de 6 mois.

2°) Un projet de décret portant approbation de l’avenant N°1 au marché relatif aux travaux de voirie et de drainage des eaux pluviales du site des logements sociaux de Bamako (tranche 2006).

Le marché relatif à l’exécution des travaux de voirie et de drainage des eaux pluviales du site des 759 logements sociaux de Yirimadio a été attribué en 2006, à l’entreprise COVEC-Mali pour un montant de 1 milliard 956 millions de F CFA environ et un délai d’exécution de 90 jours.

Lors de l’exécution des travaux, la géographie du site qui se trouve dans une vallée accidentée traversée par un marigot, a nécessité l’exécution de travaux supplémentaires. Ces travaux ont consisté en des terrassements, des créations de voies et des rehaussements en vue de sécuriser les logements.

Un avenant a été conclu à cet effet pour un montant de 476 millions de F CFA environ et un délai d’exécution de 1 mois.

AU CHAPITRE DES MESURES INDIVIDUELLES :

Le Conseil des Ministres a procédé, au titre du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale à la nomination de Monsieur Gaoussou DRABO, Journaliste Réalisateur, en qualité d’Ambassadeur auprès de la République d’Italie, de la République de Roumanie, de la Grèce, de la République de Serbie, de la République de Bosnie-Herzégovine, de la République d’Albanie, de la République de Croatie, de la République de Slovenie avec résidence à Rome.

AU CHAPITRE DES COMMUNICATIONS ECRITES :

* AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DE L’INDUSTRIE ET DU COMMERCE :

Le Conseil des Ministres a examiné et approuvé la Stratégie Nationale pour le Développement de la Micro-finance et son Plan d’Action pour la période 2008-2012.

Le Gouvernement a assigné à la micro- finance un rôle de premier plan dans la réduction de la pauvreté et la croissance économique.

Cette importance est mise en exergue dans les différents documents cadre d’orientation de la politique de développement économique et social notamment le projet pour le Développement Economique et Social (PDES) et le Cadre Stratégique pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté et dans la Déclaration de Politique Générale du Gouvernement .

En vue de promouvoir le micro-crédit dans notre pays, le Gouvernement a adopté en 1998 un document de stratégie nationale pour le développement de la micro-finance assortie d’un plan d’action.

Une évaluation du secteur de la micro-finance, réalisée en octobre 2007, fait apparaître un total de 97 institutions comportant 1 110 unités de base, dominées par les institutions mutualistes (64%).

La croissance des effectifs s’est poursuivie. Le secteur comptabilisait en fin 2006, 819 231 sociétaires contre 522 002 en 2002. Les populations touchées sont majoritairement rurales (63%).

Au niveau des activités, le secteur a connu une croissance importante à partir de 2002. Le montant des dépôts s’est accru de 89,3% de 2002 à 2006 se situant à 38, 3 milliards de FCFA en fin 2006. Le montant des crédits à la clientèle a progressé de 114%, s’élevant à 56,9 milliards en fin 2006.

Cependant, malgré ce bilan, le secteur de la micro-finance reste fragile, car confronté à de nombreuses difficultés.

Ainsi, en fin 2006, 24% des institutions affichaient un résultat déficitaire. La couverture géographique du pays reste insuffisante et les taux d’intérêt pratiqués limitent l’accès au crédit.

En outre la plupart des institutions souffrent d’une insuffisance dans la gouvernance.

Aussi, la nouvelle stratégie nationale pour le développement de la micro-finance qui va couvrir la période de 2008-2012, prend en compte les acquis et les faiblesses relevés et vise à promouvoir dans notre pays un secteur de la micro-finance viable et pérenne capable d’offrir aux populations des services financiers diversifiés et innovants sur l’ensemble du territoire.

La stratégie s’articule autour de trois axes d’intervention, chacun étant décliné en actions.

* AU TITRE DU MINISTERE DES FINANCES :

Le Conseil des Ministres a examiné et approuvé le document de Stratégie de Développement du Secteur Financier pour la période 2008-2011.

Les années 1980 ont été marquées par une profonde crise qui a frappé le secteur bancaire et financier de notre pays et de la sous-région.

A la suite des autorités monétaires de la zone UMOA qui ont mis en œuvre d’importantes mesures d’assainissement du système financier, le Gouvernement du Mali a entrepris des réformes afin de permettre au secteur financier de jouer pleinement son rôle de soutien aux activités génératrices de croissance et de promotion du développement.

C’est dans ce cadre qu’il a mis en place en avril 2001 le Projet de Développement du Secteur Financier qui avait pour objectif d’améliorer la viabilité de ce secteur et de le rendre plus performant et compétitif de sorte qu’il puisse soutenir une croissance accélérée du secteur privé.

A la date du 30 avril 2008, le projet a été exécuté pour un montant de plus de 11 milliards de FCFA et il est intervenu dans les différents domaines du secteur financier et notamment dans le renforcement du secteur bancaire, le développement des marchés de capitaux, le renforcement des institutions financières non bancaires et du secteur de la micro-finance, l’amélioration du cadre légal et réglementaire.

En dépit des progrès qu’il a réalisés ces dernières années, le secteur financier de notre pays est loin d’avoir atteint son potentiel et de répondre aux attentes.

Ainsi, moins de 5% de la population dispose d’un compte bancaire ou utilise les services bancaires.

Bien que le nombre d’établissements bancaires soit passé de 9 en 2002 à 13 en 2008, le secteur bancaire est relativement concentré avec 4 banques représentant deux tiers des actifs et 70% des dépôts. Par ailleurs, 69% des agences bancaires sont situées dans les villes de Bamako, Ségou et Sikasso.

S’agissant des activités, il a été relevé que le système bancaire finance peu les petites et moyennes entreprises et le secteur rural.

Le secteur des assurances qui compte aujourd’hui 6 compagnies et une société d’assurance-vie est caractérisé par la faible pénétration du marché, la faible diversification des produits et les difficultés de règlement des sinistres.

Pour toutes ces raisons, le Gouvernement a décidé d’approfondir la stratégie de développement du secteur financier.

A ce titre, dans la période 2008-2011, il sera mise en œuvre des actions en vue de consolider les réformes, renforcer la stabilité et réaliser le développement du secteur.

Koulouba, le 03 juillet 2008

Le Secrétaire Général du Gouvernement

Fousseyni SAMAKE

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009