Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


4EME SESSION DU HAUT CONSEIL NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE SIDA : Des résultats probants !

   

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Amadou Toumani TOURE, a présidé le jeudi 11 décembre 2008, dans la Salle des Banquets du Palais de Koulouba, les travaux de la 4ème Session du Haut Conseil National de Lutte contre le SIDA.

Ont pris part à cette importante rencontre le Premier Ministre, des membres du Gouvernement, les Présidents des Institutions de la République, des représentants de l’ONUSIDA, le Gouverneur du District de Bamako, le Maire Central, les membres du Haut Conseil National de lutte contre le SIDA, les Gouverneurs de Région, les représentants de la Société civile et du Secteur Privé.

JPEG - 67.3 ko
Le Chef de l’Etat présidant en personne la 4ème Session du HCNLS
Photo AMAP

Le premier exposé portant sur l’état de mise en œuvre des recommandations issues de la Session 2007 a été présenté par M. Attaher MAIGA. Il ressort de son exposé que les objectifs que le Haut Conseil s’était fixé, à savoir le renforcement des capacités institutionnelles, organisationnelles et opérationnelles du Secrétariat Exécutif, la mise en œuvre du Programme, le financement, l’accélération de l’implication des Communautés locales dans la lutte contre le VIH et le SIDA et le partenariat sous régional, ont été couverts.

Pour sa part, le Secrétaire exécutif du Haut Conseil National de lutte contre le SIDA, M. Malick SENE, a présenté le rapport 2008 de la structure qu’il dirige depuis quatre ans. De son avis, les résultats atteints, ces deux dernières années, ont permis d’enregistrer une baisse de la séroprévalence globale de 1,7 à 1,3%. M. SENE a également affirmé que le niveau d’implication de tous les secteurs (public, privé et société civile) dans la lutte contre la pandémie est très encourageant.

Il a, par ailleurs, noté avec satisfaction les performances positives enregistrées dans les domaines de la prévention et de la prise en charge, fruit de l’intensification de la sensibilisation par une information de qualité en direction des populations. Dans le même ordre d’idée, il a souligné un accroissement du nombre des centres de conseils/ dépistage, des centres de prise en charge (gratuité des ARV) et des Centres de Prévention de la Transmission Mère – Enfant (PTME).

Cependant, a – t- il souligné, le renforcement de la formation et de la surveillance épidémiologique à travers la surveillance sentinelle et l’enquête comportementale dans les groupes à risque demeure une nécessité.

Lors de la Session, d’autres exposés ont édifié les participants sur les actions menées dans le cadre de la lutte contre le SIDA. Il s’agit de l’exposé du Ministre de la Santé sur l’état du renforcement du système de santé pour atteindre l’accès universel et celui du Gouverneur de Ségou, M. Abou SOW, sur l’organisation de la décentralisation de la réponse au VIH et au SIDA (cas de la Région de Ségou) et l’exposé de la synthèse de l’analyse de la situation des jeunes face au VIH et au SIDA, présenté par le Dr Djènèba LY, responsable du Programme BAD au niveau du HCNLS.

Des interventions du représentant des Partenaires Techniques et Financiers, M. Alassane DIAWARA et du Directeur sortant de l’ONUSIDA, le Dr Peter PIOT, il ressort les efforts remarquables déployés au Mali, à différents niveaux, pour éradiquer la pandémie du SIDA. Ces deux personnalités ont assuré les autorités nationales de l’accompagnement de leurs structures respectives.

En ce qui le concerne, le Chef de l’Etat a remercié et félicité tous les acteurs impliqués dans la lutte contre VIH/SIDA, les Partenaires Techniques et Financiers, les politiques pour leur engagement constant dans la lutte contre la pandémie. Il a réaffirmé sa volonté et celle du Gouvernement de s’investir davantage dans la lutte contre ce fléau.

Au terme de la Session, un certain nombre de recommandations ont été formulées. Il s’agit, entre autres, de l’intensification de la PTME sur toute l’étendue du territoire national, l’intensification du dépistage volontaire en conformité avec le slogan du 1er décembre 2008 à savoir le dépistage volontaire du VIH pour tous maintenant et partout au Mali, le renforcement organisationnel et institutionnel du Secrétariat Exécutif du Haut Conseil National de Lutte contre le SIDA par le recrutement des ressources humaines de qualité conformément à son cadre organique et par la construction de son siège, ainsi que l’accélération de la décentralisation de la lutte contre le VIH et le SIDA en terme d’organisation des collectivités.

D’autres recommandations ont été formulées notamment impliquer davantage l’alliance des religieux, les organisations syndicales, les associations et les ONG des droits humains dans la lutte contre la stigmatisation, la discrimination et la protection des personnes vivant avec le VIH/SIDA ainsi que le renforcement de la participation du secteur privé pour une adhésion massive des Chefs d’entreprise dans la lutte contre le VIH/SIDA .

Des points non moins importants ont été soulevés notamment le maintien du leadership à tous les niveaux, l’allocation de ressources financières aux associations des personnes vivant avec le VIH/SIDA pour le financement des activités génératrices de revenus en fonction des ressources disponibles, la réflexion sur les modalités de financement des plans d’action des communes en rapport avec la politique sectorielle de santé et la réalisation de l’étude de vulnérabilité des femmes.

Le renforcement de la qualité des services de contrôle de qualité, la mise en place d’un système de pharmacovigilance et de suivi de la résistance aux ARV, le renforcement du système d’information socio- sanitaire et l’augmentation de l’accessibilité aux services de prévention et de traitement des groupes spécifiques ont été également proposés.

La Session a aussi recommandé le renforcement du système d’approvisionnement, de distribution et de stockage des ARV, médicaments et réactifs, le renforcement du système de santé en équipements techniques, ressources humaines et en infrastructures et logistique.

Enfin, la Session a recommandé la dissémination de l’étude sur les jeunes face au VIH/SIDA, l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de communication relatif à la question des jeunes face au VIH et au SIDA et l’élaboration d’une réponse adaptée aux jeunes face au VIH/SIDA.

De l’avis général des participants à cette 4ème Session, des résultats probants ont été enregistrés dans la lutte contre le VIH/SIDA dans notre pays. Cependant, il faut veiller à ne pas baisser la garde.

Kader MAIGA

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009