Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=

NOUVEL AN 2009
Voeux de l’Honorable Pr. Dioncounda TRAORE, Président de l’Assemblée Nationale du Mali au Chef de l’Etat ( Bamako, le 26 décembre 2008)

   

Excellence Monsieur le Président, Chef de l’Etat !

Louange à Dieu ! Tout - Puissant et Miséricordieux, qui, dans sa mansuétude infinie, nous a permis cette année encore, de nous retrouver dans une communion parfaite, en ces lieux chargés de symboles, pour la traditionnelle cérémonie de vœux de nouvel an.

Excellence Monsieur le Président !

L’année qui s’achève, a vu le destin implacable, frapper à deux reprises aux portes de notre institution, emportant deux des nôtres, les Honorables députés Salah Ag ALBAKAYE et Mamadou SINAYOKO, élus, respectivement, à Ansongo et à Bougouni. Avec humilité, nous nous inclinons pieusement devant leur mémoire, en implorant, pour le repos de leur âme, la grâce du Seigneur.

JPEG - 108.8 ko
Pr. Dioncounda TRAORE, Président de l’Assemblée Nationale
Photo Présidence de la République du Mali

Excellence Monsieur le Président !

La présentation des vœux est surtout un moment de prière et de recueillement collectifs, mais elle est aussi un moment de réflexion et d’interpellation, face aux grandes préoccupations de la Nation.

Excellence Monsieur le Président !

L’année 2008 qui finit, avec ses facettes contrastées de satisfactions et d’épreuves, aura été pleine d’enseignements pour notre pays. Une des plus intenses joies qu’elle nous ait donné de vivre, est celle de votre consécration internationale, à travers le titre prestigieux de Docteur Honoris Causa que l’Université de Moncton au Canada, vous a décerné le 15 octobre 2008 en reconnaissance de vos mérites. Il s’agit là, d’un événement exceptionnel qui récompense un homme, mais dont le Mali tout entier doit s’enorgueillir. Excellence Monsieur le Président !

Pendant l’année 2008, nos populations ont été confrontées, à de sérieuses difficultés d’approvisionnement en denrées de première nécessité, singulièrement en riz.

Fort heureusement, ces difficultés ont pu être surmontées grâce aux mesures promptes, mais conjoncturelles prises par le Gouvernement. La bonne campagne agricole en cours, dont la Providence a gratifié notre pays, et l’Initiative riz lancée par Monsieur le Premier ministre, et largement partagée par les producteurs, autorisent à penser, que nous nous engageons déjà dans la voie de la sécurité alimentaire, et de la manière la plus durable, dans celle de la souveraineté alimentaire, un des objectifs prioritaires de votre programme.

Excellence Monsieur le Président !

Puisque nous parlons de sécurité, nous ne pouvons pas ne pas évoquer la question lancinante de la sécurité, ou plutôt de l’insécurité routière. La route est le théâtre d’une véritable hécatombe, surtout pour notre jeunesse, dans les grands centres. Les tragédies quotidiennes de la circulation routière, doivent nous amener à un examen de conscience approfondi, et à la reconnaissance d’une responsabilité collective. En effet, il n’est pas exagéré d’affirmer que les 90% des usagers de la route agissent en méconnaissance ou au mépris des règles les plus élémentaires de la circulation. L’incivisme est général. Les panneaux de feux de circulation sont superbement ignorés. Et la courtoisie n’a plus droit de cité, entre usagers de la route.

Celle–ci est en passe de devenir une véritable jungle où chacun n’obéit qu’à son seul bon vouloir. Car les fautes semblent être commises avec la certitude que, par laxisme et complaisance, elles ne seront pas sanctionnées.

Il s’ensuit que les contrevenants mettent en péril, non seulement leur intégrité et leur vie, mais aussi celle des autres citoyens. Je voudrais donc réaffirmer avec force l’entière disponibilité de l’Assemblée nationale à soutenir fermement et à accompagner les mesures vigoureuses qu’il urge de prendre en la matière, dans le sens de la protection des personnes et de leurs biens.

Excellence Monsieur le Président !

La situation dans le septentrion de notre pays, en dépit de l’accalmie qu’elle enregistre, reste au cœur des préoccupations de tous les Maliens. L’Assemblée nationale, incarnation de la représentation nationale, est solidaire de votre approche sage et responsable, d’un problème dont la sensibilité n’échappe à personne.

Cependant, cette démarche conciliante, doit être comprise de tous, comme une volonté de préserver la nation malienne, plurielle, une, indivisible et démocratique.

Excellence Monsieur le Président !

Devant la gravité de la crise que traverse l’école malienne, le gouvernement a fort opportunément organisé, du 30 octobre au 02 novembre 2008, le forum sur l’éducation, qui a regroupé les différents acteurs de l’école, à son chevet. Les décisions issues de ces assises, sont attendues avec impatience et espoir.

C’est le même espoir qui est suscité par les rapports de deux commissions : la commission dirigée par Monsieur Daba DIAWARA, ancien ministre, chargée de réfléchir sur l’approfondissement de la démocratie au Mali, et la commission sur la corruption, présidée par Son Excellence Monsieur Modibo KEITA, ancien Premier ministre.

Ces grands chantiers de réflexion montrent l’intérêt que vous attachez à la réalisation d’un large consensus, autour des questions touchant des domaines importants de la vie nationale.

Excellence Monsieur le Président !

L’Assemblée nationale, au cours des sessions qu’elle a tenues en 2008, a inscrit en bonne place dans son programme, des échanges autour des préoccupations essentielles du peuple malien.

C’est ce qui justifie les questions orales adressées à des membres du gouvernement, ainsi que l’interpellation du gouvernement sur le problème du Nord, l’état de l’école, l’approvisionnement en produits de première nécessité, et l’impact de la crise financière internationale sur la situation économique et sociale du Mali, entre autres sujets.

Ces débats ont permis des échanges féconds, sereins et responsables, sous – tendus par un égal souci des députés, d’apporter des réponses correctes à des défis dont dépend l’avenir du pays.

L’Assemblée nationale, aussi bien dans le traitement des problèmes socio – économiques que dans sa mission première de légiférer, s’est efforcée de créer les meilleures conditions de collaboration en son sein et avec les autres institutions de la République.

Grâce au climat général apaisé à l’hémicycle, le bureau de l’Assemblée nationale a été mis en place et les Présidents des commissions, élus, le tout dans un esprit convivial.

Les résultats conséquents que nous avons pu obtenir, en ce début de législature, découlent de la volonté commune des députés d’accomplir, dans le respect de leurs différences, le mandat que la nation leur a confié.

En outre, il est à noter que les sessions de formation, d’information et de démonstration dont les députés ont pu bénéficier, ont contribué au renforcement de leurs capacités.

Excellence Monsieur le Président !

Le Mali, quelle que soit la période considérée, a toujours activement œuvré à la constitution des ensembles, dans notre sous-région et en Afrique.

Cet engagement politique trouve son champ d’application, au niveau de notre institution, qui s’est inscrite, elle aussi, dans une logique de complémentarité.

L’écho de sa voix a retenti dans beaucoup de réunions africaines et internationales, et elle s’est enrichie, au fil des ans, de l’expérience des autres. Aujourd’hui, une diplomatie parlementaire digne de ce nom, est en train de prendre forme en Afrique.

Notre Assemblée nationale, qui figure parmi les artisans de cette nouvelle diplomatie, a été honorée par la présence à l’ouverture, le lundi 06 octobre 2008, de sa session ordinaire, de hautes personnalités des parlements amis du Bénin, du Cameroun, de la République Démocratique du Congo et du Togo.

Nos hôtes ont été particulièrement sensibles, à la marque d’estime et de considération que vous leur avez témoignée, en recevant en audience, au lieu des seuls chefs de délégations, comme nous l’avions sollicité, l’ensemble des délégations parlementaires invitées à la session inaugurale. Les sages conseils que vous leur avez prodigués à cette occasion, leur sont allés droit au cœur.

Par ma voix, les honorables députés du Mali vous expriment leurs vifs remerciements, pour votre attitude qui ne peut que conforter, à l’extérieur, l’image de notre institution. Dans une Afrique, en proie à des secousses irrésistibles et parfois déroutantes, les parlements doivent être des remparts, des catalyseurs et des rassembleurs. Le salut de notre continent dépend de la capacité de ses états à réaliser leur intégration.

Dans un contexte mondial tumultueux, où la seule certitude est l’incertitude du lendemain, des foyers de tensions, voire des guerres, éclatent aux quatre coins du globe, avec des enjeux et des acteurs multiples. Presque partout, la raison et le dialogue ont cédé la place au crépitement des armes et aux détonations des bombes, avec leurs corollaires de ruines, de désolations, d’errance et de morts.

A cette situation catastrophique, essentiellement provoquée par des velléités hégémoniques, s’est récemment greffée une crise internationale grave, véritable cataclysme, qui ébranla les établissements financiers les mieux avisés de la planète.

Cette crise, considérée comme la pire récession depuis 1945, requiert des dirigeants africains, une grande capacité d’anticipation et de prospective.

Excellence Monsieur le Président !

Ce tableau sombre, vient heureusement d’être illuminé par un événement de portée exceptionnelle, l’élection d’un noir, Barack OBAMA, comme quarante quatrième Président de la première puissance du monde. Il reste entendu que cet événement, quelqu’exceptionnel qu’il puisse être, n’est rappelé ici, qu’à cause de son caractère hautement symbolique, et sa valeur d’exemple, surtout pour la jeunesse.

Excellence Monsieur le Président

Le monde a soif de paix, la paix indispensable au développement et au progrès. Puisse l’année qui commence, inonder d’amour, le cœur des hommes, et favoriser la compréhension et la tolérance entre les peuples. Pour terminer, Excellence Monsieur le Président, nous formons le vœu ardent, que 2009 soit pour le Mali, une année de paix et de concorde, et qu’elle vous apporte, à vous-même, à toute votre famille et à tous ceux qui vous sont chers, santé, quiétude et bonheur.

Bonne année, Excellence Monsieur le Président, que le Tout - Puissant vous inspire et vous assiste dans votre délicate mission !

Je vous remercie !

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009