Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=

NOUVEL AN 2009
Voeux du Médiateur de la République au Chef de l’Etat

   

Excellence Monsieur le Président de la République,

Par la grâce du Tout Puissant, l’honneur m’échoit encore cette année de vous présenter au nom de mes collaborateurs et au mien propre les vœux pour le nouvel an. Des vœux qui s’adressent d’abord à vous-même, à votre famille, à vos proches et à tous ceux qui vous sont chers. Des vœux au final destinés à travers votre personne à l’ensemble du peuple malien.

Le renouvellement de cet exercice me donne l’heureuse occasion de porter librement un regard rétrospectif et nécessairement sélectif sur les évènements qui ont rythmé l’année 2008, et d’envisager quelques perspectives pour la nouvelle année.

Excellence, Monsieur le Président de la République,

L’année qui s’achève n’aura pas été des plus faciles à traverser pour les ménages, les familles et pour l’Etat lui même. Les problèmes avaient pour noms la vie chère, le renchérissement de la facture pétrolière, la crise céréalière, les restrictions budgétaires.

JPEG - 119.1 ko
Mme DIAKITE Fatoumata N’DIAYE, Médiateur de la République
Photo Présidence de la République du Mali

L’année 2008 aura en particulier révélé une crise financière considérée par les spécialistes comme l’une des plus importantes que le monde ait connues. Si cette crise nous concerne c’est parce que toujours selon les spécialistes, elle sera suivie d’une récession économique quasi généralisée qui réduira pour nos pays en voie de développement, les opportunités commerciales, l’accès aux financements, les investissements directs étrangers et les transferts surtout ceux provenant des immigrés, en somme rien de très rassurant pour l’avenir.

Dans ce contexte difficile, sous votre haute impulsion, des chantiers ont été ouverts des moyens et des ressources mobilisés pour apporter des réponses immédiates aux problèmes identifiés : les subventions accordées au prix de vente du carburant, la mise en place d’un cadre de concertation sur le coût de la vie, l’initiative riz, la réduction des dépenses de l’Etat. Toutes ces actions salutaires ne manqueront pas j’en suis sûre de porter fruits.

D’autres initiatives avaient pour but de résoudre des problèmes de nature plus structurelle ou d’anticiper des évènements en favorisant la concertation, le dialogue, les échanges et la réflexion pour dégager des orientations claires et poser des jalons plus sûrs pour l’avenir de notre pays particulièrement celui de notre école et de notre démocratie et pour une meilleure gestion des ressources publiques.

L’organisation du forum national sur l’éducation a permis d’identifier les réformes reconnues indispensables pour changer notre école. Celles ci devront se réaliser dans la somme des efforts de l’ensemble des acteurs. En ayant à l’esprit que l’éducation est le socle sur lequel se bâtit l’avenir de notre pays et aussi la condition de la réalisation de tous les autres droits en particulier celui de la participation effective à la vie politique , culturelle et scientifique.

Les Etats généraux sur la corruption ont donné tous les éclairages nécessaires sur le phénomène de la corruption et sur ses différentes manifestations. Au nombre de celles-ci les dysfonctionnements de l’administration ont été particulièrement stigmatisés : la complexité et l’opacité des procédures, l’absence de définitions claires des règles du jeu, la force des relations sociales et interpersonnelles qui font perdre de vue à l’agent public les règles minimums que lui impose les devoirs de sa charge. Contre tous ces maux, des pistes pertinentes d’actions ont été proposées, dont la mise en œuvre contribuera à améliorer le fonctionnement de l’administration et donc à réduire les opportunités de corruption.

Excellence Monsieur le Président de la République

La loi assigne au Médiateur de la République la mission de veiller au bon fonctionnement de l’administration, au respect des décisions de justice et aussi de contribuer aux cotés des juridictions à la protection des droits des citoyens. Ce rôle qui lui vaut le qualificatif d’« institution de veille démocratique » et celle « d’institution de l’Etat de droit » le rend particulièrement attentif à tout ce qui concerne l’évolution démocratique de notre pays.

C’est pourquoi le Médiateur de la République a accueilli avec un intérêt marqué les propositions du Comité Daba Diawara, chargé de la réflexion sur l’approfondissement de la démocratie au Mali. Les dites propositions dans leur ensemble nous paraissent de nature à créer les conditions d’une évolution apaisée de notre processus démocratique. De manière plus spécifique, les propositions pertinentes tendant au renforcement des moyens d’action du Médiateur de la République vont dans le sens des évolutions souhaitées dans l’ensemble de notre espace francophone pour les institutions de médiation. Et je suis convaincu de la ferme volonté du gouvernement à conduire avec la classe politique et la société civile toutes les réformes qu’exige l’approfondissement du processus démocratique dans notre pays.

Pour sa part le Médiateur de la République, avec l’ensemble de ses collaborateurs soutiendra toute initiative tendant à faire progresser les valeurs démocratiques à promouvoir une saine gestion des ressources publiques à donner plus d’efficacité à l’action publique.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Le Médiateur se félicite de la célébration avec la participation de l’ensemble des acteurs, des 60 ans de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme marquant ainsi l’engagement de notre pays en faveur des droits humains.

En 2009 seront également célébrés les 20 ans de la convention relative aux droits de l’enfant (CDE). Conformément aux recommandations du Vème Congrès de l’AOMF, le Médiateur de la République en rapport avec les départements ministériels concernés, les organisations de la société civile et différentes personnalités engagées en faveur des enfants, travaille pour optimiser les acquis de notre pays dans le domaine et identifier les actions permettant à l’avenir d’assurer l’effectivité de tous les droits reconnus aux enfants dans la CDE. Connaissant votre engagement pour tout ce qui concerne les enfants, nous savons pouvoir compter sur vous dans cette démarche.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Je souhaite qu’enrichis par les enseignements de 2008, la nouvelle année nous permette de relever tous les défis en vue de réaliser nos objectifs pour une administration, transparente, efficace, responsable animée par des hommes et des femmes engagés parce que se sentant honorés par le service de l’Etat.

Que l’année qui commence apporte par la grâce de Dieu, santé, bonheur et prospérité pour vous-même, pour l’ensemble des institutions de la République, pour tous les maliens et toutes les maliennes.

Je vous remercie.

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009