Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=

NOUVEL AN 2009
Voeux du Président du Conseil Economique, Social et Culturel au Chef de l’Etat

   

C’est un honneur et un plaisir de vous souhaiter une bonne et heureuse année 2009, ces vœux s’adressent également à vos proches et à tous ceux qui vous accompagnent dans votre difficile mais combien exaltante mission de conduire le Mali.

Monsieur le Président, l’actualité c’est un amoncellement de crises : Crise financière qui est le fait des pays dits développés mais plutôt riches et en réalité peu soucieux des autres malgré les actions qualifiées d’aide au développement.

Sur la crise financière, le Conseil économique, social et culturel vous a soumis une réflexion sans grande prétention.

JPEG - 123.4 ko
Le Président du Conseil Economique, Social et Culturel
Photo Présidence de la République du Mali

La crise alimentaire est assurément la plus inquiétante. Notre sous-région a connu des secousses parfois violentes, au Mali les manifestations ont été calmes et mesurées grâce à la disponibilité pour le dialogue social des parties concernées (gouvernement, syndicats, associations).

La preuve de l’inquiétude dans le monde c’est l’organisation par le Conseil Economique, Social et Environnemental français et le Comité économique et social européen d’un atelier sur le Défi alimentaire mondial.

Etaient présents l’Afrique, l’Amérique latine à travers des institutions, des syndicats, des associations et des experts. Le Mali a représenté l’Afrique, les institutions et les associations à travers le Conseil économique, social et culturel et l’ASCOMA.

Monsieur le Président,

La question primordiale posée a été : Qui va nourrir le monde ?

La réponse de Luc Ferry philosophe et membre du CESE français est que ce n’est pas d’une aide artificielle dont l’humanité a besoin mais c’est d’une Vie Bonne c’est-à-dire d’une vie qui se passe en harmonie avec son environnement où il puise l’essentiel de sa dignité.

Quant à Michel Barnier ministre français de l’Agriculture, il dit : Si notre réponse est l’aide, alors elle n’est pas suffisante .

Monsieur le Président,

Je me suis donc contenté d’exposer la démarche du Mali.

Premier responsable des Services de la Statistique, du Plan du Mali indépendant, ces services relevaient du Ministère de l’Economie rurale et du plan. Cette structuration était l’énoncé d’un choix sinon d’un constat : le développement du Mali sera rural ou ne sera pas.

En vérité comme l’Egypte est un don du Nil, le Mali est un don du Niger.

La maîtrise de l’eau, donc la sécurisation de l’Agriculture (production végétale et animale) par les barrages réalisés : des aigrettes, de Sélingué, de Markala, en projet de Kénié, Taoussa. Les aménagements conséquents des terres disponibles.

Les dispositions réglementaires et législatives prises :

- la Charte Pastorale
- la Loi d’orientation agricole,
- l’Initiative riz qui est un essai grandeur nature.

Au terme de cet exposé, j’ai affirmé que le Mali peut et doit se nourrir et contribuer fortement à la satisfaction du Défi alimentaire de la sous-région UEMOA.

Monsieur le Président,

Volontairement, j’ai occulté l’aménagement du fleuve Sénégal qui est la réponse à un autre aspect du développement du Mali (l’Energétique).

Tous nos efforts de production seront vains si nous ne construisons pas un système de régulation couvrant au moins la sous-région UEMOA. Nous sommes à bonne école avec la PAC européenne.

En attendant la monnaie CEDEAO, il est temps de repenser la nature et la gestion du Franc CFA de l’UEMOA dont l’ancrage à l’Euro fait de notre sous-région un appendice du marché européen.

La gestion de la monnaie est un élément déterminant de la régulation des marchés. Nous avons en mémoire encore l’insistance du Président français, le général De Gaulle pour la restauration de l’Etalon Or, opposé aux Accords de Bretton woods, mettant ainsi en cause le rôle dominant du Dollar institué par les Accords de Bretton woods. Le reste du monde finançant les déficits américains de tous genres. Ce rôle du Dollar lié à l’échec du FMI comme gendarme des finances internationales a fait le lit de la dérégulation voulue par le néolibéralisme.

Le constat de cette dérégulation forcenée a conduit Jacques Attali éminent économiste à la réflexion suivante qui mérite notre attention : le monde actuel est un avion qui va très vite, sans pilote, qui n’a même pas de cabine de pilotage .

Heureusement pour nous cet avion est entrain de faire du carburant, nous devons en profiter pour débarquer et prendre une pinasse motorisée.

Monsieur le Président,

A la veille de déposer le harnais, j’avoue que je suis heureux et fier d’être Malien.

Je souhaite que votre choix du développement par l’agriculture soit conforté et poursuivi.

Merci pour votre écoute et qu’Allah nous assiste.

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009