Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


9ème EDITION DU FORUM DE BAMAKO : La gouvernance à la loupe !

   

Les participants à la 9ème Edition du Forum de Bamako ont fait l’honneur au Chef de l’Etat de lui accorder la primeur des conclusions de leurs travaux, tenus au Centre International de Conférences de Bamako (CICB). C’était le samedi 21 février 2009 au cabinet de la Première Dame à Koulouba.

JPEG - 262.2 ko
Le Chef de l’Etat face à la délégation de la 9ème Edition du Forum de Bamako
Photo Présidence de la République

Mme Christine BRUNEAU, Présidente de l’ONG « Femme de Demain » et Maire Adjointe de Bellancourt, en sa qualité de porte – parole des participants au Forum de Bamako a, dans son intervention, remercié et félicité le Chef de l’Etat qui, depuis sept ans, leur apporte un soutien fort appréciable pour la réussite d’un évènement de taille sur le double plan intellectuel et culturel.

Pour la porte – parole du Forum de Bamako , l’Edition 2009 a enregistré la présence remarquable d’acteurs de très haut niveau en matière de gouvernance, qu’elle soit locale, nationale ou mondiale ; qu’elle s’applique aux Etats-Unis, aux entreprises ou encore aux institutions

Mme BRUNEAU a affirmé qu’à défaut d’apporter des réponses certaines à toutes les questions posées par la gouvernance des Etats comme des institutions internationales et des entreprises, le Forum a permis, au moins, de mettre en exergue plusieurs questions et incontestablement de bonnes questions. De son avis, la réflexion se poursuivra au regard des derniers développements de la situation dans le monde, marquée par la crise financière internationale qui prend, de plus en plus, les allures d’une véritable crise économique.

En effet, dira t-elle, c’est le socle même de nos certitudes qui est interpellé, car il est devenu manifeste que ce sont nos modèles de gouvernance qu’il faut interroger dans la perspective de les améliorer pour plus de prospérité, de mieux – être des populations et de paix dans le monde.

Cependant, des pistes de réflexion et d’action ont été dégagées. De leur analyse, il ressort qu’un modèle efficace et vertueux de gouvernance favorise nettement la création de richesse et le développement à l’échelle nationale comme à l’échelle des entreprises.

Même s’il n’existe pas un modèle unique en matière de gouvernance, soutient le Forum de Bamako, le consensus semble établi autour d’un certain nombre de principes et d’exigences pour la performance dans la gestion des affaires publiques comme des entreprises privées, des questions au niveau national tout comme au niveau international à savoir le choix clair des priorités tenant compte de l’environnement, la concertation, la transparence, le genre, la légalité et l’équité. Ainsi, au-delà des a priori idéologiques, le Forum est convaincu qu’il est question avant tout de pertinence et de cohérence dans les options et les instruments de mise en œuvre de ces dernières.

Par ailleurs, les participants à la 9ème édition du Forum de Bamako pensent que malgré les difficultés inhérentes à toute expérience inédite, la décentralisation reste une bonne option dans les modèles de gouvernance. Il convient toutefois, selon eux, de veiller au développement d’une masse critique de compétences et de ressources afin de permettre aux collectivités locales d’être de véritables pôles d’impulsion du développement.

Ils notent enfin, pour le cas spécifique des entreprises, qu’il est à la fois urgent et impératif que les Etats africains prennent la pleine mesure de l’enjeu stratégique de ces instruments de création de richesse et oeuvrent, en conséquence, aux conditions de leur performance et de leur expansion. Les participants au Forum estiment que le vrai débat est loin d’être celui de la propriété. Le vrai débat, de leur point de vue, est plutôt dans les choix stratégiques d’investissement, les modèles de gestion basés sur la compétence, la distribution des pouvoirs entre les différents organes ainsi que la transparence liée à la qualité de l’information financière diffusée.

Pour sa part, le Président de la République a salué les organisateurs pour l’exercice qui consiste à réfléchir sur les tenants et les aboutissants de la gouvernance et proposer des schémas opérationnels de consolidation des acquis dans un Etat de droit comme le Mali.

Le Président de la République a partagé avec ses hôtes ses expériences en la matière. Il a défendu sa compréhension de la gouvernance Locale et fait un exposé succinct sur le PDES dont l’ambition est de faire du Mali un modèle de bonne Gouvernance avec un Etat fort, une administration efficace, une justice assainie et des collectivités locales renforcées.

Le Chef de l’Etat a également abordé la question de la gestion consensuelle du pouvoir, les activités et le renforcement des partis politiques ainsi que la liberté d’expression à travers les médias.

Face à la délégation du Forum de Bamako, le Chef de l’Etat a évoqué la lancinante question de la restauration du crédit de l’Etat, les reformes institutionnelles ainsi que la crise financière internationale et ses répercussions sur nos économies.

Le Président de la République a enfin exprimé ses craintes. Il s’agit entre autres, du recul de la demande mondiale de matières premières, la diminution importante des investissements publics et privés et la diminution drastique de l’apport financier de notre Diaspora.

ATT tout comme ses hôtes se sont quittés dans la bonne humeur, convaincus que cette 9ème Edition du Forum de Bamako a produit une masse critique de propositions qui contribuera à favoriser l’exercice de la bonne gouvernance dans notre pays et à travers le monde.

Kader MAIGA

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009