Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Koulouba : échanges utiles entre un ainé et ses cadets

   

Les officiers stagiaires de l’Ecole d’État-major de Koulikoro en fin de cycle et leurs collègues du cours du diplôme d’Etat-major de gendarmerie étaient jeudi dernier à Koulouba.

Selon le commandant des écoles de la gendarmerie, le lieutenant-colonel Diamou Kéïta, la création de ce cycle d’enseignement militaire supérieur du premier degré est parti d’un constat alarmant : la direction générale de la gendarmerie nationale était contrainte de positionner des personnels sans formation à des postes pourtant sensibles. Cela à cause du manque de places dans les centres de formation. La direction générale de la gendarmerie a sollicité l’ouverture du cours du diplôme d’État-major de la gendarmerie à l’École des officiers à la caserne chef d’escadron Balla Koné de Faladié.

Le ministère de la Défense et des Anciens combattants a ainsi créé par lettre en date du 12 mars 2009 le cours du diplôme d’Etat-major de la gendarmerie. Les cours proprement dits ont débuté le 14 avril et se déroulés sur 3 mois et demi. Ce stage du diplôme d’État-major de la gendarmerie est une première en Afrique de l’Ouest. Et dès sa première promotion, l’école a affiché sa vocation panafricaine en s’ouvrant aux gendarmeries d’autres pays confrontées aux mêmes problèmes de ressources humaines.

JPEG - 54 ko
Ils étaient venus pour une « causerie » avec le chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré, à l’occasion de leur sortie
Photo AMAP

Cette première promotion compte ainsi 10 officiers, dont un du Burkina Faso, un du Togo et deux du Bénin. Tous ces officiers, comme leurs 6 camarades maliens, ont été sélectionnés à l’issue d’un concours.

Pour le prochain stage, l’École a déjà reçu des sollicitations venant de Mauritanie et du Sénégal. Le souhait de la direction est de faire de l’Ecole des officiers de la gendarmerie nationale de Faladié un centre de formation d’excellence au service de l’Organisation des gendarmeries africaines (OGA).

L’enseignement du diplôme d’État-major de la gendarmerie vise essentiellement à dispenser aux officiers de gendarmerie, les connaissances nécessaires pour occuper un emploi d’officier concepteur au sein d’un État-major. Pour être efficace et agir en véritable professionnel, l’officier doit maîtriser un certain nombre de savoir-faire. Il doit acquérir les méthodes de raisonnement général et de raisonnement tactique, savoir appréhender différentes situations, parfois complexes, les analyser et formuler des propositions adaptées. Un officier doit maîtriser parfaitement les techniques d’expression écrite et orale.

Le cours permet également aux stagiaires de développer un savoir-être indispensable à l’emploi au sein d’un État-major : la rigueur, l’esprit d’équipe, le sens de l’intérêt général, la discipline intellectuelle, la loyauté, la modestie et l’objectivité.

Le président de la République a prodigué de sages conseil à ses cadets. Il a indiqué que leur fonction nécessite une adaptation constante. « Vous allez être souvent face à des situations qu’on ne vous a jamais enseignées à l’école. Les choses évoluent rapidement. Vous devrez apprécier vite la situation et trouver des solutions aux problèmes », a dit Amadou Toumani Touré à ses cadets.

Ceux-ci ont posés des questions relatives, entre autres, aux forces en attente de la CEDEAO, à la sécurité dans la bande sahélo-saharienne, au projet de Grande muraille verte en Afrique dont l’Agence a été lancée la semaine dernière par le président sénégalais, Abdoulaye Wade et Amadou Toumani Touré.

A.O. Diallo
(L’Essor du 29/06/2009)

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009