Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | LE PRESIDENT

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


CEREMONIE DE REMISE DU RAPPORT 2008 DU VERIFICATEUR GENERAL : Intervention de S.E.M Amadou Toumani TOURE, Président de la République, Chef de l’Etat (Koulouba, le 13 juillet 2009)

   

Monsieur le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux ;

Mesdames, Messieurs les Ministres ;

Monsieur le Vérificateur Général ;

Mesdames, Messieurs les Membres du Bureau du Vérificateur Général ;

Mesdames, Messieurs,

Je voudrais, tout d’abord, adresser mes vives félicitations à Monsieur le Vérificateur Général, à l’ensemble des Vérificateurs et à tout le personnel, pour la présentation régulière de vos rapports qui touchent à bien de services publics et parapublics.

Je l’ai souvent rappelé, et cela avec insistance, le Bureau du Vérificateur est une volonté politique que j’ai souhaitée, et qui a été acceptée par l’Assemblée Nationale du Mali.

J’ai toujours mesuré la dimension cardinale de votre difficile et délicate mission, au regard des sentiments que suscitent vos rapports après leur publication.

Il y’a lieu, dès lors, de souligner, pour une meilleure compréhension, que le rapport du Vérificateur n’est pas un verdict de Justice, mais plutôt un premier constat d’une vérification (un audit de performance ou comptable).

Le rapport, en effet, ne juge pas ; il peut appeler à un débat contradictoire dans le cadre de la présomption d’innocence, et en évitant de soumettre l’homme ou la femme en charge de la gestion des deniers publics, à la vindicte populaire. Toute chose pouvant porter atteinte à leur honneur.

Les dossiers de malversation et de corruption avérées sont transmis au Procureur de la République, à la Justice qui est, seule, habilitée à les instruire, les qualifier et à les juger le cas échéant.

Nul besoin de vous signifier que je soutiens la Justice dans le cadre de cette lutte de salubrité nationale, dont elle est lune des chevilles ouvrières.

Mais, je souscris aussi à l’idée de donner une chance à tout suspect pour se justifier des faits qui lui sont reprochés, ou à être confondu conformément à la Loi, strictement au droit.

Mesdames, Messieurs,

Je voudrais, ici, réconforter mes compatriotes et nos partenaires, que le Bureau du Vérificateurs Général est un libre choix, un courage politique, puisque unique en Afrique et une mention positive pour notre gouvernance.

Aux dires de certains de nos compatriotes, Il est un Bureau de plus, c’est juste ; mais ce n’est pas un Bureau de trop en considération de sa mission, de sa liberté d’action et au regard des organes de contrôle et d’audit dont nous disposons.

Qu’en est-t-il des dossiers ?

Rassurez-vous ! Tout dossier d’incrimination est instruit sans bruit, ni publicité stérile ; mais avec détermination et objectivité.

Les résultats obtenus, depuis, sont très satisfaisants. Des remboursements s’opèrent et les vielles habitudes qui minent nos Administrations de gestion disparaissent au fur et à mesure.

Mesdames, Messieurs,

C’est le lieu pour moi de féliciter le Gouvernement et le Premier Ministre, pour la saisine volontaire du Bureau du Vérificateur Général pour vérifier les comptes du Trésor Public, en vue d’enrayer les entraves et les mauvaises habitudes avec, comme seul souci manifeste, l’assainissement de ce service. Les premières mesures tombent et continueront.

J’instruis à l’Administration d’Etat à collaborer et à participer à la vérification dont le seul but est de préserver nos finances publiques et améliorer notre gestion.

Au Vérificateur Général, je conseille patience, courage et persévérance dans sa mission combien difficile et délicate.

Encore une fois, je vous prie d’être mon interprète auprès de tous vos collaborateurs quant à la réaffirmation de mon soutien et de ma disponibilité constante.

Je vous remercie de votre attention !

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009