Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=

Activités du Chef de l’Etat
Nouveau siège du Comité de régulation des télécommunications : EN FONCTION DES BESOINS ACTUELS ET FUTURS

   

Le bâtiment sera en même temps un siège confortable et un point d’attraction dans la capitale

Dans quelques mois, le Comité de régulation des télécommunications (CRT) sera logé dans ses propres locaux. La pose de la première pierre du bâtiment qui se veut en même temps un siège confortable et un point d’attraction de la capitale, a eu lieu samedi. Elle a été effectuée par le président de la République, Amadou Toumani Touré.
L’événement s’est déroulé en présence du Premier ministre, Modibo Sidibé, des membres du gouvernement, des chefs des institutions de la République, des représentants du corps diplomatique et des organisations internationales dans notre pays. Le secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications (IUT), notre compatriote Hamadoun Touré était présent. Situé à Hamdallaye ACI 2000, non loin du futur complexe sportif, le bâtiment occupera une superficie de 2169 m2. Sa construction traduit la volonté du gouvernement de moderniser le secteur des télécommunications et des technologies de l’information et de la communication, et de doter les travailleurs de meilleures conditions de travail.
Une autre dimension de ce bâtiment est qu’elle traduit l’intérêt que notre pays accorde à la régulation des télécommunications et des TIC afin d’être en phase avec le développement rapide que connaît ces secteurs. Le siège du CRT coûtera un peu plus de 4 milliards de Fcfa financés sur fonds propres. Il sera construit par l’entreprise chinoise Comatexi Bat dans délai de 24 mois. Mais l’État mettra les moyens pour que les travaux puissent s’achever courant 2010, année de la célébration du cinquantenaire de l’Indépendance.
Techniquement, le bâtiment sera de type R+7 comportant un sous-sol. Il est conçu dans un style architectural moderne avec une touche soudano-sahélienne et comprendra un sous-sol de 420 m2 composé d’une grande salle qui servira de salle d’archives pour les secteurs des télécommunications et des TIC, un rez-de-chaussée de 790 m2 comportant une mezzanine, un 1er et 2è niveau occupant respectivement 1200 m2 et 850 m2. Les 3ème, 4ème et 5ème et 6ème étage occuperont chacun une superficie de 650 m2. Enfin le 7ème étage occupera 450 m2 où seront installées les antennes du système de gestion et de contrôle des fréquences.

EN FONCTION DES BESOINS ACTUELS ET FUTURS

L’importance de la construction d’un tel immeuble est à la dimension de la place qu’accorde le gouvernement au développement du secteur des télécommunications dans le processus de développement socio-économique du pays, a expliqué le ministre de la Communication et des Nouvelles technologies, Mme Diarra Mariam Flantié Diallo. Elle a précisé que le standing du bâtiment a été défini en fonction des besoins actuels et futurs du CRT et de l’image de l’institution dans son environnement.
Le futur siège du CRT prévoit notamment l’aménagement de locaux appropriés pour l’installation des équipements de gestion et de contrôle du spectre des fréquences radioélectriques. Ces équipements permettront au CRT d’identifier et de localiser toutes les utilisations des fréquences radioélectriques sur l’ensemble du territoire national.
Le bâtiment tient compte également de la qualité des différentes installations que le CRT doit acquérir dans le futur en raison de la rapidité avec laquelle les changements interviennent dans le secteur des télécommunications et des TIC.
Le ministre a également expliqué qu’il est prévu d’installer des antennes sur le toit à un niveau suffisamment élevé pour faciliter la réception des signaux conformément à la mission du CRT de contrôler les fréquences radioélectriques sur l’ensemble du territoire national. De fait, a précisé Mme Diarra Mariam Flantié Diallo, le siège du CRT après sa construction, fera partie des sites stratégiques de l’État sur le plan de la sécurité nationale.
Le secteur des télécommunications connaît un grand dynamisme dans notre pays. Aujourd’hui, les deux opérateurs de téléphonie, Sotelma/Malitel (dont 51% du capital ont été cédés à Maroc Telecom, voir article de L. Diarra) et Orange-Mali totalisent plus de 3 millions d’abonnées.

DYNAMISME DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TIC

Créé en 1999, le CRT est une structure publique qui a pour mission de veiller au respect du principe d’égalité de traitement entre les opérateurs du secteur des télécommunications. La structure est chargée également de veiller sur les intérêts nationaux en matière de télécommunications et d’assurer, avant tout recours juridictionnel, la conciliation et l’arbitrage des litiges nés entre les opérateurs des télécommunications et enfin d’assurer la gestion et le contrôle du spectre des fréquences et des blocs de numérotation téléphonique. Parmi les grandes réalisations faites par le CRT, on peut citer entre autres le changement du plan de numérotation du pays intervenu le 1er novembre 2008.
Outre la construction d’un siège, les autres chantiers en cours sont notamment la relecture des textes législatifs, réglementaires des télécommunications et des TIC et leur harmonisation avec les textes de l’UEMOA et de la CEDEAO, l’élaboration d’une stratégie d’accès universel aux services des télécommunications en milieu rural et zones éloignées, et l’introduction de la téléphonie 3ème génération dans notre pays.
Le CRT est en train aussi de développer ses outils et méthodes de régulation et renforcer la présence et le rayonnement du Mali dans les organisations internationales du secteur des télécommunications. Il convient de rappeler que cette cérémonie de pose de la première pierre du siège du CRT intervient pratiquement un mois après la signature de la convention de privatisation de Sotelma.
Le président de la République, Amadou Toumani Touré, s’est réjoui du standing du bâtiment qui pourra abriter d’autres structures. Il a félicité les architectes maliens qui l’ont conçu.
Le chef de l’Etat a aussi a apprécié le dynamisme du secteur des télécommunications et des TIC dans notre pays, conformément aux objectifs de Projet pour le développement économique et social (PDES). Interrogé sur la privatisation de la Sotelma/Malitel, Amadou Toumani Touré a expliqué que celle-ci était un impératif au regard de la situation que l’entreprise traversait mais également des engagements que l’État avait pris depuis plusieurs années.
Avec cette privatisation, Maroc Telecom est désormais le partenaire stratégique de la Sotelma/Malitel avec 51% des actions contre 49% pour l’État qui entend céder 10% de ses actions aux travailleurs de la société et 19% aux privés maliens. Le chef de l’État s’est réjoui du choix de Maroc Telecom comme partenaire stratégique et a indiqué que notre pays a gagné dans la privatisation de la Sotelma/Malitel.

Be COULIBALY
L’Essor N°16497 du lundi 3 août 2009

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009