Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | LE PRESIDENT

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Discours de Son Excellence Monsieur Amadou Toumani TOURE, Président de la République du Mali, à l’occasion de la pose de la première pierre du Barrage de Félou (Kayes, le 30 octobre 2009)

   

Son Excellence Maître Abdoulaye WADE, Président de la République du Sénégal,

Son Excellence Le Général Mohamed Ould Abdel Aziz, Président de la République Islamique de Mauritanie,

Monsieur Kabiné KOMARA, Premier Ministre de la République de Guinée,

Honorable Président de l’Assemblée Nationale du Mali,

Mesdames, Messieurs les Ministres,

Monsieur le Haut Commissaire de l’OMVS,

Honorables Députés,

Monsieur le Président de l’Assemblée Régionale de Kayes,

Excellences Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs,

Monsieur le Directeur des Opérations de la Banque Mondiale,

Monsieur le Directeur Régional de la Banque Européenne d’Investissement,

Mesdames, Messieurs les Représentants de nos Partenaires au développement,

Monsieur le Maire de la Commune de Hawadembaya,

Mesdames, Messieurs les Maires des Communes de Kayes,

Honorables Invités,

Populations du bassin du fleuve Sénégal,

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi de souhaiter la plus fraternelle des bienvenues aux Présidents Abdoulaye WADE et Mohamed OULD ABDELAZIZ ainsi qu’au Premier Ministre de Guinée et aux différentes délégations ici présentes. Aux populations de la région de Kayes, sorties massivement pour accueillir nos frères et nos amis, j’exprime ma totale satisfaction ainsi que mes vives félicitations à l’endroit des Autorités politiques, administratives, coutumières et religieuses.

Messieurs les Présidents, Chers Frères,

Ce 30 octobre 2009, est une date mémorable à inscrire désormais en lettre d’or dans les annales de nos Pays respectifs membres de l’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal. En effet, poser la première pierre d’un barrage hydroélectrique, lancer la navigation inter-Etats, protéger la santé de nos populations et l’environnement, tout cela en seul et même jour, les mots sont assurément faibles pour décrire ce jour exceptionnel. Oui, je suis d’accord avec vous, Monsieur le HAUTCOMMISSAIRE, pour affirmer que nous vivons un Moment HISTORIQUE et UNIQUE.

En ces instants de joie et d’allégresse, nous tenons à exprimer notre profond sentiment de reconnaissance pour les Pères Fondateurs de notre Organisation. Dans une démarche visionnaire, ils ont doté nos pays d’un Outil qui s’est révélé un puissant catalyseur de l’intégration de nos Etats dans les domaines énergétique, hydraulique, agricole, environnemental, entre autres.

En construisant un Cadre aussi Efficace de Coopération, la Guinée, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal donnent, à travers les performances de l’OMVS, l’exemple d’une démarche solidaire patiemment construite autour d’un bassin fluvial. Les belles réussites de notre organisation peuvent inspirer bien d’autres initiatives en matière d’intégration.

Après le barrage de Diama au Sénégal en 1986 et le barrage hydro-électrique de Manantali en 1988, nous poserons, dans quelques instants, la première pierre de l’aménagement hydroélectrique de Félou pour un investissement global de 120 Milliards de FCFA grâce au double concours financier de la Banque Mondiale et de la Banque Européenne d’Investissement à qui je tiens, ici, à rendre hommage. J’associe à ce témoignage de notre considération nos autres partenaires au développement.

La production énergétique attendue sera de l’ordre de 320 GigaWatts/Heure par an pour une puissance installée de 59 Méga Watts. L’aménagement de Félou présente un avantage certain pour nos Etats car il permettra d’augmenter substantiellement l’offre d’énergie, à un moindre coût, pour nos populations. La mise en service de la centrale de Félou est prévue pour l’année 2012, après une phase de construction de 38 mois.

L’entreprise chinoise Sinohydro a été chargée d’exécuter le contrat de construction. Sa participation à la réalisation d’ouvrages hydroélectriques de référence nous rassure sur la conduite du chantier. J’exhorte les populations locales ainsi que les cadres de l’OMVS à lui réserver le meilleur accueil.

Mesdames, Messieurs,

Sous l’impulsion de la Conférence des Chefs d’Etat, l’OMVS a intensifié la mise en œuvre des projets de préservation de l’environnement du bassin, de développement communautaire et de lutte contre la pauvreté afin d’accélérer la croissance dans les collectivités locales situées dans le bassin du fleuve Sénégal. En droite ligne de cet engagement, nous lançons aujourd’hui les travaux de protection et de restauration des berges du fleuve Sénégal à Kayes ainsi qu’une grande campagne de distribution de trois millions cent mille moustiquaires imprégnés d’insecticide, pour la protection de 9 millions de nos concitoyens contre le paludisme dans le bassin du fleuve Sénégal.

La Restauration des berges du fleuve Sénégal à Kayes, portera sur une longueur de 2973 mètres pour un coût de réalisation évalué à 3 milliards de francs CFA. Dans une seconde phase, elle s’étendra de Kayes à Bafoulabé. Ces travaux de protection et de préservation de l’environnement du fleuve concerneront, également, les berges du Bafing en République de Guinée ainsi que la basse vallée du fleuve Sénégal en République Islamique de Mauritanie et en République du Sénégal, pour la lutte intensive contre les plantes aquatiques nuisibles.

Toutes ces actions s’inscrivent dans le cadre de deux chantiers majeurs en cours d’exécution par l’OMVS. Il s’agit du Projet de Gestion des Ressources en Eau et de l’Environnement du Bassin du Fleuve Sénégal financé par le Fonds Mondial pour l’Environnement et le Royaume des Pays-Bas pour un montant de 19 millions de dollars et le Programme de Gestion Intégrée des Ressources en Eau et de Développement des Usages Multiples de l’Eau d’un coût total de 341 millions de dollars entièrement financé par la Banque Mondiale et d’une durée de dix ans (2007 -2017).

Dans sa composante agricole, le Programme de Gestion Intégrée des Ressources en Eau permettra, au cours des trois prochaines années, la réalisation de 40.000 hectares d’aménagements hydro-agricoles divers, la promotion de la pêche traditionnelle et de l’agroforesterie. Il contribuera, ainsi, à résorber de manière significative le déficit alimentaire dont souffrent nos Etats.

Messieurs les Président, Chers frères,

La Navigabilité du fleuve Sénégal, de Saint-Louis au Sénégal à Kayes au Mali constituait une des ambitions majeures de l’OMVS à sa création. Ce rêve, voire ce pari insensé pour certains, commence à devenir réalité. Après les travaux de balisage et la création, au début de ce mois d’octobre de la Société d’exploitation de la navigation, dont le siège sera établi à Nouakchott, nous assisterons cet après-midi à la présentation des deux premiers bateaux baptisés le « Bafing » et le « Bakoye », du nom des deux cours d’eau qui convergent pour former le fleuve Sénégal à Bafoulabé. Cette flotte est appelée à s’étoffer dans les prochaines années.

J’engage le Conseil des Ministres et le Haut Commissariat de l’OMVS à préparer activement les tables rondes des Partenaires au Développement pour le financement du Système de Transport Intégré Multimodal, du Plan d’Actions Régionales pour l’Amélioration des Cultures Irriguées et du Plan d’Actions Stratégiques pour la gestion durable de l’environnement du bassin du fleuve Sénégal.

Messieurs les Présidents, Chers frères,

Mesdames, Messieurs,

Nous avons de Bonnes Raisons, d’être très Fiers du Bilan de Notre Organisation. Notre Solidarité est le Socle de Notre Succès, qui vaut à l’OMVS d’être citée en Afrique, et même dans le Monde, comme un Modèle de Coopération Inter-Etats, dans Divers Domaines d’Activités : l’Eau, l’Energie, l’Environnement, l’Agriculture, et le Transport.

Ce qu’a réussi l’OMVS a été possible grâce au Soutien constant des Organisations et Institutions de Financement, qui ont adhéré à Notre Vision et partagé Nos Choix. Je renouvelle ici à ces partenaires notre profonde gratitude pour la part ainsi prise, dans le progrès économique et social de nos Peuples, à travers l’OMVS.

J’exprime toute ma satisfaction au Président du Conseil des ministres et à l’Ensemble des ministres, pour la mise en œuvre diligente, des Orientations et Instructions, de la Conférence des Chefs d’Etat de notre Organisation. Je salue et félicite, le Haut Commissaire et ses collaborateurs, pour le remarquable travail accompli.

Je vous remercie de votre aimable attention.

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009