Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


NOUVEL AN 2010 : Voeux du Médiateur de la République au Chef de l’Etat

   

Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat,

Au seuil du nouvel an, j’ai l’honneur, au nom de mes collaborateurs et à mon nom propre, de présenter à vous-même, à votre famille ainsi qu’à vos collaborateurs, mes vœux les meilleurs de santé, de bonheur et de prospérité.

Je voudrais commencer mes propos, par rendre grâce à Dieu le très miséricordieux, créateur du ciel, de la terre et des hommes, qui nous a permis de vivre cette année dans la paix.

L’occasion m’est également offerte, de vous remercier, solennellement, Monsieur le Président, pour la confiance que vous avez placée en moi, en me confiant, la mission de conduire une institution qui, malgré son jeune âge et pour les services qu’elle rend au citoyen, compte aujourd’hui dans le paysage institutionnel de notre pays. Aussi, permettez-moi, de vous renouveler mon engagement à remplir ma mission de Médiateur avec dévouement et abnégation, à l’image des hautes personnalités qui m’ont précédées à cette fonction, à savoir mon parrain feu Me Demba Diallo et Mme Diakité Fatoumata N’Diaye.

JPEG - 92.5 ko
Mme MBam DIARRA, Médiateur de la République
Photo AMAP

Excellence Monsieur le Président de la République,

L’année 2009 qui s’achève a été riche en événements au plan national et international. La crise économique mondiale qui a perturbé les grandes économies a produit des effets sur la nôtre. Heureusement que des mesures énergiques ont été prises à temps par le Gouvernement, qui ont permis d’en réduire les conséquences malheureuses.

La partie septentrionale de notre pays a connu encore quelques soubresauts. Vous avez su, grâce à votre grande clairvoyance, prendre les décisions qu’il fallait, et qui alliaient dialogue et concertation dans une stratégie qui a fini par l’emporter, et amener les belligérants à composer avec l’Etat. Mais des menaces planent toujours sur la zone, dont la première est sa sanctuarisation par des groupes de trafiquants d’armes et de drogue. La vigilance reste donc de mise et la conjugaison des efforts de tous les pays riverains de la bande sahélo-saharienne que vous demandez depuis longtemps auprès de vos pairs et de la communauté internationale, est plus que jamais nécessaire pour contrer la menace à la paix.

Le Code des Personnes et de la famille a provoqué des remous dans notre pays à cause du manque d’information et de communication. Certaines de ses dispositions ont fait l’objet de divergence de point de vue ayant engendré de vives tensions. Vous avez eu là aussi, la grande sagesse de le soumettre à une seconde lecture de l’Assemblée Nationale pour permettre à l’ensemble des fils de la nation de se retrouver pour échanger dans le respect et la tolérance. Pour sa part, le Médiateur de la République a initié un espace de dialogue pour permettre à toutes les sensibilités de notre pays sans distinction de race, de sexe, de religion, d’appartenance culturelle et autre considération, de se retrouver autour du projet code des personnes et de la famille. A travers cet espace, le bureau du Médiateur voudrait renouer avec les fondements de la pratique malienne de la médiation.

Au plan scolaire, nous avons enregistré une certaine accalmie qui a permis de conduire une année presque normale sanctionnée par des examens qui se sont déroulés dans des conditions acceptables. Il s’agit maintenant de capitaliser les acquis et d’obtenir l’adhésion de tous les acteurs, à commencer par celle des élèves-étudiants et des enseignants, autour des grandes priorités de notre système éducatif. Aussi est-il besoin de rappeler qu’il est urgent de sauver l’école malienne et de lui redonner ses lettres de noblesse, dans un contexte de concurrence et d’intégration sous-régionale, qui ne laisse pas de place aux médiocres.

Quant à la campagne agricole, on peut dire qu’avec la bonne saison des pluies et les immenses sacrifices de l’Etat pour soutenir les paysans, la promesse des récoltes abondantes est assurée. L’introduction de la mécanisation et celle de semences améliorées, devrait dans un proche avenir, éloigner de nous le spectre de la faim dans la perspective de lutte contre la pauvreté.

Notre pays se prépare à célébrer ses 50 ans d’indépendance. Cet événement, je l’espère sera l’occasion pour les fils de la nation de se retrouver autour des symboles et valeurs qui ont fondé notre pays.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Par votre soutien, l’Association des Médiateurs des Pays membres de l’union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (AMP-UEMOA) a été constituée et bénéficie de votre appui. Au nom de mes collègues de l’Association des Médiateurs de l’UEMOA, je voudrais vous remercier de cette marque d’attention et vous témoigner toute notre gratitude.

Au delà de la mission classique des Médiateurs qui est de régler les difficultés pouvant survenir entre les citoyens et les administrations publiques, les médiateurs de l’espace UEMOA comptent s’impliquer dans le règlement des crises que connaît la sous-région tout comme dans la mise en œuvre de certaines décisions de l’Union , comme la libre circulation des personnes et des biens . Un plan d’actions vous sera bientôt soumis, afin qu’à votre tour vous puissiez le soumettre à vos pairs à l’occasion du prochain sommet des Chefs d’Etat de l’Union.

Excellence Monsieur le Président de la République,

Le Médiateur de la République a été institué pour résoudre les difficultés que rencontrent les citoyens dans leurs relations avec les services publics. Dans l’accomplissement de cette mission, le Médiateur de la république est appelé à faire recours à des collaborateurs au niveau des régions. De sa création à nos jours le bureau du Médiateur a accueilli, écouté, informé et/ou orienté de milliers d’autres usagers tant à Bamako que dans les bureaux régionaux. Ces conseils prodigués ont consisté à leur indiquer l’administration compétente et les démarches à suivre pour une prise en compte appropriée de leurs préoccupations. Quelquefois, à leur expliquer une décision mal comprise.

La construction des bureaux régionaux permettra au Médiateur de la République de prendre toute sa part dans la promotion et la protection des droits fondamentaux des citoyens sur toute l’étendue du territoire national. Je reste convaincue que votre appui ne nous fera pas défaut pour l’aboutissement de ce projet.

Pour terminer mes propos, je voudrais souhaiter Bonne et heureuse année 2010, Monsieur le Président, à vous-même, à votre famille et à l’ensemble du peuple malien.

Que dieu bénisse le Mali.

Je vous remercie de votre aimable attention !

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009