Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Le président Touré en Libye : REVUE DE L’ACTUALITE ET DES GRANDS CHANTIERS

   

La Libye finance d’importants investissements dans notre pays, notamment dans les domaines du tourisme et de l’agriculture.

Le président de la République, Amadou Toumani Touré a séjourné en Libye de samedi à lundi pour une visite d’amitié et de travail. La délégation présidentielle comprenait notamment, le ministre de l’Artisanat et du Tourisme, N’Diaye Ba, et le secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargé du Développement intégré de la zone Office du Niger, Abou Sow.
C’est samedi aux environs de 17h 20 (heure locale) que le chef de l’Etat est arrivé à l’aéroport de Syrte. Il a été accueilli par le Premier ministre libyen, Baghdadi Mahmoudi. Dans la soirée, Amadou Toumani Touré rencontre le Guide de la Révolution libyenne, Mouammar Khadafi, dans une de ses résidences à la périphérie de la ville de Syrte. Dehors il faisait très froid et un vent glacial soufflait.
Le président Touré et le Frère Guide se sont longuement entretenus. Si rien n’a filtré officiellement de cette entrevue, des sources assurent que les deux personnalités ont discuté de plusieurs sujets d’actualité comme l’insécurité dans la bande sahélo-saharienne avec son corollaire de prises d’otages, de trafic de drogue et d’êtres humains. Avant de quitter Syrte pour Tripoli, dimanche après-midi, le chef de l’État a eu un dernier entretien avec le Frère Guide. L’étape de Tripoli était très importante aussi. C’est ici que le ministre de l’Artisanat et du Tourisme et le secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargé du Développement intégré de la zone Office du Niger ont eu une séance de travers avec des ministres libyens.
Au cours de cette réunion, les deux parties ont évalué les investissements libyens au Mali et examiné de nouveaux projets. "Notre rencontre avec la partie libyenne a porté sur les investissements libyens au Mali. En ce qui concerne le secteur touristique, il s’agit de la construction de l’hôtel Afriqhiya Laico (ancien Mariétou Palace) et de l’hôtel Azalaï de Tombouctou. Les Libyens nous ont assuré que le chantier du premier hôtel sera achevé avant le mois d’août prochain tandis que celui de l’hôtel Azalaï l’aura été un mois plus tôt. Nous avons évoqué d’autres projets très importants. Le Mali a consenti à la Libye sept hectares sur le prolongement vers l’est de l’hôtel Mariétou Palace et les Libyens se sont engagés à construire deux tours jumelles, trente bungalows, une base nautique, un village artisanal et à aménager les berges du Djoliba entre Afriqhiya Laico et l’hôtel Laico Al Farouk", a annoncé le ministre de l’Artisanat et du Tourisme.
Les investissements libyens au Mali sont, a-t-il estimé, les plus importants en Afrique subsaharienne, spécifiquement dans le domaine du tourisme. "La Libye et le groupe Laico sont aujourd’hui les premiers groupes en matière d’infrastructures hôtelières au Mali. Ils ont quatre hôtels chez nous et nous envisageons de construire avec eux un village touristique à Sélingué. Tout cela va donner une impulsion nouvelle au tourisme et fera de Bamako la capitale du tourisme des affaires et des rencontres en Afrique", a espéré le ministre N’Diaye Ba. La partie libyenne, a-t-il souligné, est totalement assurée de la disponibilité du gouvernement malien à l’égard de ses investissements.
Dans le secteur de l’agriculture, la Libye est aujourd’hui fortement impliquée dans le financement de l’aménagement des 100 000 hectares dans la zone de l’Office du Niger. "Pour ce qui est de cet important projet, nous sommes pour le moment en train de réaliser les premiers investissements qui concernent la construction d’un canal de 48 km et d’une route bitumée longeant ce canal qui va de Kolonkotomo à Fing dans le cercle de Macina. Nous avons passé en revue l’évolution du projet et envisagé des dispositions pour que le chantier puisse suivre son cours normal", a indiqué Abou Sow, le secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargé du Développement intégré de la zone Office du Niger.
Le chantier du canal atteint un taux de réalisation de plus de 98%, tandis que la construction de la route est en cours. C’est après l’achèvement de ces deux infrastructures que les travaux d’aménagement des 100 000 hectares vont commencer. L’exploitation de ces terres contribuera à assurer la souveraineté alimentaire dans notre pays et dans les autres Etats membres de la Cen-Sad (la Communauté des États sahélo-sahariens).
Madiba Keïta
L’Essor N°16656 du mardi 23 mars 2010.

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009