Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | LE PRESIDENT

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Message de Son Excellence Monsieur Amadou Toumani TOURE, Président de la République, Chef de l’Etat, Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA, à l’occasion de l’entrée en vigueur de la réforme institutionnelle de l’UMOA (Bamako, le 31 mars 2010)

   

Chers concitoyens de l’Union Monétaire Ouest-Africaine,

Mesdames, Messieurs,

A compter du jeudi 1er avril 2010, la réforme institutionnelle de l’Union Monétaire Ouest-Africaine (UMOA) et de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) entre en vigueur.

En effet, le traité de l’UMOA, adopté par la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement le 20 janvier 2007, a été ratifié par l’ensemble des Etats membres et les instruments de ratification transmis à la République du Sénégal, Etat dépositaire.

En cette importante circonstance, permettez-moi d’exprimer à leurs Excellences Messieurs les Chefs d’Etat des pays membres de l’Union, ainsi qu’aux parlements nationaux, mes vives félicitations, pour avoir permis la ratification de ce traité.

Par cet acte, les Etats membres de l’Union réaffirment leur engagement de consolider les acquis de l’intégration monétaire et de continuer à agir dans la solidarité, pour relever les défis de la mondialisation.

Chers concitoyens de l’Union Monétaire Ouest-Africaine,

L’architecture institutionnelle de l’UMOA, mise en place en 1973, a permis d’atteindre des résultats appréciables, en termes de stabilité monétaire et de financement du développement.

Cependant, au fil du temps, il est apparu nécessaire de rationaliser notre organisation, pour l’adapter aux mutations de l’environnement, marquées au cours des dernières décennies par l’accélération du processus de libéralisation financière et de globalisation de l’économie.

La réforme institutionnelle, qui entre en vigueur demain, répond en particulier au souci de bâtir une Banque Centrale dotée d’outils de travail et de normes conformes aux standards internationaux, et apte à relever les défis de l’intégration sous-régionale et de la mondialisation.

Avec l’entrée en vigueur des nouveaux textes, les différents chantiers entrepris par la Banque Centrale depuis la fin des années 1980, notamment en matière de Politique monétaire et de financement de l’économie, de supervision bancaire et de modernisation des systèmes de paiement, s’insèrent désormais dans un cadre institutionnel rénové leur permettant d’atteindre plus efficacement leurs objectifs.

Ainsi, la réforme donne à l’UMOA et à la BCEAO les moyens de renforcer la crédibilité et l’efficacité de leurs actions.

Cette réforme permettra à l’UMOA et à la BCEAO, j’en suis persuadé, de contribuer davantage aux efforts de développement de nos Etats, à travers la mise en œuvre d’une politique monétaire visant un objectif fondamental de stabilité des prix, propice à la préservation de la valeur de la monnaie et de la compétitivité de nos économies, ainsi qu’à la réalisation d’une croissance saine et durable.

Aussi, je lance un vibrant appel à nos concitoyens, aux institutions communautaires de l’Union, ainsi qu’à nos partenaires techniques et financiers, afin que, tous ensemble, nous œuvrions pour la réussite de cette réforme, qui marquera une nouvelle étape décisive dans la marche de nos pays, vers un espace économique intégré et plus solidaire.

Je vous remercie de votre attention !

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009