Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Lutte contre l’insécurité et le terrorisme : LE MALI DEFINIT UN PROGRAMME D’INTERVENTION D’URGENCE

   

Il s’articule autour de la construction ou la réhabilitation des casernes, des postes avancés de sécurité, de brigades de gendarmerie et de commissariats de police, mais aussi à la réalisation d’infrastructures au profit des communautés.

Un palier très important vient d’être franchi dans la gestion des problèmes d’insécurité dans le Septentrion avec la mise œuvre d’un programme d’intervention et d’éradication de l’insécurité.
Pour expliquer les contours de la nouvelle structure qui sera pilotée par la présidence de la République, Amadou Toumani Touré a convié ce vendredi dans la salle de banquet du palais à Koulouba, les ambassadeurs et représentants des organisations internationales accrédités au Mali. « En février dernier, nous avons validé, en comité de défense, les axes stratégiques de notre politique nationale de lutte contre l’insécurité et le terrorisme, notamment dans le nord du Mali.
Cette validation a été suivie de l’élaboration d’un Programme d’intervention d’urgence pour la réduction, voire l’éradication de l’insécurité au Nord Mali (PIRIN). Comme vous le savez, le Mali, à l’instar des autres pays de la zone sahélo-saharienne, déploie depuis longtemps d’importants efforts humains, matériels et financiers, pour endiguer le phénomène de l’insécurité qui prend des proportions de plus en plus inquiétantes. Nous mesurons l’ampleur du phénomène d’insécurité et les préoccupations légitimes qu’il suscite chez les uns et les autres », a indiqué le président Amadou Toumani Touré, en guise d’introduction.
Des hommes et des femmes innocents ont été enlevés, séquestrés et privés illégalement de leur liberté, a-t-il rappelé. D’autres ont même perdu la vie. Des actions de développement utiles à nos populations, ont été suspendues, parce que les partenaires du Mali, ne se sentaient pas suffisamment sécurisés pour mener sereinement leurs activités. « Nous avons joué les médiateurs dans des situations, à plus d’un égard, inconfortables. Nous n’avons été guidés que par l’unique souci de préserver des vies humaines, en danger sur notre territoire.
Nous avons agi sans choisir ni les moyens, ni l’opportunité d’action, sous la même menace que des otages et autres victimes d’une cause que nous n’avons ni tolérée, ni défendue, ni acceptée.
La cérémonie qui nous réunit aujourd’hui, participe de notre volonté de partager, avec tous nos partenaires, les éléments de cette politique et ceux du programme d’urgence que nous comptons mettre en œuvre au regard de la situation qui prévaut depuis quelques temps sur le terrain », a développé le président Touré.

UN COMBAT COMMUN A TOUS

Les actions de ce nouveau Programme d’urgence pour l’éradication de l’insécurité et la lutte contre le terrorisme dans le Nord Mali, s’articuleront autour de la construction ou la réhabilitation de casernes, de postes avancés de sécurité, de brigades de gendarmerie et de commissariats de police, mais aussi la réalisation d’infrastructures au profit des communautés, telles que les centres de santé, les écoles, les forages équipés, les logements d’astreinte et bureaux administratifs. Un accent particulier sera mis sur le renforcement des acteurs de la chaine pénale, sur la communication et sur la récupération des armes de guerre et de petit calibre.
« La mise en œuvre de ce programme va permettre au Mali de livrer ce combat, qui est à présent commun à nous tous et qui ne date pas d’aujourd’hui. En effet, nous avons toujours œuvré à partager notre vision avec les pays frères limitrophes, à initier des actions communes face au phénomène transnational. C’est ainsi que nous avons multiplié des initiatives tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, sur les plans social, politique, militaire et diplomatique, pour obtenir l’adhésion de tous les pays et de tous les peuples épris de paix à cette lutte.
Notre action a été, bien sûr, handicapée par la modestie de nos moyens, mais jamais nous n’avons croisé les bras, ni considéré le phénomène d’insécurité comme une fatalité qui s’abattait sur le seul Mali.
L’espace sahélo saharien est atteint, dans son entièreté. Les ramifications du phénomène sont mondiales et personne ne doit, aujourd’hui s’estimer non concerné par ce qui se passe dans cette partie du monde », a plaidé Amadou Toumani Touré.
Cette rencontre, a-t-il insisté, doit être considérée comme le début d’une prise de conscience commune, pour une unité dans l’action contre l’insécurité et le terrorisme, sous toutes leurs formes.
« Nous sommes tous concernés ! C’est parce qu’ils sapent les fondements des Etats et retardent le développement humain, que les nouveaux modèles et références que le crime organisé, la drogue et le terrorisme imposent à nos enfants, doivent être combattus avec la dernière rigueur.
Nous savons compter sur votre solidarité et sur votre participation à cette lutte commune pour que la coopération internationale et l’amitié entre les peuples triomphent de ce mal », a conclu le chef de l’Etat.
La politique nationale de lutte contre l’insécurité et le terrorisme comporte 8 axes stratégiques : assurer la présence et l’opérationnalité de l’administration publique à tous les niveaux dans la zone ; l’encadrement et la protection des populations des zones sensibles ; le désenclavement et la libre circulation des personnes et des biens ; la connaissance, la prévention, la dissuasion et l’intervention ; la coopération internationale pour mieux agir localement ; la lutte contre la prolifération des armes légères ; la lutte contre le trafic illicite de drogues et la criminalité organisée et la coordination et l’évaluation de la stratégie de lutte.

Modibo Naman Traoré
L’Essor N°16707 du 07 juin 2010

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009