Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Périmètre irrigué de Baguinéda : LE CANAL QUI VA CHANGER BEAUCOUP DE CHOSES

   

L’ouvrage réhabilité permettra d’irriguer plus 3 000 hectares dont 1 500 en contre-saison.

Le développement de l’irrigation est une composante essentielle de notre stratégie de développement agricole. A cet effet, un ambitieux programme d’aménagement de périmètres irrigués est en marche. Rien que la semaine dernière, une session extraordinaire du Conseil supérieur de l’agriculture était exclusivement consacrée à un programme spécial d’aménagement de proximité (voir l’Essor de lundi dernier).
Parmi les grandes réalisations faites ou en cours en matière d’irrigation, on peut citer le seuil de Talo dans la Région de Ségou construit dans le cadre du Programme de mise en valeur des plaines du Moyen Bani (150 milliards de Fcfa), et le Programme de développement de l’irrigation avec la construction du seuil de Djenné (105 milliards de Fcfa).
A ces réalisations s’ajoute le canal de Baguinéda. La cérémonie de mise en eau de l’ouvrage qui s’est déroulée jeudi restera longtemps gravé dans les annales du développement de l’agriculture dans notre pays.
C’est le chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré, qui a présidé la cérémonie en présence de nombreux officiels dont des membres du gouvernement.

COMME UN CORDON OMBILICAL

Une foule dense s’était massée aux abords de l’ouvrage en cet après-midi du jeudi 10 juin. C’est aux environs de 17 heures que le chef de l’Etat fit son entrée sur le site réservé pour la cérémonie sous les ovations d’une assistance enthousiaste.
Le bal des interventions sera ouvert par le maire de la commune de Baguinéda, dans un mot de bienvenue. Toumani Diarra s’est réjoui de l’aboutissement d’un projet qui va beaucoup apporter à la commune qu’il dirige. Cela est d’autant plus vrai que l’activité économique majeure dans la zone demeure l’agriculture et le maraîchage.
"Nous sommes comblés avec cet ouvrage. Le canal est pour nous comme un cordon ombilical. Grâce à sa réalisation, la commune pourra percevoir davantage de taxe de développement régional et local (TDRL) qui est importante dans les recettes communales", a dit l’édile.
La réhabilitation du canal a coûté un peu plus de 4 milliards de Fcfa. L’ouvrage est long de 37 km. Il est réalisé dans le cadre du Projet d’intensification du périmètre irrigué de Baguinéda et exécuté par l’Office du périmètre irrigué de Baguinéda (OIPB), le maître d’ouvrage.
Le directeur de l’OPIB, Seydou Batié Touré, a qualifié le canal d’ouvrage grandiose en révélant certaines données sur le chantier : 5 100 m2 de géotextile, 135 tonnes de ciment chaque jour, 450 m3 de béton par jour, 450 ouvriers employés directement sur le chantier et plus de 100 emplois indirects créés (restauratrices ambulantes, gardiennage, petites activités lucratives).
Le canal permettra d’irriguer plus 3 000 hectares dont 1500 en contre-saison.
La réhabilitation du canal principal s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre du Projet d’intensification du périmètre irrigué de Baguinéda. Cette grande réalisation est le fruit d’un partenariat entre le gouvernement et la Banque africaine de développement (BAD).
Elle contribuera à la réalisation de la sécurisation alimentaire, l’une des priorités de la politique de développement du pays.
Le Projet d’intensification du périmètre irrigué de Baguinéda s’articule autour de l’amélioration des infrastructures, du développement des productions et de la gestion du projet pour les cinq années à venir. Le PIB entend atteindre ses objectifs à travers l’amélioration des infrastructures d’irrigation et l’intensification des cultures, grâce à la fourniture d’un débit d’eau garanti en contre-saison. Le représentant résident de la Banque africaine de développement (BAD) dans notre pays, Moulaye Lahcen Ennahly, a jugé que la mise en oeuvre du PIB démontrait à suffisance les bonnes relations du Mali avec l’institution financière africaine. Celle-ci intervient dans l’ensemble du projet à hauteur de 11 milliards de Fcfa.
Ce financement s’ajoute à un montant cumulé de 205 milliards de Fcfa investis par la BAD depuis le début de ses interventions dans notre pays. A ce jour, la banque a contribué à la mise en oeuvre de 33 opérations dans le secteur du développement rural.
Ce dynamisme illustre la bonne qualité du partenariat entre les deux parties, a apprécié Moulaye Lahcen Ennahly, en promettant que la BAD continuera à accompagner avec la même vigueur notre pays dans son processus de développement.
Le responsable de la banque a ensuite exhorté les populations à s’approprier le canal rénové en vue d’atteindre les objectifs de sécurité alimentaire à travers l’amélioration de la production agricole. Un autre volet du projet est l’approvisionnement en eau potable.
Le ministre de l’agriculture, Agatam Ag Alhassane, a évoqué l’engagement constant et personnel du président de la République en faveur du développement du monde rural. Cet engagement s’est traduit entre autres par l’augmentation substantielle de la part de l’agriculture dans le budget d’Etat : 13%, soit plus que les 10% recommandés aux Etats africains par la Déclaration de Maputo.

AVANT LE DELAI CONTRACTUEL

Le Programme des actions de soutien à la croissance économique, volet aménagement hydro-agricole sur les ressources de la privatisation de la Sotelma pour un montant d’environ 6 milliards de Fcfa, donne une nouvelle preuve concrète de la volonté présidentielle de bâtir un Mali où chacun mange à sa faim. Un Mali où tous oublieront à jamais les périodes de disettes récurrentes.
Le ministre a souligné que le PIB cadrait parfaitement avec les objectifs du Projet de développement économique et social (PDES) et le plan quinquennal 2008-2012 qui prévoit l’aménagement de 103 000 ha de terres agricoles pour contribuer à la sécurité alimentaire et à la lutte contre la pauvreté.
Le président Amadou Toumani Touré a confirmé que la réhabilitation du canal s’inscrivait dans les objectifs du PDES et que le Mali ne manquait pas de potentialités pour atteindre l’autosuffisance alimentaire.
"Nous avons les idées et l’intelligence. Il suffit de les appliquer. Ce canal qui a presque le double de l’âge de notre pays avait besoin d’un rajeunissement pour lui permettre d’être fort non seulement pour la riziculture, mais aussi et surtout pour le maraîchage, principale activité saisonnière des ruraux", a-t-il indiqué.
Le chef de l’Etat a par ailleurs salué la BAD pour son accompagnement constant à Mopti, à Ségou et aujourd’hui dans la région de Koulikoro. Il a également rendu hommage aux entreprises pour avoir livré l’ouvrage 5 jours avant le délai contractuel.
Amadou Toumani Touré a appelé les populations à prendre soin des installations qui sont désormais à leur disposition et de s’acquitter convenablement des redevances d’eau. L’avenir du canal en dépend.
Lassine Diarra
L’Essor N°16712 du lundi 14 juin 2010

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009