Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | LE PRESIDENT

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Allocution du Vérificateur Général lors de la remise du Rapport annuel 2009

   

Excellence Monsieur le Président de la République,

Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,

Mesdames et Messieurs les Représentants des Institutions de la République,

Mesdames et Messieurs les membres du Secrétariat Général de la Présidence de la République,

Mesdames et Messieurs, Chers invités et Collaborateurs,

La publication de cette cinquième édition de notre rapport annuel, au delà du devoir dont je m’acquitte, m’emplit d’enthousiasme car représente pour moi un moment privilégié d’échange avec l’ensemble des parties prenantes aux actions de notre Bureau, auprès desquelles il me plaît de réitérer, ici, ma sincère reconnaissance.

En premier lieu, je tiens particulièrement à vous remercier Monsieur le Président de la République pour votre constante sollicitude et votre soutien à l’égard du Bureau du Vérificateur Général.

Monsieur le Président de la République,

Le rapport annuel 2009 fait la synthèse de 43 rapports relatifs à des missions de vérification effectuées au sein de 40 Services publics. Les secteurs suivants ont été couverts : développement rural, infrastructures, assiette et recouvrement, santé, solidarité, recherche scientifique, emploi, formation professionnelle, finances publiques, élections et Justice.

Trente-neuf missions ont été effectuées à l’initiative même du Bureau du Vérificateur Général. Quatre missions ont été consécutives à des saisines que nous avons reçues en application de l’article 11 de la loi instituant le Vérificateur Général.

Vous-même et le Gouvernement avez déployé des efforts importants pour améliorer l’organisation et le fonctionnement de notre Administration. Mais je dois avouer que l’on peut faire encore mieux.

En effet, 22 des structures vérifiées pendant la période ont fait ressortir des préjudices financiers importants causés à l’Etat, dont certains, fort heureusement, peuvent être immédiatement réparés.

De manière générale, nous relevons que la conservation des documents comptables est mal assurée. A ce titre, l’Etat doit prendre des mesures drastiques pour imposer le respect des dispositions légales.

En outre, des mesures urgentes doivent être prises pour auditer le système d’information de la chaîne des dépenses publiques, au sein de laquelle nous constatons de nombreuses faiblesses dues essentiellement aux dysfonctionnements des verrous de sécurité de l’application informatique.

Monsieur le Président de la République,

Pendant l’exercice 2009, les relations avec les services vérifiés ont globalement été empreintes de cordialité et de franchise. Je me dois cependant d’attirer votre attention sur le fait que certains services, avec l’accord de leurs Ministères, n’ont pas cru devoir fournir au BVG les extraits de leurs bases de données nécessaires à l’accomplissement diligent des missions de vérification.

La loi nous impose, comme garant de notre objectivité, de respecter le principe du contradictoire avec les entités au sein desquelles nous menons nos travaux. Nous avons conscience de cette obligation légale et nous nous en acquittons du mieux que possible. Le respect strict du principe du contradictoire est devenu, au fil du temps, une des valeurs cardinales du Bureau du Vérificateur Général et un pilier incontournable de la qualité de ses travaux. Ainsi, sont désormais annexés aux rapports de mission tous les documents ayant contribué à la mise en œuvre de la procédure contradictoire.

Monsieur le Président de la République,

Mes collaborateurs et moi-même constatons avec satisfaction que nos recommandations sont largement mises en œuvre. Ainsi, le suivi effectué en 2008 fait ressortir à 75% le taux de mise en œuvre des recommandations formulées suite à nos travaux de 2005 et 2006. Ce taux est de 61% pour des recommandations formulées en 2007, qui ont fait l’objet d’un suivi en 2009. A ce sujet, je tiens à signaler que de nombreuses recommandations, en raison de leurs spécificités, nécessitent une longue période pour leur mise en œuvre.

Nous nous félicitons également de votre contribution, de celles du Gouvernement et de la Justice dans les actions de recouvrement des manques à gagner et de suivi des recommandations. Cependant, la faible diffusion des résultats de vos efforts maintient les citoyens dans la méconnaissance du chemin parcouru et laisse planer des doutes et des hésitations. Cette situation mérite, à notre avis, de retenir votre attention.

Monsieur le Président de la République,

Au terme de six ans de pratique, je suis convaincu que le Bureau du Vérificateur Général du Mali a des spécificités qui constituent la trame de sa force, et que le Mali gagnerait à préserver. Ces particularités, en effet, le rendent complémentaire des autres structures de contrôle.

L’expérience accumulée milite en faveur de ce constat. En particulier, malgré sa jeunesse et en dépit des difficultés inhérentes à ses missions, le Bureau du Vérificateur Général figure aujourd’hui parmi les structures les mieux outillées et préparées pour conduire les vérifications de performance. En effet, dès son entrée en fonction, le Bureau du Vérificateur Général s’est lourdement investi dans l’acquisition des compétences et de l’expérience nécessaires à la réalisation de ce type de vérification.

En matière de vérification financière, qui tend à rechercher les fraudes et les indices de corruption, les travaux accomplis par le Bureau du Vérificateur Général sont plus amplement connus. Il ne conviendrait pas de s’y appesantir.

Monsieur le Président de la République,

Plus que quiconque, je sais que sans votre appui constant le Bureau du Vérificateur Général n’aurait pas surmonté toutes les difficultés auxquelles il a été confronté.

Je vous remercie.

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009