Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Projet de tramway à Bamako : EN TRES BONNE VOIE

   

L’initiative appuyée par la ville et la communauté urbaine de Strasbourg, va révolutionner le système de transport en commun dans notre capitale.

Quand le projet va se réaliser, ce sera une véritable révolution dans l’évolution du transport en commun dans notre capitale. Il s’agit de l’initiative entreprise par le chef de l’Etat de doter la ville de deux tramways. Et les choses avancent normalement. Cela été confirmé à l’occasion du séjour la semaine dernière, du président de la République, Amadou Toumani Touré à Strasbourg en France. Rappelons que le projet de tramway à Bamako est soutenu par la ville de Strasbourg qui mène depuis quelques années une jeune et dynamique coopération avec notre capitale. Moins de deux heures après son arrivée dans la cité alsacienne, le chef de l’Etat avait eu droit à une réception officielle offerte par le sénateur-maire de Strasbourg et son conseil municipal, à l’hôtel de ville Place Broglie. Dans son mot d’accueil à l’hôtel de ville, le maire de Strasbourg, Roland Ries avait fait l’historique du projet que l’on peut ainsi résumer. En novembre 2008, en marge des Journées européenne du développement, le chef de l’Etat qui était invité à cet événement avait souhaité prendre connaissance de la mise en place et du fonctionnement du tramway de Strasbourg et avoir un premier contact avec la société Lohr qui produit aujourd’hui le seul tramway sur pneus au monde. L’édile rappellera alors que depuis, pour permettre le lancement de l’étude de faisabilité et rendre compte de celle-ci, il s’est rendu par deux fois à Bamako (en avril et en novembre 2009). A l’invitation du président Touré et à celle de son homologue de Bamako, Adama Sangaré qui était la semaine dernière à Strasbourg. Constatant que « le travail fait à Bamako en matière d’urbanisation est remarquable », Roland Ries fera remarquer que le fait de vouloir « sauter une étape » de ce développement est absolument nécessaire. Le maire soulignera ensuite la détermination du chef de l’Etat à faire implanter dans notre capitale, avant le développement trop grand de la voiture, des transports en commun performants qui dissuadent réellement nos compatriotes de se comporter « comme nous avons pu le faire en Europe », le tramway étant un des chaînons de système collectif. Pour le maire de Strasbourg, en première analyse, le pari d’implanter des lignes de tramway pouvait paraître fou. « Mais quand on se rappelle que le métro parisien a été lancé par Fulgence Bienvenue à la fin du XIXè siècle, alors que la locomotion principale de la capitale était la carriole à cheval, on se rend compte que le pari pour Bamako est une idée juste, une idée essentielle pour l’avenir de l’urbanisation de votre capitale et la vie de tous les jours de ses habitants », dira l’élu.

33 MILLIONS DE FCFA

C’est selon lui sans réserve que Strasbourg a soutenu financièrement cette idée de tramway à Bamako en consacrant 50 000 euros (environ 33 millions de Fcfa) à une étude préalable de faisabilité qui s’est avérée concluante. « Je suis très heureux et je ne doute pas de la réussite de ce beau projet, qui changera beaucoup de choses, à Bamako et aussi dans d’autres villes africaines. On pourra mesurer, avec la mise en place de ce tramway, que celui-ci est pour des capitales ou de grandes villes de pays émergents une solution qui, en fluidifiant et en ouvrant au plus grand nombre de déplacements, facilite les échanges économiques ou les déplacements des enfants pour accéder à l’école, permet d’aménager la ville autrement, de limiter la pollution. Bref ce qui marche à Strasbourg et dans d’autres villes françaises et européennes marchera demain à Bamako et ailleurs en Afrique », ajoutera le maire. Mais la jeune coopération entre Bamako et Strasbourg ne s’arrête pas au projet de métro. Elle va bien au delà. « De la même façon, nous avons initié, en particulier avec l’Office malien du tourisme et de l’hôtellerie, un échange dans le domaine du tourisme. Le Mali a les moyens d’être une destination attractive. Nous sommes vigilants à ce que ce tourisme soit équitable, c’est-à-dire que nous n’assistions pas à une exploitation non durable de cette activité comme on peut le constater dans d’autres endroits du monde. Et le maire de poursuivre : « Strasbourg et c’est une orientation à laquelle je suis très attentif, bien loin des jumelages artificiels ou de la dispersion dans de multiples relations bilatérales qui ne donnent bien souvent lieu qu’à des échanges épisodiques et très formels, pratique des coopérations concrètes. La relation qui s’est établie entre Bamako et Strasbourg en est un bel exemple ». La réception à la mairie de Strasbourg a pris fin par une remise de médaille au chef de l’Etat pour ses efforts en faveur de a démocratie et de la bonne gouvernance. Le projet de tramway de Bamako a une particularité. Jean-François Argence, directeur commercial de Translohr en donne les détails techniques. « Il s’agit de deux lignes : d’est-ouest et du nord-sud. L’étude de faisabilité a été faite par un bureau d’étude spécialisé en la matière. Sur des pneus, le tramway aura une emprise limitée sur la chaussée (5,39 mètres). Quel rôle joue la société Translohr dans le projet ? Nous participons à la phase d’étude et analysons pour proposer la meilleure solution possible », explique Jean-François Argence. Avant de quitter Strasbourg, le président de la République, Amadou Toumani Touré avait procédé à une visite de la piste d’essai du tram Translohr et une présentation du projet final de Bamako. De toute évidence, la démonstration a été concluante. Mais une nouvelle phase cruciale du projet commence : la recherche des financements. Et là aussi, l’on peut compter sur nos amis strasbourgeois. A commencer par Robert Lohr, le conseil d’administration de la société.

Envoyé spécial S. TOGOLA
lundi 13 septembre 2010

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009