Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


CENTRALE THERMIQUE DE SIRAKORO : Une somme de défis relévés avec avec succès

   

Ses 56 mégawatts de la SOPAM s’ajoutent aux 300 mégawatts de la capacité totale actuelle d’EDM.

C’est sous une fine pluie que le chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré, a mis en marche, jeudi dernier en fin d’après-midi, les installations électriques de la centrale thermique de Sirakoro.
La cérémonie s’est déroulée en présence de membres du gouvernement, du promoteur de la SOPAM-Energie SA, le Burkinabè Sogli Pangueba Mohamed (d’où le sigle SOPAM), le président du conseil d’administration d’EDM SA, Ousmane Issoufi Maïga, ainsi que des représentants des différents partenaires, notamment les banques, impliqués dans ce grand projet. L’opération a coûté 22 milliards Fcfa financés par un pool bancaire et le promoteur de la SOPAM. 
Les installations se composent d’une centrale thermique de 5 groupes fonctionnant au fuel lourd de 11,2 mégawatts chacun, soit une capacité de 56 mégawatts, pouvant produire une énergie annuelle garantie de 350,4 gigawatheures et une ligne double terne de 150 kilovolts permettant d’évacuer cette énergie sur le poste stratégique de EDM-SA.
Ce projet va apporter du confort dans les ménages, améliorer les conditions vie à travers la création d’emplois directs et indirects, favoriser l’implantation de sociétés industrielles et encourager l’arrivée de potentiels investisseurs. La centrale a été réalisée grâce aussi à de multiples facilités accordées par le gouvernement, notamment la mise à disposition des terrains d’une superficie de plus de 3 hectares ainsi que l’exonération totale des droits, taxes et impôts.
Le PDG de la SOPAM, Sogli Pangueba Mohamed, a ainsi témoigné qu’au delà de son caractère d’unité industrielle, cette centrale démontre la foi et la confiance des plus hautes autorités maliennes en la capacité entrepreneuriale des fils d’Afrique. « Cette unité industrielle va offrir plus de 100 emplois directs pendant son exploitation », a-t-il assuré. L’originalité du projet se trouve aussi dans la démarche singulière de la société burkinabè qui a su convaincre un groupe de banques de l’accompagner. Ce pool constitué de la BIM-SA, la Bank of Africa, la BNDA, ECOBANK, la BMS et Burkina bank et ses partenaires se sont mobilisés pour appuyer le projet. « Les banques sont fières d’avoir participé à cette œuvre. Nous saluons aujourd’hui le professionnalisme de la SOPAM et de ses partenaires techniques », a souligné Mohamed Krisni, le DG de la BIM-SA, tête de file du pool bancaire.
Le ministre de l’Energie et de l’Eau, Mamadou Diarra, rappellera que dans le cadre de la mise en œuvre de la politique énergétique nationale, le gouvernement a signé en 2007 la première convention de concession pour la construction d’une centrale de production d’énergie électrique avec un producteur indépendant pour une durée d’exploitation de 5 ans. « Ce projet qui semblait irréaliste est une somme de défis comprenant notre pays avec son fort taux de croissance économique qui a créé un cadre propice aux investissements privés, puis un promoteur aussi ambitieux, originaire de la République sœur du Burkina Faso, des banques qui ont apporté un démenti à ceux qui pensent qu’elles ne financent pas les investissements ou ne prennent pas de risques. Et enfin les experts de plusieurs continents qui ont fait bouger cette gigantesque centrale de plus de 10000 tonnes, de la République populaire de Chine jusqu’à Bamako. Cette première expérience, non sans difficultés, a été une réussite car de nombreux défis logistiques, financiers et humains ont été relevés », a soutenu Mamadou Diarra.
Le ministre de l’Energie et de l’Eau a aussi noté que l’inauguration de cette centrale, ce jeudi 14 octobre 2010, coïncide avec la date anniversaire du cinquantenaire de la création de la société Energie du Mali (lire l’Essor du 14 octobre).
Et que c’est à cette date symbolique que le parc de centrales du Mali s’est enrichi grâce à un partenariat public-privé.
« Je suis persuadé que ce parc sera encore renforcé avec la signature de différentes conventions de concession dans le secteur, mais aussi avec l’inauguration dans 3 mois de la centrale BID à Balingué. Cette autre centrale apportera un plus de 45 mégawatts aux 56 mégawatts de SOPAM, soit 100 mégawatts pour fêter les 50 ans, qui s’ajoutent à notre capacité actuelle de 300 mégawatts globalement, s’est félicité le ministre. Et l’avenir s’annonce prometteur : deux barrages hydroélectriques en chantier (Félou et Taoussa) ; quatre nouvelles centrales thermiques (SOPAM, BID, Albatros et VICA), l’interconnexion avec la Côte d’Ivoire déjà arrivée à Sikasso. Cette somme de chantiers permettra de multiplier la puissance électrique du Mali dans les prochaines années. « Je suis fier de notre pays, je suis fier également pour cette réalisation qui a un cachet particulièrement sous-régional. Je salue et félicite le personnel de EDM-SA à qui je souhaite joyeuse fête des 50 ans de EDM-SA. C’est maintenant que nous devons accentuer notre appui et notre soutien à cette centrale électrique. A ce propos, mon soutien ne fera pas défaut », a promis le président Amadou Toumani Touré. Il a annoncé aux populations riveraines de la centrale, l’électrification de leur zone et la création d’un centre pour jeunes à hauteur de 60 millions de Fcfa.
Modibo Naman Traoré
L’Essor n°16798 du lundi 18 octobre 2010

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009