Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Sikasso : UN SUPER HOPITAL REGIONAL

   

La nouvelle structure sanitaire va changer beaucoup de choses en matière de prise en charge de nombre de pathologies et d’urgences chirurgicales en 3è Région.

En l’espace d’un mois, notre pays vient d’inaugurer deux importantes structures sanitaires. Le 23 septembre dernier, l’hôpital du Mali de Missabougou à Bamako ouvrait ses portes dans la mouvance des festivités du 22 Septembre. Hier, c’était le tour de l’hôpital régional de Sikasso. La cérémonie d’inauguration s’est déroulée dans une atmosphère de liesse populaire, à la dimension de l’événement.
Quatre membres du gouvernement avaient fait le déplacement de Sikasso : Oumar Ibrahima Touré (Santé), Abdoul Wahab Berthé (Travail, Fonction publique et Réforme de l’Etat), Kafougouna Koné (Administration territoriale et Collectivités locales), Tiémoko Sangaré (Environnement et Assainissement).
Parmi les autres personnalités présentes, figuraient l’ancien ministre de la Santé et conseiller 
spécial du chef de l’Etat, Mme Maïga Zeïnab Mint Youba, le 
gouverneur de la Région et le maire de Sikasso, Mamadou Issa Tapo et Mamadou Tangara.

 Le nouvel établissement sanitaire est un complexe hospitalier ultramoderne construit sur deux 
niveaux. L’hôpital a été entièrement financé sur le budget d’Etat. Il a coûté au total 6,5 
milliards de Fcfa et est bâti sur un terrain de 8 hectares. Sa capacité d’accueil est de 130 lits.
L’établissement hospitalier dispose de 
services de consultations externes, de gynécologie, de pédiatrie, de chirurgie, 
de pharmacie hospitalière, de laboratoire, d’imagerie médicale, de réanimation, 
des blocs techniques, administratifs et d’hospitalisation. Il possède également 
une unité de maintenance et une banque de sang.

UN ETABLISSEMENT DE REFERENCE

Cet hôpital régional constitue une nouvelle concrétisation de l’ambition des plus hautes autorités d’améliorer l’offre de soins 
dans notre pays. Il 
vient renforcer les infrastructures sanitaires de la Région de Sikasso et ses capacités en terme de prise en charge de nombre de pathologies et d’urgences chirurgicales.
Le centre hospitalier a été conçu dans le respect des normes requises en matière d’établissement hospitalier de référence. Il répond, par exemple, aux exigences de sécurité avec un système de détection d’incendie dans les différentes unités du service. Ce dispositif de prévention est complété par des portes coupe-feu. Celles-ci permettent de protéger les 
malades hospitalisés contre d’éventuels incendies.
 L’hôpital est doté d’une galerie reliant les services importants et complémentaires dans la prise en charge des urgences 
chirurgicales. Une liaison est ainsi établie entre les services d’imagerie médicale, de réanimation, des urgences et le bloc opératoire par la galerie. L’Etat a vu grand dans la réalisation de cet hôpital puisqu’il a prévu des possibilités d’extension en hauteur. L’établissement offre des commodités de travail au personnel et dispose de logements d’astreinte.

La maîtrise d’ouvrage déléguée des travaux a été assurée par la Cellule 
d’exécution des programmes de réalisation des infrastructures sanitaires (Cepris). L’entreprise chinoise CHECEC (Agence nationale de la société de Hanan) dont l’expertise dans la construction des infrastructures sanitaires est bien établie, avait en charge les travaux de génie civil. Le suivi et le contrôle technique étaient confiés au cabinet Aldi et Alpages.

En inaugurant hier cet hôpital, le président de la République a fait part du sentiment de fierté qui l’animait face à une telle réalisation qui aura une vocation régionale et sous-régionale. « Il est avec l’hôpital du Mali, les seuls grands hôpitaux que nous avons entièrement financés sur le budget d’Etat au cours des 50 ans d’indépendance », a souligné le chef de 
l’Etat, en relevant la bonne qualité des équipements. Il a rendu hommage à l’entreprise chinoise CHECEC qui a construit le bâtiment, un joyau architectural à mettre aussi au crédit de nos 
architectes.

UN SYSTEME PAVILLONNAIRE

Le 
département de la Santé travaille dans une vision globale de renforcement des 
acquis et d’amélioration des indicateurs de santé notamment dans le cadre du 
Programme de développement sanitaire et social (Prodess) et de la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), a expliqué le chef du département. Oumar Ibrahima Touré a précisé que l’organisation spatiale de l’hôpital est basée sur le système 
pavillonnaire. Un système qui offre l’avantage de loger différents services de façon distincte, tout en prévoyant leur liaison fonctionnelle. Ainsi, les 
structures des différents bâtiments ont été dimensionnées pour pouvoir recevoir trois étages supplémentaires, a expliqué le ministre. La santé étant le bien le plus précieux pour l’homme, notre pays depuis des décennies 
a mis l’accent sur l’accessibilité géographique à des soins de qualité, a-t-il ajouté.

C’est le président de la République, Amadou Toumani Touré, qui avait lui-même posé la première pierre de l’établissement en février 2007. Celui-ci aurait dû être réceptionné le 15 août dernier. Mais pour des raisons de financement, le calendrier d’exécution avait subi un retard. Ce problème avait été résolu et l’entreprise chinoise conformément à la convention signée avec l’État avait perçu plus de 4,6 milliards de Fcfa sur un peu plus de 6,5 milliards de FCFA.
La veille de l’inauguration de l’hôpital, Amadou Toumani Touré avait inauguré un complexe hôtelier de 50 
chambres dont 4 suites présidentielles et autant de suites juniors. Cet hôtel 
baptisé du nom du Cinquantenaire de l’Indépendance est doté également de salons VIP, de salles de conférences.
Le coût de cet investissement est estimé à plus de 2,8 milliards de 
FCFA. Le promoteur de l’établissement hôtelier, Abdoulaye Diawara, a expliqué avoir sacrifié à un devoir de génération.
L’hôtel du Cinquantenaire entend être un 
maillon essentiel dans la promotion du tourisme mais aussi un lieu de rencontres 
nationales et internationales.
Le président de la République a rappelé que l’établissement a été réalisé dans 
un concept de partenariat public-privé. « Le secteur public a ses limites et tous les efforts doivent être faits en synergie », a préconisé Amadou Toumani Touré, en renouvelant sa confiance en la jeunesse et en l’avenir du pays. « J’ai eu le 
privilège de visiter beaucoup de suites présidentielles. Ce que j’ai vu à 
l’hôtel du Cinquantenaire m’a impressionné », a ajouté le chef de 
l’Etat qui s’est aussi rendu sur le site de la société 
générale des fertilisants du Mali (Sogefert), une unité de production d’engrais NPK destinés aux céréales, fruits et légumes. Nous reviendrons sur d’autres aspects du séjour du président de la République dans notre prochaine édition. 

Envoyés spéciaux
Bréhima DOUMBIA et Alou SISSOKO

L’Essor du mardi 19 octobre 2010

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009