Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Lutte contre le sida : “ NOUS SOMMES DE BONNE FOI ”

   

Le président Touré a apprécié le travail accompli dans la lutte contre la pandémie et fustigé la propagation d’informations destinées à nuire à notre pays.

Le président de la République, Amadou Toumani Touré, a présidé hier au palais de Koulouba, la session annuelle du Haut conseil national de lutte contre le sida (HCNLS).
L’événement a enregistré la présence du Premier ministre, Modibo Sidibé, des membres du gouvernement, des présidents des institutions. Étaient également présents le secrétaire exécutif du HCNLS, Malick Sène, les représentants du système des Nations Unies et de nombreux invités de marque.
Cet espace qui tient annuellement autour du chef de l’Etat est un cadre de concertation et d’échange entre décideurs, professionnels de la santé, société civile et partenaires sur des préoccupations essentielles liées à la pandémie. L’occasion permet aussi de passer en revue les actions engagées afin de donner les orientations propres à atténuer l’impact de la maladie dans notre pays.
Il faut rappeler que les pays en développement, notamment ceux du continent africain, sont les plus touchés par la pandémie du Sida. C’est ici en Afrique que l’on rencontre le plus gros contingent de personnes vivant avec le virus de la maladie. Le Mali a fait d’importants efforts dans la prévention et l’accès des malades aux soins. Ces efforts ont été couronnés par des résultats encourageants en termes d’amélioration des indicateurs de protection des personnes vivant avec le VIH-Sida et d’offre de soins.
Une communication sur l’état de la mise en œuvre des recommandations établit ainsi que notre pays a étendu la couverture de l’accès universel à la prévention. Ainsi de 29 260 malades initiés en 2009, on est passé à 32 575 en 2010. Des progrès similaires sont notés dans la création des centres de dépistage volontaire (CDV). De 260 unités en 2009, l’on a atteint 370 cette année. A également été enregistré un bond quantitatif en termes de sites de prévention de la transmission mère enfant. Ces centres-ci sont passés de 229 à 307.
Ces indicateurs illustrent les progrès de notre pays dans la lutte contre la pandémie. Celle-ci demeure en Afrique, qui abrite environ 65 % des infections selon les statistiques, à la fois un problème de santé publique et de développement donc une urgence à laquelle il faut faire face. Notre pays a initié des stratégies d’intervention et des actions pour réduire l’impact de la maladie. Il a aussi assuré la prise en charge correcte des cas via la gratuité des antirétroviraux (ARV) pour toutes les personnes infectées au VIH-sida. Le secrétaire exécutif du HCNLS, dans le rapport bilan qu’il a présenté au cours de cette journée, a jugé qu’au niveau national, 2010 a été marqué par d’importants progrès. Ainsi le taux de prévalence de la maladie qui était de l’ordre 1,3 % en 2006 est en baisse constante. “ Nous avons de sérieuses raisons d’espérer descendre en dessous de la barre de 1 % lors de l’enquête EDS prévue en 2011 ”, a indiqué Malick Sène avant de déplorer l’attitude de l’enquêteur du Fonds mondial qui a terni la réputation de notre pays sur la base de présomptions infondées.
Sur la question, le chef de l’État a, lui aussi, critiqué cet enquêteur (NDLR Guy Bourassa). “ Je suis touché, choqué par la manière. On a eu l’impression que certains sont dans un pays colonisé et peuvent faire tout ce qu’ils veulent. Nous ne pouvons accepter un tel comportement. Je ne confonds pas le Fonds mondial avec l’attitude d’un individu. Nous sommes de bonne foi, le Mali ne saurait se soustraire de ses engagements mais nous insistons pour que les investigations se passent dans la transparence, dans le respect de notre souveraineté et que le droit de porter la contradiction soit garanti ”, a vivement protesté le chef de l’Etat.
Amadou Toumani Touré a précisé avoir reçu, il y a un an, une mission d’inspection du Fonds mondial. Cette mission s’était félicitée des résultats engrangés dans la lutte contre le Sida. Mais elle a soulevé au niveau du Programme de lutte contre la tuberculose, des problèmes ayant trait à des présomptions de malversations de l’ordre de 250 millions de Fcfa. “ J’ai personnellement pris l’engagement de rembourser la somme incriminée, mais nous n’accepterons plus que la réputation de notre pays soit ternie ”, a réagi le chef de l’Etat. Les informations avaient été divulguées par des personnes mal intentionnées dont le dessein était de salir notre pays. Amadou Toumani Touré a fustigé la mauvaise conduite de ces personnes dont la seule motivation est de nuire.
La lutte contre le Sida dans notre pays requiert une mise en synergie des actions. Les multiples efforts accomplis par notre pays ont été accompagnés par les partenaires techniques et financiers. Le président Touré a rendu hommage à ces partenaires, notamment le Fonds mondial. Les brillants résultats obtenus l’ont été avec l’accompagnement du Fonds mondial (pour lequel ATT a assuré le plaidoyer pour une reconstitution des fonds en octobre dernier à New York). La session a enregistré des communications thématiques sur le défi de l’accès universel, la prévention de la transmission mère-enfant, le rapport UNGASS (rapport de la riposte nationale contre le sida transmis aux Nations Unies), la création d’un fonds national de lutte contre le sida et le cadre légal de la réponse au sida.
Le ministre de la Santé a expliqué que notre pays avec une couverture de plus de 85 % se situe au-delà des objectifs du programme de l’accès universel aux soins. Oumar Ibrahima Touré a indiqué que le défi actuel est de garantir le financement de la lutte contre le VIH-Sida, particulièrement des réactifs, des équipements et consommables et l’élimination virtuelle de la transmission mère enfant. Il s’agira aussi de réduire la co-infection tuberculose VIH-Sida.
La lutte contre le sida est un devoir de génération. Chacun doit y mettre du sien en bannissant la discrimination et la stigmatisation et en protégeant les droits essentiels de la personne humaine, c’est-à-dire le droit à la santé.
Bréhima Doumbia
L’Essor n°16826 du vendredi 26 novembre 2010

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009