Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=

VOEUX DE NOUVEL AN 2011
Réponse de Son Excellence Monsieur Amadou Toumani TOURE, Président de la République, Chef de l’Etat, en réponse aux vœux des Notables, Familles fondatrices et des Responsables des Cultes religieux (Koulouba, le 24 décembre 2010)

   
JPEG - 76.7 ko
SEM Amadou Toumani Touré, Président de la République,

Très respectés Notables, Familles Fondatrices de Bamako et Chefs de Quartiers ;

Monsieur le Président du Haut Conseil Islamique du Mali ;

Monseigneur l’Archevêque de Bamako ;

Monsieur le Délégué Général de l’Association des Groupements d’Eglises et Missions Protestantes au Mali,

Je voudrais, tout d’abord, Vous remercier sincèrement pour les vœux que Vous avez formulés à mon endroit, à ma famille et à l’ensemble du peuple malien.

En retour, permettez-moi également de Vous souhaiter, à Vous, à Vos familles et la communauté des croyants du Mali, mes vœux sincères de bonne santé, de longévité et de réussite.

2010 a été pour notre pays une année particulière, car marquée par la Célébration du Cinquantenaire de l’Indépendance du Mali.

Je voudrais, par la même occasion, Vous dire toute ma satisfaction pour Vos nombreuses initiatives, Vos prières et bénédictions pour faire de cette année celle du souvenir, de la communion et de la paix des cœurs et des esprits.

Vous avez remarquablement contribué à l’exaltation des valeurs de société positives, dont le souvenir devrait constituer pour chaque citoyen un repère solide.

Ensemble, prions et œuvrons pour que la nouvelle année qui s’annonce, soit pour le Mali une année de paix, de concorde, de progrès social, dans une cohésion nationale consolidée.

Monsieur le Président du Haut Conseil Islamique,

Je voudrais, encore une fois, Vous renouveler toute ma disponibilité et celle du Gouvernement à Vous accompagner, chaque fois que nécessaire.

Le Ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, est votre interlocuteur privilégié dans le cadre de la relation étroite, que vous entretenez avec l’Etat.

Je vous exhorte, à renforcer le climat de confiance qui existe entre vous, afin d’aboutir à des solutions consensuelles sur des préoccupations majeures de la communauté islamique du Mali, et qui sont, notamment :

- la fixation des dates des fêtes religieuses,
- l’organisation du Hadj, 5ème pilier de l’Islam.

Monsieur le Président du Haut Conseil Islamique,

Il y a un peu plus d’un an, j’avais décidé de renvoyer le projet de Code de la Personne et de la Famille à l’Assemblée Nationale pour une seconde lecture. J’avais insisté sur la nécessité de donner, à nouveau, une chance au dialogue et à la concertation pour faire émerger le consensus, autour d’un Document appelé à baliser notre marche continue, vers une société enracinée dans ses valeurs de civilisation et ouverte sur le monde.

Je tiens à saluer la courtoisie et le sens de responsabilité qui prévalent au sein du cadre de concertation mis en place par l’Assemblée Nationale du Mali et le Haut Conseil Islamique du Mali.

Monseigneur l’Archevêque de Bamako,

Vous avez évoqué, à juste titre, la qualité des relations entre l’Eglise et l’Etat malien. Pouvait-il en être autrement, quand on sait le rôle éminent que joue l’Eglise dans le processus global de développement de notre pays.

Il me suffit de rappeler, entre autres, la place de votre Institution dans les secteurs de l’éducation, de l’action sociale et caritative.

Je voudrais, à travers Vous, Monseigneur, saluer les frères et sœurs qui m’ont accueilli avec beaucoup de ferveur à l’occasion du récent pèlerinage marial de Kita, à l’occasion duquel j’ai pu mesurer la vitalité de l’Eglise catholique. Monsieur le Délégué Général de l’Association des Groupements d’Eglises et Missions Protestantes Evangéliques au Mali,

Je partage amplement votre citation : Le développement du Cœur est au Cœur du développement .

Nous devons conjuguer nos efforts contre l’effritement des valeurs morales, qui conduit à des pratiques que nous déplorons tous.

A Votre suite, je voudrais exhorter tous les maliens, à prendre grand soin des acquis obtenus, durant cette année du cinquantenaire. Il s’agit de préserver et consolider les infrastructures diverses qui ont été réalisées, mais il s’agit aussi et surtout de maintenir et de renforcer la cohésion nationale qui fait la force de notre pays.

Je compte sur vous, Chefs et Guides pour conduire la tâche de réarmement moral et spirituel de nos Compatriotes, surtout la jeune génération, qui doit être préparée à ses responsabilités, demain.

Très respectés Notables, Familles Fondatrices de Bamako et Chefs de Quartiers ;

Monsieur le Président du Haut Conseil Islamique du Mali ;

Monseigneur l’Archevêque de Bamako ;

Monsieur le Délégué Général de l’Association des Groupements d’Eglises et Missions Protestantes au Mali,

Je voudrais Vous remercier tous pour Vos sages conseils J’ai également bien noté Vos préoccupations, parmi lesquelles, les difficultés du système éducatif, les problèmes du foncier, la corruption et la délinquance financière.

C’est pour faire face à ces fléaux que, dès le début du second mandat, j’ai instruit le Gouvernement d’instaurer des cadres de réflexion approfondie.

L’objectif étant de rompre aves les solutions conjoncturelles et, de façon participative, aboutir à des recommandations pertinentes.

A ce titre, le Forum National sur l’Education, les Etats Généraux sur la Corruption et la Délinquance Financière et les Etats Généraux sur le Foncier, ont permis un diagnostic exhaustif de ces différents maux.

A la suite du diagnostic, des recommandations assorties de Plan d’Actions ont été formulées et partagées par tous les intervenants. Leur mise en œuvre se fait progressivement, à un rythme soutenable pour le Gouvernement.

Aussi, je voudrais Vous exhorter, à redoubler d’initiatives pour une plus grande conscientisation des populations.

Et pour faciliter le dialogue formel, entre l’Etat et les Confessions religieuses, j’instruis le Gouvernement à mettre en application la décision du 15 Juillet 2004, portant création de la Commission Consultative du Culte.

Très respectés Notables, Familles Fondatrices de Bamako et Chefs de Quartiers ;

Monsieur le Président du Haut Conseil Islamique du Mali ;

Monseigneur l’Archevêque de Bamako ;

Monsieur le Délégué Général de l’Association des Groupements d’Eglises et Missions Protestantes au Mali,

Aujourd’hui, plus que jamais, le Mali a besoin de Vos bénédictions et de Vos prières pour consolider les nombreuses avancées vers un développement harmonieux.

Je voudrais Vous demander également de prier et de faire des bénédictions, pour éloigner de notre pays et de ses voisins les affres du désordre, de la division et de la guerre.

Formons ensemble, le vœu que 2011 soit une année de paix, de concorde et de progrès continu, pour le Mali !

Je vous remercie !

|Précédent|Suivant|

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009