Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Centres de lecture et d’animation culturelle : TREIZE D’UN COUP POUR NOTRE PAYS

   

Initiés par la Francophonie, ces centres apportent livres, publications et ressources numériques à des populations isolées.

Les Tic sont une passerelle pour le développement. Le gouvernement et l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) ont bien intégré cet enjeu. C’est ainsi que le président de la République, Amadou Toumani Touré, a procédé, mardi, à Kati à l’inauguration des centres de lecture et d’animation culturelle (Clac), installés à travers notre pays par l’OIF. L’événement s’est déroulé en présence de membres du gouvernement, de l’administrateur de l’OIF, Clément Duhaime, des autorités administratives et politiques de Kati ainsi que de responsable des Clac de France, du Togo, du Liban, du Tchad, du Niger et de Haïti. Plusieurs représentants d’institutions et du corps diplomatique accrédités dans notre pays ont pris part à la cérémonie. Ces 13 centres ont été implantés dans les communes de Kati, Ségou, Yélimané, Yanfolila, Djenné, Banamba, Kidal, Koro, Ménaka, Niéna, Yorosso et Bafoulabé. Si les bâtiments ont été offerts par les localités bénéficiaires, les investissements ont coûté 585 millions de Fcfa à l’OIF. Le Clac de Kati a été baptisé du nom de feu Sékou Doucouré, qui fut le représentant spécial du chef de l’État auprès de l’OIF. Les Clac, initiés depuis une vingtaine d’années par la Francophonie dans les zones rurales et périurbaines permettent d’accroître l’accès des populations isolées aux livres, publications et ressources numériques. Chaque centre possède une bibliothèque de 2200 ouvrages, une salle polyvalente où se déroulent des animations culturelles, un équipement audiovisuel et informatique. Véritables lieux de convivialité et bibliothèques publiques, les Clac sont fréquentés particulièrement par les écoliers, les jeunes, les enseignants, mais aussi les fonctionnaires locaux et les membres de la société civile. Les centres de lecture et d’animation culturelle actuels portent à 295 le nombre de centres installés dans 21 pays francophones d’Afrique, de l’Océan indien, de la Caraïbe et du Proche-Orient. Ils constituent un réseau dynamique de partage et d’émulation qui propose des activités culturelles et sociales adaptées aux différents publics. « Depuis 2003, le projet a évolué en un véritable programme d’appui aux politiques nationales de lecture », a expliqué Clément Duhaime qui a souligné l’intérêt que son organisation accorde aux Clac. Ces centres accueillent de nos jours plus de 3 millions de jeunes à travers le monde et constituent un véritable espoir pour eux. Clément Duhaime a également rendu homme à feu Sékou Doucouré. Le ministre de la Culture a remercié l’OIF pour ces Clac de nouvelle génération. Les centres sont « des maisons de la culture » qui permettront aux couches défavorisées d’accéder à la connaissance à travers la lecture et les Tic, a indiqué Mohamed El Moctar. Le maire de Kati, Hamalla Haïdara, a confirmé que ces centres répondent aux besoins des populations. Le Clac de Kati, a-t-il assuré, aura un impact bénéfique sur le développement social, économique et culturel de la collectivité. Le président Amadou Toumani Touré a rendu hommage à feu Sékou Doucouré, un de ses maitres, un aîné et un ami. Les centres, a-t-il indiqué, ont été conçus pour les élèves, les enseignants, les chercheurs, mais également pour tous ceux qui désirent se perfectionner. Amadou Toumani Touré perçoit là un moyen au service de la jeunesse qui doit s’instruire pour être au rendez-vous du développement. « La jeunesse doit se perfectionner. Car aujourd’hui on a besoin des excellents », a insisté le chef de l’État en demandant aux localités bénéficiaires de s’approprier des centres.
Baye Coulibaly
L’Essor du jeudi 27 janvier 2011

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009