Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Maouloud 2011 : BOUSCULADE MEURTIERE A BAMAKO

   

Elle a fait 36 morts et 64 blessés

C’est sans doute l’un des incidents les plus dramatiques liés à une fête religieuse, jamais survenus dans notre pays. L’anniversaire du baptême du prophète Mohamed (PSL) a été endeuillé dans la capitale par une bousculade qui s’est produite hier au stade omnisports Modibo Kéïta dans l’après-midi lors d’un prêche traditionnel du célèbre prêcheur, Ousmane Cherif Madani Haïdara. Le bilan est très lourd : 36 personnes et 64 blessés.
C’est un communiqué du gouvernement qui a annoncé la triste nouvelle hier dans la soirée. « Le gouvernement a le profond regret de porter à la connaissance de nos concitoyens qu’une bousculade survenue à la fin du prêche organisé dans l’après-midi du lundi 21 février au stade omnisports Modibo Kéïta, à l’occasion du Maouloud, a provoqué la mort de 36 personnes et fait 64 blessés », indique le communiqué.
Le texte précise que dès l’annonce du drame, le président de la République, Amadou Toumani Touré, a dépêché à l’hôpital Gabriel Touré, le Premier ministre, Modibo Sidibé. Le chef du gouvernement était accompagné de trois ministres : Kafougouna Koné (Administration territoriale et Collectivités locales), Sadio Gassama (Sécurité intérieure et Protection civile), Mme Gakou Salamata Fofana (Logement, Affaires foncières et Urbanisme).
« En cette douloureuse circonstance, le président de la République et le gouvernement, présentent leurs condoléances les plus attristées aux familles des défunts. Qu’Allah le Tout-Puissant les accueille dans son paradis. Aux blessés, ils souhaitent un prompt rétablissement. Le gouvernement informe par ailleurs que toutes les dispositions sont prises pour élucider les circonstances exactes du drame », conclut le texte qui est signé pour le gouvernement par le ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection civile.
Un autre communiqué de la direction de l’hôpital Gabriel Touré précise que l’établissement hospitalier se tient à la disposition des parents des victimes pour toute disposition utile. « Elle prie pour le repos de l’âme des défunts et souhaite rompt rétablissement aux blessés », ajoute la direction de l’hôpital.
Selon le directeur de l’hôpital Gabriel Touré, Abdoulaye Nènè Coulibaly, la vie de la plupart des personnes blessées n’est pas en danger. Sur les 64 blessés (essentiellement des blessés légers), trois souffrent de traumatisme crânien.
La quasi-totalité des morts sont des femmes : 33 femmes pour 3 hommes. Trente corps étaient déposés à la morgue du centre hospitalier universitaire. Six autres avait été transportés à la morgue de l’hôpital du Point G. Hier dans la soirée, les Bamakois avaient pris d’assaut l’hôpital du Gabriel Touré qui pour identifier les corps ou s’assurer qu’aucun parent ne figure parmi les victimes.
L’hôpital Gabriel Touré avait pris les dispositions nécessaires pour faire face à la situation. Le directeur général de l’établissement sanitaire, a confié qu’il avait fait appel au centre d’odonto-stomatologie et à l’hôpital du Point G et aux centres de santé de référence pour qu’ils envoient des ambulances afin de transporter les blessés. Une équipe médicale renforcée a été mobilisée au service d’accueil des urgences de Gabriel Touré pour la prise en charge des blessés. Les premiers soins ont été administrés et les examens radiographiques et de scanner pour les traumatismes crâniens ont été réalisés sur place.
Quand notre équipe de reportage s’est rendue à l’hôpital Gabriel Touré, Mariam Drabo, légèrement blessée au genou attendait de faire son examen radiographique. Elle témoigne : « A la fin du prêche, nous voulions naturellement rentrer chez nous. Arrivés vers la porte, la bousculade a subitement commencé. Je me suis retrouvée à terre. Je rends grâce à Allah pour m’avoir sauvé la vie ».
Il faut rappeler que l’année dernière, une bousculade meurtrière avait provoqué 26 morts et une quarantaine de blessés, lors de la célébration du Maouloud, l’anniversaire de la naissance du Prophète Mohamed (PSL). L’incident dramatique s’était produit aux alentours de la grande mosquée de Djingarey-Ber à Tombouctou, entre 21 et 22 heures, au moment où des milliers de fidèles (environ 4000) étaient regroupés pour la veillée de lecture du saint Coran et pour des prières à l’occasion du Maouloud.
Bréhima Doumbia
L’Essor n°16884 du mardi 22 février 2011

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009