Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | LE PRESIDENT

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


« 11ème EDITION DE LA JOURNEE NATIONALE DES COMMUNES : Discours de Son Excellence Monsieur le Président de la République (CICB, 17 mars 2011)

   

JPEG - 229.1 ko
SEM Amadou Toumani Touré, Président de la République

Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;

Honorable Président de l’Assemblée Nationale du Mali ;

Monsieur le Président du Haut Conseil des Collectivités Territoriales ;

Mesdames, Messieurs les Ministres ;

Mesdames, Messieurs les Présidents des Institutions de la République ;

Honorables Députés ;

Mesdames, Messieurs les Conseillers Nationaux et Locaux ;

Son Excellence, Monsieur le Doyen du Corps Diplomatique ;

Excellence, Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs ;

Madame la Coordinatrice du Système des Nations-Unies au Mali ;

Mesdames, Messieurs les Représentants des Organisations Africaines et Internationales ;

Messieurs les Gouverneurs des Régions et du District de Bamako ;

Madame, Messieurs les Préfets ;

Monsieur le Président de l’Association des Municipalités du Mali ;

Monsieur le Président de l’Association des Collectivités, Cercles et Régions du Mali ;

Messieurs les Présidents des Assemblées Régionales ;

Messieurs les Présidents des Conseils des Cercle ;

Mesdames, Messieurs les Représentants des Partenaires Techniques et Financiers ;

Distingués Invités ;

Mesdames, Messieurs,

La Journée Nationale des Communes est un moment privilégié de dialogue entre le Président de la République et l’ensemble des 703 Maires de notre pays. Nous la célébrons chaque année, avec le même plaisir et le même intérêt.

Le Président du Haut Conseil des Collectivités Territoriales, Oumar Ag Ibrahim et le Ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, Général Kafougouna KONE, que je félicite pour leurs brillants discours, ont fort utilement rappelé les enjeux et le contexte de cette onzième édition.

La présente journée intervient après la célébration du Cinquantenaire de l’accession de notre pays à l’indépendance et coïncide également, avec le 10ème anniversaire de la décentralisation intégrale dans notre Pays, d’où le thème de cette édition, à savoir : « Mali, dix ans de décentralisation : bilan et perspectives ». Le moment est donc propice à la réflexion sur les forces et les insuffisances de notre parcours.

Mesdames, Messieurs les Elus locaux,

Au cours de vos travaux, vous aurez, une fois de plus, l’occasion d’interroger la pertinence de nos choix, nos méthodes et nos politiques pour l’administration de notre pays, depuis l’avènement de la 3ème République.

L’objectif visé par la décentralisation dans notre pays, est d’obtenir au niveau local et régional des performances bien meilleures, que celles réalisées antérieurement par l’administration centrale, en matière de développement économique social et culturel.

Dans ce cadre, le document cadre de Politique Nationale de Décentralisation, qui couvre la période 2005-2014, situe clairement nos ambitions, ainsi que les objectifs assignés à la décentralisation. Cette vision est largement partagée par nos partenaires au développement.

L’Etat du Mali, avec ses ressources propres et celles tirées de la coopération au développement, continuera à investir dans nos régions, cercles et communes, pour en faire de véritables collectivités porteuses de croissance et de développement.

Toutes les réalisations majeures et les chantiers en cours, à Bamako et à l’intérieur du pays, participent de cette politique volontariste de renforcement des infrastructures et équipements des collectivités territoriales, pour le bien-être de nos populations.

Permettez-moi de vous rappeler par exemple, que de 2001 à nos jours, l’Agence Nationale d’Investissement des Collectivités Territoriales, a mobilisé plus de 150 milliards de FCFA pour la réalisation sous la maîtrise d’ouvrage des collectivités Territoriales d’environ 17.812 projets.

Il appartient aux entités bénéficiaires des différents équipements d’en prendre le plus grand soin dans le cadre d’un entretien régulier.

Mesdames, Messieurs,

En plus de ces investissements dédiés aux Collectivités Locales, l’action de développement de l’Etat fait une large place à la promotion de la décentralisation. A ce titre, les infrastructures routières sont un puissant levier de l’activité économique et de la mobilité urbaine et interurbaine.

C’est pour cette raison, que nous avons constamment allié la construction des grands axes routiers de désenclavement avec celle des voiries urbaines dans nos capitales régionales et villes secondaires.

Dans le domaine du sport et de la culture, l’effort d’équipements est tout aussi important. Des terrains de basket-ball et de football ont été aménagés dans de nombreuses localités. La politique de construction de salles de spectacles se poursuit avec la même détermination pour favoriser l’expression artistique et culturelle.

Un meilleur accès aux soins de santé de qualité au plus près des populations, demeure un des engagements forts de l’Etat. Le transfert de compétences et de ressources de l’Etat aux Collectivités territoriales, réalisé dans ces différents domaines devrait nous permettre d’atteindre le développement économique et social, de nos collectivités territoriales.

Mesdames, Messieurs les Elus Locaux,

Je suis conscient, des nouveaux rôles et nouvelles responsabilités que vous confèrent la décentralisation, notamment dans l’élaboration et la conduite des schémas d’aménagement et de développement de vos localités. Vous les exercerez mieux en disposant de ressources humaines qualifiées et motivées.

C’est fort de cette conviction, que l’Etat a créé le Centre de Formation des Collectivités Territoriale, avec un plan de renforcement des capacités des élus et des autres acteurs en rapport avec leurs besoins.

Je veux me réjouir également, de la mise en place du Fonds National d’Appui aux Collectivités Territoriales, dont les dotations sont opérationnelles aujourd’hui, se répartissant en cinq guichets distincts que sont :

- La dotation d’Investissement des Collectivités Territoriales,
- La dotation pour la Garantie des Emprunts des Collectivités territoriales,
- La dotation pour les Appuis Techniques,
- La dotation pour l’Appui au Fonctionnement des Collectivités Territoriales,
- La dotation pour l’Inter collectivité.

C’est le lieu d’exprimer, notre profonde reconnaissance aux Partenaires Techniques et Financiers, qui nous appuient pour faire de la décentralisation un vecteur du développement régional et local.

Parallèlement aux structures d’appui et d’encadrement, des textes ont été également adoptés, en faveur de la gestion décentralisée et des élus locaux, entre autres :
- la levée de la suspension sur le foncier
- le statut de l’élu local aux fins de le sécuriser
- la Loi relative à la taxe foncière sur le foncier bâti et non bâti.

Mesdames, Messieurs,

Distingués Invités,

Cette 11ème Edition de la fête des Communes est pour moi l’occasion de vous redire ma foi en l’avenir de la décentralisation au Mali. Nos progrès sont indéniables, mais nous devons travailler à corriger surtout nos faiblesses. Les collectivités territoriales ainsi que les populations à la base attendent beaucoup de cette politique de décentralisation.

Ces attentes et espoirs, fort bien légitimes, méritent de toute évidence d’être comblés. Aussi, devrions-nous tous résolument travailler dans ce sens.

En renouvelant ma confiance et mon soutien à tous les acteurs engagés dans le processus de décentralisation, je déclare ouverte la 11ème Edition de la Journée Nationale des Communes.

Je vous remercie de votre attention !

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009