Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | LE PRESIDENT

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Sommet Mondial des Jeunes Leaders sur le VIH/SIDA : Discours de SEM le Président de la République (Bamako, CICB, le 15 avril 2011)

   

Monsieur le Directeur Exécutif de ONUSIDA,

Distingués invités,

Mesdames, Messieurs,

Chers Jeunes,

Le peuple malien et particulièrement sa jeunesse vous souhaite par ma voix la plus chaleureuse bienvenue à Bamako, à l’occasion de la tenue de ce Sommet Mondial des Jeunes Leaders, que vous nous faites l’honneur d’organiser au Mali. Votre Sommet est d’une importance capitale à nos yeux, en raison du thème en débat, à savoir l’émergence d’une nouvelle génération de leaders face au VIH/SIDA .

Je remercie, en votre nom, notre frère Michel SIDIBE, Directeur Exécutif de ONUSIDA , qui est venu partager avec les participants les espaces et les opportunités d’échanges qu’offre cette rencontre de Bamako.

Pour ma part, je voudrais d’abord me réjouir de cette prise de parole de la jeunesse africaine sur un problème qui le touche en premier lieu : je veux parler du fléau du SIDA. Un adage bamanan dit qu’ on ne peut pas raser un absent . Il est donc réconfortant de voir les jeunes s’inscrire au cœur du débat.

Je suis convaincu que les conclusions de ce sommet des Jeunes Leaders enrichiront la réflexion de l’Assemblée Générale de Haut Niveau sur le SIDA prévue à New-York, au mois de juin prochain.

Chers Jeunes Leaders,

Vous avez décliné votre engagement en dix commandements de lutte contre le VIH/SIDA. Le mot Commandement a du sens pour le Général à la retraite, le vieux soldat que je suis. C’est pour vous dire que les commandements édictés ne seront exécutés correctement que si les responsables des jeunes eux-mêmes donnent l’exemple, en étant de bons chefs de troupes dans la lutte contre le VIH/SIDA.

Oui, nous pouvons :

- réduire la transmission du VI/SIDA par l’intensification des campagnes d’information et de sensibilisation en direction des couches vulnérables,

- faire reculer la transmission Mère-Enfant et son cortège de bébés orphelins et souffrant du SIDA.

- Nous devons mieux prendre en compte les maladies opportunistes comme la tuberculose dans nos programmes de prise en charge des malades,

- Oui, nous pouvons et nous devons combattre toutes les pratiques répressives, la discrimination et la stigmatisation des malades du VIH/SIDA…

Cette énumération n’est pas exhaustive de vos dix commandements, mais je reste persuadé que nous pouvons atteindre tous les objectifs fixés. Les Etats ont un rôle à jouer dans cette vaste mobilisation contre la pandémie du SIDA. Dans ce sens, de 2004 à nos jours, le Mali a fait des progrès considérables, avec les indicateurs suivants :

- Le nombre de centres de dépistage volontaire est passé de 26 à 260, - Le nombre de sites de traitement est passé de 9 à 67,
- Le nombre de sites de prévention de la transmission mère-enfant est passé de 34 à 229,
- Le nombre de patients initiés au traitement Anti-Rétroviraux est passé de 3 300 à 27 333 soit environ 80% des personnes malades à prendre en charge.
- Un organe national de coordination, directement rattaché à la Présidence de la République, a été créé et les trois secteurs clés de notre société, y sont représentés à parité égale : le secteur public, le secteur privé et la société civile.

De nombreuses campagnes de sensibilisation et d’éducation des populations ont été menées, une loi de protection des droits des personnes infectées et affectées adoptée, du personnel médical formé, des politiques sectorielles développées, les activités décentralisées dans toutes les régions, un mécanisme de suivi évaluation a été mis en place.

Le budget national du Mali, alloue au programme plus de 5 millions de dollars chaque année (2 milliards 500 millions de FCFA), depuis 2004 et un fonds national de lutte contre le sida.

Chers Jeunes,

Ces résultats prouvent qu’il n’y a pas de fatalité du SIDA dans nos pays. J’ajoute aussi que dans ce combat, il faut surtout éviter de baisser la garde : a vigilance doit être permanente.

J’encourage les jeunes à redoubler d’ardeur et d’engagement dans cette lutte. C’est sur cette invitation que je déclare ouvert le Sommet Mondial des Jeunes Leaders sur le VIH/SIDA.

Je vous remercie de votre aimable attention !

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009