Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | LE PRESIDENT

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Discours de présentation de la Fondation et du Prix Keba Mbaye, par Mamadou Wahab Talla, Président de la Fondation (samedi, le 16 avril 2O11, Théâtre national Daniel Sorano)

   

Excellence Maître Abdoulaye WADE, Président de la République du Sénégal,

Excellence Monsieur Amadou Toumani TOURE, Président de la République du Mali,

Monsieur le Président du Sénat,

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,

Monsieur le Président du Conseil économique et social,

Monsieur le Premier Ministre,

Mesdames et Messieurs les ministres,

Mesdames et Messieurs les Sénateurs et les Députés,

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des Institutions Internationales,

Honorables invités,

Le juge Keba MBAYE sera parmi nous aujourd’hui, ressuscité par nos pensées vers lui, mais aussi plus simplement par la présence de celle qui partageât sa vie jusqu’à son dernier souffle. Permettez-moi donc avant toute chose de rendre hommage à Madame Mariette Diarra veuve Kéba Mbaye et à travers elle aux deux premières dames ici présentes Mme Viviane Wade et Mme Touré Lobbo Traoré, et au delà à toute la moitié du ciel. Laissant à l’adage que derrière chaque grand homme il y’a une grande Dame, et vous en fûtes, Mme Mbaye ,l’illustration parfaite, je voudrais aujourd’hui, alors que le Juge nous a quitté, chanter la notre mère à tous que vous avez toujours été en convoquant Victor Hugo.

O l’amour d’une mère ! amour que nul n’oublie !

Pain merveilleux qu’un dieu partage et multiplie !

Table toujours servie au paternel foyer !

Chacun en a sa part et tous l’ont tout entier !

J’ai le fort sentiment que ces vers ont été écrits pour vous.

Cheikh Yérim Seck, journaliste, auteur du livre Kéba Mbaye, Parcours et combats d’un grand Juge a écrit :

Si Kéba Mbaye était le ressortissant d’un pays développé, il y aurait eu des Mélanges Kéba Mbaye, un monument à son effigie ou une institution importante portant son nom. Rares sont en effet les juristes de sa génération auxquels on puisse le comparer. En 83 ans d’une vie météorique, ce sénégalais, né dans une famille modeste d’une ville austère du pays a beaucoup fait, tout fait, vite, très vite.

Kéba Mbaye a, en effet, été :

- Le rédacteur de la Charte Africaine des droits de l’homme et des peuples
- Le maître d’oeuvre du traité de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (Ohada) et le rédacteur des actes uniformes de l’Ohada.
- Le concepteur du tribunal arbitral du sport.
- Le modernisateur des règles d’éthique du Comité international olympique.
- L’inventeur de la notion de droit au développement.

Il est évident qu’un homme d’une telle dimension, ayant marqué l’histoire de son pays d’une encre indélébile, ne peut disparaître sans laisser de trace. Sa mémoire reste à jamais gravée dans la conscience de sa famille, de ceux qui l’ont connu, aimé, admiré et apprécié.

Les actions considérables et les valeurs pronées par le Président Keba Mbaye doivent continuer à servir d’exemples aux générations futures, lesquelles pourront, pour un meilleur devenir de leur pays , emprunter ce sentier bordé d’amour, de solidarité, d’éthique, de sens des responsabilités, de courage, d’humanisme et d’humanité que ce célèbre patriarche nous a tracé. Sa famille et ses amis ont décidé de perpétuer son oeuvre.

La Fondation Kéba Mbaye est donc née pour la réalisation de cet objectif, conforme aux préoccupations du Président Kéba Mbaye qui déclarait : Le travail et l’éthique sont les seuls outils de développement véritable. Nous devons les ériger en principe premier... .

Il n’est donc nullement surprenant que la Fondation Kéba Mbaye, créée et reconnue d’utilité publique en septembre 2008, ait pour devise : Ethique et Solidarité. Elle a, en outre, dans son oeuvre de lutte pour les droits humains en général et le droit au développement en particulier, intégré les objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies, à travers :

- L’éducation dont la promotion est incontournable pour la formation de citoyens conscients de leurs droits et devoirs et du rôle important qu’ils doivent jouer dans le développement de leur pays ;
- Le sport auquel Kébé Mbaye, Grand sportif, s’est beaucoup consacré, considérant que le fait d’encourager cette pratique et de faire prédominer l’esprit ;
- Un diplôme ;
- Une somme de 10 000 euros.

Nous avons l’honneur de vous annoncer que le Prix Kéba Mbaye pour l’éthique de l’année 2010 a été décerné à son Excellence, M. Amadou Toumani TOURE, Président de la République du Mali qui le recevra, dans les instants à venir, des mains de son Excellence, le Président de la République du Sénégal, Me Abdoulaye WADE.

Je vous remercie de votre aimable attention.

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009