Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Ziyara d’Hamdallaye : UN SOUFFLE DE SPIRITUALITE BIEN UTILE

   

Institué en 1977, le rendez-vous religieux annuel a pris une dimension nationale et même sous-régionale.

La Ziyara d’Hamdallaye (pèlerinage annuel) s’est imposée dans le calendrier des fêtes musulmanes dans notre pays. L’événement rassemble chaque année à la même période des milliers de fidèles. De fait, le rendez-vous annuel a pris une dimension nationale et même sous-régionale.
La 35ème édition de la Ziyara de Sékou Amadou s’est déroulée le week-end (samedi et hier) à Hamdallaye une localité située à une trentaine de kilomètre de la ville de Mopti. Plusieurs milliers fidèles musulmans dont le président de la République, Amadou Toumani Touré, accompagné de son épouse, Mme Touré Lobbo Traoré, ont pris part à l’événement. Des ministres et d’autres personnalités de premier rang participaient aux manifestations religieuses programmées pour l’occasion. Instituée depuis 1977, la Ziyara d’Hamdallaye est un moment de communion des cœurs et des esprits. Les fidèles musulmans qui s’y rendent font des prières et des bénédictions pour eux-mêmes, pour leurs proches et pour le pays.
La rencontre annuelle a été instituée suite à la grande sécheresse de 1972-1973 qui avait durement frappé le pays. A l’époque, les érudits avec à leur tête l’écrivain et homme de culture, Amadou Hampaté Ba, décidèrent de s’unir pour faire des prières propiatoires et expiatoires en faveur du pays. Depuis, la ziyara d’Hamdallaye a donc pris une dimension nationale et même sous-régionale. « C’est un moment de communion et de prières pour ceux qui y participent et pour le Mali. La Ziyara d’Hamdallaye est devenue un événement important dans le calendrier des manifestations religieuses. Les autorités ont contribué à mieux l’organiser et à la pérenniser », explique Arsiké Ba, un des responsables de la commission d’organisation de la Ziyara. En précisant que les musulmans viennent se confier à Dieu et chercher protection auprès de lui.
« Dieu a recommandé aux musulmans de s’unir pour faire face aux problèmes. C’est le fait que les gens se rassemblent dans un seul endroit pour prier en commun et exprimer leurs vœux qui fait la force de Ziyara », poursuit notre interlocuteur, remerciant le chef de l’Etat et son épouse pour les actions initiées pour restaurer la mosquée et en faveur de l’organisation du pèlerinage.
« La Ziyara est une très bonne chose pour le pays. J’y participe chaque année et je repars toujours moralement et spirituellement réconforté. Tout musulman qui le peut doit y participer », confie un fidèle.
« C’est ma première fois d’y participer. Mais je reviendrai l’année prochaine. J’ai encore des prières à faire pour moi et pour le Mali », témoigne un autre fidèle.
L’essentiel des célébrations s’est déroulé entre samedi 17 heures et dimanche 6 heures du matin avec des chants religieux, des séances de lecture du Coran et de prières. Il y a eu aussi des moments de recueillement sur les tombes des saints d’Hamdallaye.
Ainsi, avec d’autres fidèles, le président la République a pris part à la prière du « Magrib » et du « Isha » dans la mosquée d’Hamdallaye nouvellement rénovée par ses soins. La prière du « Magrib » a été suivie par une lecture du Coran et des séances de bénédictions dirigées par six érudits dont l’iman qui a dirigé les prières, Babolo Barry.
La nuit a été aussi marquée par des séances de prêches, de prières et des bénédictions. La prière de l’aube (Fadjr) et une grande séance de bénédictions ont mis fin à l’événement. Tous ont prié pour un Mali en paix, de prospérité et pour une bonne pluviométrie pour l’hivernage qui s’annonce. Sékou Amadou était un grand érudit musulman. Né en 1776 et décédé 1845, il est le 12ème calife et le fondateur de l’Empire peulh du Macina en 1818 dont la capitale était Hamdallaye. Durant tout son règne, l’homme s’est consacré à l’expansion de la « Dina » (l’Islam). Il bâtit un Etat théocratique fort grâce à une bonne organisation militaire et administrative. Sékou Amadou fit venir d’autres grands érudits à Hamdallaye qui lui restèrent fidèles. Ce qui fit de la capitale de l’Empire peulh du Macina un des hauts lieux de l’islam au Soudan français. Il repose à Hamdallaye. Dans son mausolée se trouvent plusieurs autres de ses compagnons érudits et certains membres de sa famille notamment son fils, Amadou Sékou qui lui succéda au trône.
Cheick Sidi Lamine Kounta, Sékou Alpha Nouhairou, Wèlorè, Allaye Sékou Boubacar Karabemta sont parmi les grands érudits qui reposent dans le mausolée. Le président la République, Amadou Toumani Touré a saisi l’opportunité de ce pèlerinage pour faire part une fois de plus, de l’intérêt qu’il accorde à la préservation de la paix et de la sécurité dans le pays. Il a exhorté nos compatriotes à l’union pour faire face aux nombreux défis du moment.
Le chef de l’Etat poursuit son séjour dans la Région de Mopti. Aujourd’hui, il procédera à l’inauguration du débarcadère de Konna, une localité du cercle de Mopti. Ce débarcadère et d’autres installations sont réalisés dans le cadre du vaste Projet d’appui au développement de la pêche continentale (PADEPECHE) dans les régions de Mopti et Tombouctou. Financé par le Fonds africain de développement (FAD), le gouvernement et les bénéficiaires, ces infrastructures sont destinées à améliorer les conditions de production de poisson pour renforcer la sécurité alimentaire et réduire ainsi la pauvreté.

Envoyés spéciaux
Baye Coulibaly & Habib Kouyaté
L’Essor n°16936 du lundi 9 mai 2011

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009