Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Conférence de presse du 8 juin : LE PRÉSIDENT TOURÉ FIDELE A L’ESPRIT DU RENDEZ-VOUS

   

Le chef de l’Etat a répondu sans détour à toutes les questions brûlantes de l’actualité : les élections générales de 2012, le fichier électoral, les reformes institutionnelles, l’Assurance maladie obligatoire, le coût de la vie…

Le compte à rebours a commencé. Dans un an notre pays aura un nouveau président de la République. Dans un tel contexte, la traditionnelle conférence de presse que le président Amadou Toumani Touré anime chaque 8 juin à l’occasion de l’anniversaire de son investiture à la magistrature suprême revêtait un caractère particulier. De fait, de nombreux confrères de la presse nationale et internationale ont répondu présents à l’invitation.
Exceptionnellement, ce rendez-vous annuel avait été décalé à hier, car le chef de l’Etat était la semaine dernière à New York pour une importante rencontre consacrée à la lutte contre le sida (voir article en page 18). Comme d’habitude, la conférence de presse s’est déroulée en toute convivialité et dans une atmosphère très détendue. Et comme à l’accoutumée, l’occasion était bonne pour les journalistes de poser au président de la République des questions brûlantes de l’actualité : l’organisation des élections générales de 2012, le fichier électoral, les reformes institutionnelles, l’Assurance maladie obligatoire (AMO), l’affaire de l’avion qui transportait de la drogue, le coût de la vie etc.
Comme d’habitude, la conférence de presse a débuté par une introduction liminaire du chef de l’Etat. Il a évoqué les grandes réalisations faites ces derniers temps et celles qui sont en cours de concrétisation. Parmi ces réalisations, il a mis l’accent sur les infrastructures routières avec la construction de la route Bamako-Dakar par le sud, la finition de la route Bamako-Kangaba dont l’inauguration est prévue pour le 31 juillet prochain, aussi le 3è pont de Bamako qui sera officiellement inauguré le 22 septembre prochain à l’occasion de la célébration de la fête nationale. Amadou Toumani Touré a également cité les réalisations faites dans le domaine de la santé avec la construction, la réhabilitation, l’équipement de nombre d’hôpitaux à Bamako et à l’intérieur du pays. Les efforts consentis par les gouvernements successifs ont fait que notre pays compte aujourd’hui plus de 1032 centres de santé communautaires (CSCOM). Parmi les projets phares en vue, le président Touré a cité l’autoroute Bamako-Ségou, la route Niono-Tombouctou, la route Bourem-Taoussa, Bourem-Kidal, l’aménagement de la corniche du fleuve Niger à Bamako. Ce projet gigantesque prendra en compte la construction d’un tunnel. Le chef de l’État a, par ailleurs, parlé de la cherté de la vie et des sacrifices financiers consentis par le gouvernement pour atténuer ses effets. Il a rassuré que le gouvernement fera de même en cette veille du mois de ramadan pour que nos concitoyens aient accès à certaines denrées comme le sucre et le riz. Pour cela le gouvernement accordera des avantages fiscaux aux commerçants importateurs de ces produits et le tout se passera dans un partenariat gagnant-gagnant. Le président de la République a beaucoup insisté sur les efforts du gouvernement qui subventionne ainsi certains produits alimentaires, les produits pétroliers, le gaz butane, l’eau et même les frais de voyage à la Mecque. Il n’a pas aussi oublié de souligner les revenus tirés de l’exploitation aurifère (plus de 100 milliards en 2010).
Tout comme l’État peut se frotter les mains lorsque commencera l’exploitation du phosphate, du fer, du pétrole et bien d’autres minerais dont regorge notre pays. Dans le domaine agricole, Amadou Toumani Touré a annoncé la pose très prochaine de la première pierre du seuil de Djenné et le réveil du secteur cotonnier avec une production attendue de 500 000 tonnes cette année.

PAS DE TRANSITION

Concernant les questions par rapport aux élections de l’année prochaine, le chef de l’État souhaite que tout se passe dans la transparence et à la satisfaction de tous. Par rapport à la question cruciale du choix du fichier électoral qui agite en ce moment la classe politique et la société civile, Amadou Toumani Touré a répondu n’avoir aucune préférence ni pour le Recensement administratif à caractère électoral (RACE) ni pour le Recensement administratif à vocation d’état civil (RAVEC) dont le processus est en cours. "Le bon fichier, c’est le fichier consensuel", a-t-il fait remarquer. En ce qui concerne les reformes institutionnelles, le président Touré a expliqué les tenants et les aboutissants de ces reformes avant de préciser qu’il n’y aura pas de report des élections encore moins la mise en place d’une Transition. "Il n’aura pas de Transition ", a-t-il insisté avec fermeté.
Le président Touré a souligné la nécessité que l’on s’accorde autour d’un fichier et que les élections se passent dans les délais constitutionnels. "Dans cette affaire des élections, j’ai deux intérêts : faire en sorte que les élections se déroulent dans les bonnes conditions et que le Mali ait un bon président", a-t-il dit. Amadou Toumani Touré a avoué n’avoir aucune préférence pour un candidat à la présidentielle pour la simple raison qu’il n’y a pas pour le moment de candidat déclaré à la Cour constitutionnelle. S’agissant de la question relative à l’AMO, le président de la République dira qu’il s’agit d’une bonne initiative. Sans doute la réforme la plus importante qu’il a engagée depuis son accession au pouvoir. Mais elle été victime d’un déficit de communication. Il faut donc continuer à expliquer à nos concitoyens l’AMO qui a beaucoup d’avantages plus qu’on ne le pense. Le président de la République a confirmé les arrestations qui ont eu lieu dans l’affaire du Boeing 727 ayant atterri dans le cercle de Bourem en 2009 et dans celle dite du Fonds mondial. Dans la première affaire, trois personnes ont été placées sous mandat de dépôt et dans la seconde il y a eu 26 personnes inculpées dont 14 placées sous mandat de dépôt. Il a souhaité que la justice fasse normalement son travail et que la vérité puisse éclater dans l’une et l’autre affaire. Par rapport à la crise libyenne, il a répondu que la position du Mali reste celle de l’Union africaine qui a élaboré une feuille de route en appelant les parties au cessez-le-feu et à ’instauration de la démocratie en Libye. Il a aussi expliqué les raisons du choix d’un Premier ministre femme en la personne de Mme Cissé Mariam Kaïdama Sidibé, et évoqué par la même occasion ses relations avec les anciens Premiers ministres avec lesquels il entretient de très bons rapports.
Madiba Keïta
L’Essor N°16960 du lundi 13 juin 2011

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009