Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Finale de la Coupe du Mali, COB-Stade malien 2-1 a.p : ET DE TROIS POUR LES OLYMPIENS

   

Intraitables et tactiquement bien en place, les Verts ont remporté la 51è édition de Dame coupe en dominant les Blancs 2-1 après prolongations, samedi au stade Modibo Keïta.

Il y avait de quoi être fière samedi, de l’évolution du football malien, à l’occasion de cette 51e édition de la Coupe du Mali. Une organisation parfaitement maitrisée par la Fédération malienne de football et son partenaire, deux équipes particulièrement mues par l’esprit de cette compétition, mais surtout un arbitrage espagnol exceptionnel et exemplaire, qui devra faire école dans notre pays. Tenaces, les Verts n’ont rien lâché devant les champions en titre et ont fini par arracher la victoire à cinq minutes de la fin des prolongations.
Et les Blancs ont craqué au terme d’un duel homérique, formidable publicité pour un football malien en plein essor ! Il a fallu pour cela toute l’abnégation des Olympiens, (6e au classement du championnat), qui arrache pour la troisième fois de leur histoire le trophée de la Coupe du Mali, (2000, 2002 et 2011), après avoir passé coup sur coup sur le corps du Djoliba en ½ finale avant de couper le scalp du Stade malien, toujours au terme d’un combat titanesque.
Le rêve se poursuivra en coupe de la Confédération cette saison pour le plus grand bonheur du président Moussa Konaté mais aussi d’un public sportif visiblement séduit par le jeu olympien. Ce samedi, ils étaient ainsi plus de 5000 à garnir les tribunes du stade Modibo Keita, habituelle citadelle historique des joutes de la Coupe du Mali.
5000 spectateurs parmi lesquels le président de la République, Amadou Toumani Touré, les membres du Gouvernement et de l’Assemblée nationale, les élus communaux et autres invités de marque de Malifoot, à assister à une jolie joute engagée, agréable puis crispante à mesure que l’enjeu se faisait plus pressant. Il n’y a pourtant pas vraiment eu de période d’observation dans ce match très ouvert. De fait, les Stadistes ont eu tout bon. En débutant la rencontre pied au plancher, les joueurs du technicien algérien Kamel Djabour ont mis en avant leurs qualités physiques pour étouffer le jeu des Olympiens.
Une nécessité pour l’équipe championne en titre, puisque dès que Djibril S. Traoré et compagnie ont eu le ballon et un minimum d’espace, ils en faisaient aussi bon usage. Mamadou Coulibaly se retrouvant face à Adama Keita dès l’entame du match. Bien lancé, l’attaquant stadiste se présente seul face au keeper clubiste, mais manque de promptitude, (2e). Morimakan Koïta est même près de l’ouverture du score, suite à un centre de Mahamadou Mariko, mais sa frappe passe à côté des buts de Adama Keita.
Le ton était donné. Nullement déboussolé ou inhibé par l’épreuve physique imposée par l’adversaire, le COB met progressivement en place son jeu. Livrant un jeu agréable à base de transmissions léchées, les Verts parviennent à trouver l’ouverture très vite.
Sur le contre à cent à l’heure des pensionnaires de l’ex-Base aérienne, Bassoma Sangaré, très alerte sur le front de l’attaque olympienne, profite d’une erreur défensive Moussa D. Coulibaly, récupère le cuir et repique vers l’axe avant de tenter un lob subtil sur Soumbeyla Diakité, logiquement battu (7e, 1-0).
Les Blancs poussent pour revenir, dominent mais peinent dans les 30 derniers mètres à forcer le verrou olympien. Fidèle à ses malheureuses habitudes, l’attaquant stadiste Mamadou Coulibaly a lui manqué quatre occasions franches après cette ouverture du score, dont la première et la troisième sur des frappes magnifiquement sorties par un Adama Keïta encore très solide.
Progressivement, les partenaires du capitaine Mohamed Traoré reculent, gèrent davantage, en ne parvenant pas à se projeter rapidement vers l’avant via un kick and rush des plus efficaces quand il s’agit de trouver Djibril S. Traoré, Bassoma Sangaré ou Mahamadou Kébé.
La faute à un Kimett Melvin trop dilettantiste, qui a perdu trop de ballons sur son couloir. Sans parvenir à réellement entrer dans la surface, les Blancs, orphelins de Cheick Fantamady Diarra, multiplient les offensives et les frappes, avec pas moins de 25 tirs à deux minutes de la pause. Au coach stadiste de sanctionner le pauvre Adama Diarra, en le faisant remplacer par Oumar Sidibé, dans l’animation offensive, (44e).

EQUIPE ESSOUFLEE

Au retour des vestiaires, les hommes du coach Sékou Seck ne se désunissent cependant pas.
Bien qu’au fil des minutes, ce sont les Blancs qui prennent la direction des opérations. Et si le portier du COB a parfois manqué de simplicité et de justesse dans ses sorties, les frappes de Oumar Sidibé déviées en corner (55e) puis de Morimakan Koita, (57e) ou la tentative de Mahamadou Kondo, (78e) confirment l’impression d’ensemble.
Les Blancs sont clairement dans le coup et trouvent l’égalisation par Souleymane Dembélé, trop discret en première période, qui est venu en soutien à Mamadou Coulibaly impuissant devant la cage olympienne, (82e, 1-1).
Sonnés, les Olympiens manquent même de prendre un deuxième but sur un énième essai de l’avant centre stadiste, Mamadou Coulibaly, qui voit son tir passé à côte de la cage du keeper Keita.
Face à une équipe essoufflée à l’image d’un Djibril Sacko clairement diminué physiquement mais laissé sur le terrain fort de ses expériences dans ce genre de rencontres, les Blancs hésitent alors à totalement se livrer durant les prolongations, de peur de prendre un contre. Melvin O. Kicmett est d’ailleurs bien lancé mais la barre transversale sauve Soumbeyla Diakité, suite à la frappe puissante de l’avant clubiste qui a fini par sortir de sa torpeur des minutes initiales. Melvin O. Kicmett, bien servi par Bassoma Sangaré, réussira finalement a faire trembler, une seconde fois, les filets de Soumbeyla Diakité, (115e, 2-1).
Le froid réalisme des Verts, vient de faire la différence. La voie royale est ainsi bel et bien dégagée pour les Olympiens, pour finir le travail. On pourra appeler ça de l’expérience ou encore du réalisme froid. Dans tous les cas, cela condamna des Blancs parfois brillants, souvent brouillons, mais qui n’auront pas les honneurs d’un doublé, (coupe-championnat), cette saison.
De quoi offrir de nouvelles émotions pour la saison prochaine... Au président de la République, Amadou Toumani Touré, en vrai connaisseur de la science du football, d’analyser : J’ai vu un bon match. Réellement une finale de Coupe du Mali, n’aura été aussi intense ces dernières années. Les deux équipes ont pris du plaisir à jouer pleinement leur partition. Sans être aussi talentueux que leurs ainés, les joueurs des deux équipes ont mis la rigueur, l’engagement et l’esprit fair play nécessaires pour réussir cette fête du football malien. C’est le lieu aussi de saluer l’équipe de l’ASKO dont le jeu produit cette saison, a retenu mon attention. Voilà, une équipe qui avec peu de moyens, parvient à donner plus de diversité et de consistance aux compétitions nationales .
Modibo Naman Traoré
L’Essor n°16990 du lundi 25 juillet 2011

Samedi 23 juillet au stade Modibo Keïta

COB-Stade malien : 2-1 a.p

Buts de Bassoma Sangaré, (7e) et Melvin O. Kicmett, (115e) pour le COB ; Souleymane Dembélé, (88e) pour le Stade.

Excellent arbitrage de Fernando Teixeira Vitienes assisté de Victoriano Díaz Casado et Manuel Ángel Torre Cimiano.
Suppléant : José Antonio Teixeira Vitienes.

COB : Adama Keita ; Waly Diabaté ; Cheick O Ballo ; Mamadi Sidibé ; Mohamed Traoré, (cap) ; Djibril S. Traoré, (Abou Diallo, 75e) ; Mahamadou Kébé, (Tiécoro Keita, 60e) ; Soumaila Sidibé ; Bassoma Sangaré, (Sidy M. Keita, 116e) ; Youssouf Doumbia et Melvin O Kicmett.
Entraîneur : Sékou Seck

Stade malien : Soumbeyla Diakité, (cap) ; Mahamadou Mariko, (Aboubacar Koné,73e) ; Moussa Coulibaly ; Moussa Django Coulibaly ; Adama Diarra, (Oumar Sidibé, 44e ) ; Mamadou Coulibaly ; Souleymane Dembélé ; Mahamadou Kondo, (Mamoudou Simpara,107e) ; Bourama Coulibaly et Djibril Sacko.

Entraîneur : Kamel Djabour.

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009