Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Aéroport de Kayes Dag-Dag : A DIMENSION INTERNATIONALE

   

La nouvelle plateforme aéroportuaire répond à toutes les normes de sécurité et de sûreté internationales et peut désormais accueillir des avions gros porteurs.

L’aéroport de Kayes Dag-Dag a fait sa grande mue. La plateforme aéroportuaire moderne peut accueillir des avions gros porteurs venant de partout à travers le monde. La nouvelle infrastructure a été inaugurée hier à Kayes par le président de la République, Amadou Toumani Touré. L’événement a mobilisé de nombreuses personnalités dont le président de l’Assemblée nationale, Dioncounda Traoré, des ministres, des représentants d’institutions internationales accréditées dans notre pays et des opérateurs économiques.
La population de la Région de Kayes était évidemment au rendez-vous. Elle s’est fortement mobilisée dès les premières heures d’une journée de grande effervescence. « La mobilisation a été exceptionnelle. J’ai rarement vu une pareille effervescence à Kayes », a confié, un notable de la ville.

JPEG - 96.7 ko
Le Chef de l’Etat accompagné du Président de l’Assemblée Nationale et du Ministre de l’Equipement et des Transports

Les travaux d’extension, de réhabilitation et de modernisation de l’aéroport de Kayes Dag-Dag avaient été lancés en juin 2009 par le chef de l’Etat. Ils devaient être achevés en un an. Mais plusieurs facteurs ont fait que le chantier a pris un grand retard, notamment la fermeture un moment du pont de Kayes pour travaux.
L’essentiel est qu’au finish, le résultat est là. Kayes dispose désormais d’un aéroport moderne répondant à toutes les normes de sécurité et de sûreté internationales. Les bâtiments sont construits dans un style sahélo-soudanais. Ce qui leur donne un charme original.
La transformation de l’aéroport a coûté 8,3 milliards de Fcfa financés par la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) pour environ 6,5 milliards de F cfa. Le reste a été pris en charge par le budget national. Les travaux ont été exécutés par l’entreprise chinoise Checec Mali et la surveillance était assurée par le groupement de bureaux d’études maliens Studi International/GIC.

UNE CAPACITE DE 200 000 PASSAGERS PAR AN

Les travaux ont consisté en l’allongement, l’élargissement et le renforcement de la piste d’envol et de la bretelle d’accès au parking des avions. Ce même parking a été élargi de 7000 m2 à 11 000 m2. Une nouvelle aérogare passagers de 2000 m2 et un centre électrique équipé d’un château d’eau de 60 m3 ont été réalisés. A tout cela s’ajoutent la construction de voiries intérieurs et de parking pour véhicules, la fourniture, l’installation et la mise en service des équipements de communication et divers équipements de l’aérogare. Avec ces installations, l’aéroport pourra accueillir 200 000 passagers par an et un nombre important de fret.
Le maire de la commune rurale de Kouloun où est situé l’aéroport a donc de quoi être fier. Assa Mady Diallo, s’est réjoui de la grande mue que vient de connaître l’aéroport qui est passé du statut d’aérodrome à un celui d’un aéroport international moderne. Kouloun est une commune d’environ 13 000 âmes dont relève le village Dag-Dag où se trouve l’aéroport.
A travers cette infrastructure aéroportuaire, le gouvernement vient de marquer d’une pierre blanche le défi de désenclaver la Région de Kayes. En outre, l’aéroport permettra de créer des emplois à travers des activités connexes. Ainsi, il contribuera au développement de la région, à l’amélioration des conditions de vie des populations et à la lutte contre la pauvreté, espère le maire. Le représentant de la BADEA à la cérémonie, Mohamed Bensalah, a salué la réalisation de ce projet qui s’inscrit en droite ligne des objectifs communs recherchés par l’institution financière et le gouvernement. Parmi ces objectifs communs, il a cité le développement des infrastructures de transport, le désenclavement intérieur et extérieur, l’amélioration des conditions de vie et des revenus des populations à travers le développement économique et social. En somme, la réalisation contribuera à lutter contre la pauvreté.
L’aéroport de Kayes vient s’ajouter à d’autres projets financés par la BADEA dans le domaine des infrastructures de transports au Mali. L’objectif recherché à travers ces projets est le développement des échanges économiques et sociaux, le bien-être des populations, l’amélioration et la réduction du coût du transport, la compétitivité des exportations et la lutte contre la pauvreté, expliqué Mohamed Bensalah. Au 31 décembre 2010, les financements des fonds arabes (BADEA et Banque islamique de développement) en faveur de notre pays se chiffraient à 1,1 milliard de dollars, soit environ 550 milliards de Fcfa. Pour ce qui est de la seule BADEA, les engagements sont estimés à 182 millions de dollars soit environ 87 milliards de Fcfa, a précisé Mohamed Bensalah.
Cet argent a servi au financement de 50 projets de développement dont 27 projets dans le cadre de la coopération d’assistance technique. Une grande partie des financements a été destinée au secteur prioritaire de l’agriculture et du développement rural (environ 46% des fonds). Les infrastructures de transport ont bénéficié de 40% de ce financement, a encore détaillé le représentant de la BADEA, avant de réitérer l’engagement de la Banque à développer les autres modes de transport en faveur de la Région de Kayes.
Le ministre de l’Equipement et des Transports, Ahmed Diane Séméga a expliqué que la piste actuelle de l’aéroport de Kayes Dag-Dag n’a d’égale en longueur et en portance dans notre pays que celle de Bamako-Sénou.
« Avec l’achèvement des travaux d’extension de l’aéroport de Kayes Dag-Dag, la région dispose désormais d’une plateforme aéroportuaire dotée d’une piste d’envol et d’une nouvelle aérogare pouvant recevoir en toute sécurité les avions moyens courriers provenant directement de l’Afrique centrale, de l’Europe, de l’Asie et du Moyen Orient », a expliqué le ministre qui a évoqué de l’ambitieuse politique de développement des infrastructures de transport notamment aérien mise en œuvre par le gouvernement.
Rappelons que le secteur aéronautique a bénéficié de plusieurs réalisations ces dernières années : la nouvelle aérogare de fret et hangar d’entretien de l’aéroport de Bamako-Sénou, le siège de l’Anac. Dans les prochains mois, Bamako-Sénou bénéficiera également d’une nouvelle aérogare pour passagers et de l’extension de sa piste d’envol.
« La poursuite de la politique de désenclavement permettra d’améliorer de manière décisive la compétitivité du secteur aéronautique et des entreprises qui y opèrent, de rendre plus attractive la destination Mali pour les investisseurs, et de mieux préparer notre pays à affronter les dures réalités de l’intégration économique et celles de la concurrence », a dit le ministre Séméga, en relevant que Kayes figurent désormais parmi les villes ouest-africaines disposant d’infrastructures aéroportuaires répondant aux normes internationales.
Le président de la République, Amadou Toumani Touré, a salué la grande mue de l’aéroport et la qualité des infrastructures. Dans cadre du Projet pour développement économique et social, une grande place a été accordée au désenclavement intérieur et extérieur du pays notamment les installations aéroportuaires, a indiqué le chef de l’Etat avant d’évoquer les travaux en cours à l’aéroport de Bamako-Sénou et au sein de ceux de l’intérieur du pays.
Le président Touré a aussi parlé des potentialités économiques de la Région de Kayes qui vient de s’ouvrir grandement au monde.
Envoyés spéciaux
Be COULIBALY et O. DIOP

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009