Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Radio et processus électoral : ATT pour des compétitions régulières et apaisées

   

La Salle de Presse du Centre International de Conférences de Bamako a servi de cadre, le mercredi 23 novembre en fin d’après- midi, au lancement de la 8ème édition du Festival Ondes de Liberté. Cette rencontre biennale des radios d’Afrique francophone est placée sous le thème "Radios et processus électoral en Afrique". La cérémonie d’ouverture a été présidée par le President ATT.

Le clou de la cérémonie a été le témoignage du Chef de l’Etat. Dans son intervention suivie avec un grand intérêt par l’assistance, le President ATT a tenu à rappeler les actes posés pour la libéralisation des ondes au Mali par le gouvernement de la Transition démocratique qu’il a dirigéé en 1991-1992.
 En effet, en janvier puis mai 1992, c’est le Chef de l’Etat, le lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré qui a promulgué deux Ordonnances autorisant respectivement la création des radios privées en bande FM et la création des télévisions privées. De par la seconde Ordonnance, la création des TV privées est légalement possible au Mali depuis Mai 1992.
ATT a également fait cas de l’adoption par le gouvernement en mars 2009 du Projet de Textes relatifs aux services privés de communication audiovisuelle. Depuis, ce projet de loi cumulant les ordonnances de 1992 en une seule Loi englobant Radios et TV est déposé sur la table de l’Assemblée Nationale.
ATT a aussi évoqué le rôle joué par la radio dans la propagande de l’idéologie nazie, le génocide rwandais. Les leçons tirées de ces drames de triste mémoire doivent guider les médias maliens a éviter toutes formes d’incitation à la haine adressant la politique, la religion, la région, la tribu ou l’ethnie.
Face aux enjeux très importants des prochaines consultations électorales ( référendum constitutionnel, élections présidentielle et législatives), le Président ATT s’est fait le devoir de prodiguer de sages conseils aux femmes et hommes des medias, tous supports confondus. Ces conseils pour des élections démocratiques et apaisées ont trait à des qualités qui se résument ainsi : honnêteté, objectivité, mesure, prudence, responsabilité dans la collecte, le traitement et la diffusion de l’information.
Avant le témoignage présidentiel, les Festivaliers ont eu droit à plusieurs interventions. Pour le ministre de la Communication, Porte-Parole du Gouvernement, Sidiki Nfa Konaté, les radios constituent une arme puissante. Elles doivent tout faire pour contribuer à la réussite des élections qui seront organisées au Mali en 2012.
Le ministre Konaté a rappelé toutes les étapes de la libéralisation des ondes au Mali, autorisée par le gouvernement de Transition en 1992 sous la conduite du Lieutenant- colonel ATT.
Apres sept éditions du Festival Ondes de Liberté , le ministre de la Communication a préconisé l’amélioration de son contenu. Ainsi, l’’édition 2011 constitue t-elle pour lui un nouveau départ pour une professionnalisation plus accrue des activités du Festival. De même, il a exhorté les acteurs radiodiffuseurs de gagner maintenant la bataille de la qualité après la réussite du pari de la quantité (plus de 300 radios émettent à travers le Mali).
Intervenant au nom des invités d’honneur, Adama Barro, Secrétaire Général du ministère de la Communication du Burkina Faso, a aussi salué la pertinence du thème "Radios et processus électoral" .
Pour le président de l’Union des Radios et Télévisions libres du Mali ( l’URTEL), Daouda Mariko, le choix du thème colle parfaitement à l’actualité. M. Mariko a lancé un appel pressant aux radiodiffuseurs afin qu’ils s’impliquent mieux dans le processus électoral. Avis partagé par M. Libasse Hane de l’Institut Panos Afrique de l’Ouest (principal partenaire de ce Festival depuis sa naissance). Il a assuré les autorités maliennes de la ferme volonté de Panos de poursuivre son accompagnement des acteurs médiatiques au Mali.
Il faut signaler que c’est la deuxième fois que le Chef de l’Etat préside le lancement du Festival Ondes de Liberté . La première fois, c’était en décembre 2007 (6ème édition).
Pour l’édition 2011, les participants sont venus du Burkina,du Togo, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, de la Guinée, du Niger, du Cameroun, du Bénin du Burundi, de l’Allemagne, de la France et de la Hollande. Les organisateurs ont joint l’utile à l’agréable en intégrant dans le programme de la cérémonie d’ouverture la prestation des griots et artistes : le conteur Djeli Souleymane Sissoko, fils de son père, le célèbre conteur Djeli Baba Sissoko qui a émerveillé les auditeurs de Radio Mali pendant les décennies 1960, 70 et 80 ; puis le Grand maitre du récital peul sur les ondes de Radio Mali, Pahel Ndiaye et enfin l’inusable Ensemble Instrumental du Mali.
Issa DOUMBIA

.

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009