Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Situation au nord : LE GOUVERNEMENT RENCONTRE LES DIRECTEURS DES RADIOS PRIVEES

   

Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Sidiki Nfa Konaté, et son homologue Sadio Gassama de la Défense et des Anciens Combattants ont rencontré hier à la Maison de la presse les directeurs des radios privées de Bamako et les coordinateurs régionaux de l’Union des radios et télévisions libres (URTEL).

Ce n’était pas une conférence de presse car il n’y a eu ni question, ni échanges, mais l’occasion pour les ministres de transmettre un message sur la crise au Nord, seul sujet abordé au cours cette rencontre organisée par l’URTEL à travers la Maison de la presse. Daouda Mariko, le président de l’URTEL, rappellera le souci du conseil d’administration de l’union de fixer des repères exacts chaque fois que le Mali fait face à une question fondamentale. Ce qui se passe au Nord est grave, a-t-il estimé expliquant qu’aujourd’hui il s’agit d’envisager des actions pour sauver la « case Mali », ce bien commun à tous les fils du pays. Dans son intervention, le ministre de la Communication, Sidiki Nfa Konaté, a précisé n’être pas venu en donneur de leçons ou en moralisateur mais, en compagnie du ministre Gassama, être venu en patriote. Les attaques et les morts sont certes des dangers mais, a-t-il estimé, le plus grand péril réside dans les dommages susceptibles d’être occasionnés au tissu social malien. Dans son exposé, le ministre Konaté a souligné que nous avons l’obligation de nous battre pour préserver ce pays par la saine information, la sensibilisation et l’éducation. Dans ce cadre, les hommes des médias ont, de son point de vue, le devoir de préserver l’unité nationale et la cohésion sociale. Il a, par conséquent, invité les communicateurs à dépasser les réactions épidermiques ou bassement instinctives pour n’être animés que par le souci de rester proche de notre pays. Le Mali est une Nation avant d’être un Etat, cette chance doit être préservée, a préconisé le ministre Konaté en se référant au contre-exemple de la Radio des Mille Collines, détonateur du génocide rwandais. Nous n’avons pas une « culture d’ostracisme », sachons donc éviter l’intoxication, a recommandé Sidiki Konaté en préconisant « une approche croisée » sur la question du Nord. Le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Sadio Gassama, a, lui, loué l’importance accordée par les médias à la résolution de la crise au Nord du pays. Les medias ont joué une part active dans l’avènement de notre démocratie, a-t-il rappelé en regrettant qu’aujourd’hui, il est dangereux de constater que ces médias sont en train d’aller à l’encontre de cette même démocratie en diffusant des informations erronées. La Direction de l’information et des relations publiques des Armées (DIRPA) ayant été critiquée par les journalistes pour avoir fourni très peu d’informations sur la situation dans le Septentrion, le ministre Gassama a promis que ce déficit sera comblé et que ce service jouera pleinement son rôle d’information et d’interface entre le commandement militaire et les médias en communiquant toutes les informations qui peuvent être délivrées. De ce point de vue, il a cependant fixé une ligne rouge : aucune information portant atteinte à l’Etat ne sera communiquée, non pour protéger le ministre ou l’armée, mais pour protéger l’Etat qui nous représente tous. Les militaires maliens qui se sont retrouvés dans un pays voisin (le Niger, ndlr), n’ont pas déserté, a tenu à préciser Sadio Gassama. Ces 45 militaires étaient basés à Anderaboukane lorsque des informations ont fait état d’une colonne de 40 véhicules se dirigeant vers la localité, a expliqué le ministre. Le commandement installé à Gao a alors ordonné à ces hommes en nette infériorité numérique, de traverser la frontière pour y gagner le camp le plus proche. C’est de là que les autorités nigériennes les ont transférés à Niamey, a indiqué le ministre en assurant que son département restait ouvert aux médias pour la diffusion d’informations exactes.
Sibiri Konaté
L’Essor du mercredi 8 février 2012

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009