Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


Mali-Monaco : UNE VOLONTE COMMUNE DE CONSOLIDER UNE COOPERATION NAISSANTE

   

Les documents signés lundi, au cours du diner offert par le président Touré au Prince Albert II, permettront de prolonger les liens existant entre nos deux pays et donner davantage corps à leur amitié.

C’est dans une ambiance des grands jours que Son Altesse le prince Albert II de Monaco a été reçu dans la salle Mali du palais de Koulouba par le président de la République, Amadou Toumani Touré. Après un bref tête-à-tête, les deux chefs d’État ont réaffirmé leur engagement à consolider une coopération naissante, mais déjà dynamique à plusieurs égards. « J’ai répondu avec plaisir à votre invitation de me rendre dans votre pays afin d’approfondir les liens déjà forts que nous avions noués lors de votre propre visite en Principauté de Monaco à l’automne dernier », a déclaré le prince Albert II. « Nous développons ainsi entre nous et entre nos deux pays, une relation solide, empreinte de compréhension et de considération mutuelles », a-t-il ajouté. La Principauté de Monaco est sensible à l’action résolue des pouvoirs publics maliens qui mettent en œuvre les moyens nécessaires pour prendre soin de la population et faciliter les investissements économiques sur leur territoire. En louant les efforts inlassables du président de la République, Albert II a assuré que ce rapprochement lui tient d’autant plus à cœur qu’il a pu mesurer la démarche volontaire et ambitieuse que le chef de l’État a engagée pour promouvoir notre pays sur la scène internationale, et accroître ses relations avec d’autres Etats pour assurer son développement. C’est ainsi que, depuis plusieurs années, la principauté de Monaco soutient des projets forts dans le domaine de l’éducation, de l’accès aux soins, de la préservation des ressources naturelles et de développement économique. Depuis 7 ans, la Principauté s’est engagée aux côtés du Mali pour accompagner, dans la mesure de ses propres possibilités, des projets importants qui ont pris corps sur le terrain et qui feront l’objet de visite par le prince pendant son séjour. Il faut rappeler que la Principauté apporte une contribution significative au fonctionnement du Centre de lutte contre la drépanocytose. Il y a également le soutien financier apporté à la Fondation Mérieux. Dans le domaine de l’éducation, cet appui se traduit, par exemple, par construction d’un centre de formation de football non loin de la capitale. Compte tenu de l’importance croissante de ces problématiques, la Principauté a également tenu à s’impliquer dans un projet de développement durable, respectueux de la préservation de l’environnement et soucieux de la gestion des ressources à long terme. Les projets cités en exemple s’inscrivent dans un accord-cadre de coopération pluriannuelle, signé entre les deux Etats, le 31 octobre 2011, lors de la visite d’État du président Touré à Monaco. Cet accord concrétise le partenariat que la Principauté a entendu mener avec le Mali et son engagement dans la durée. « Notre intention n’est pas d’aider ponctuellement tel ou tel programme, sans continuité, et surtout, sans visibilité budgétaire pour vous », a précisé le souverain monégasque. « Une réelle amitié se mesure dans sa continuité, et c’est dans cette permanence que se manifeste notre présence à vos côtés », a poursuivi le prince. « Nous sommes respectueux des choix que vous effectuez pour promouvoir votre développement et assurer le bien-être de vos populations. Nous désirons nous engager avec vous pour vous aider financièrement dans la réussite de cette légitime ambition », a-t-il conclu. Le président de la République a renouvelé l’assurance de la profonde estime du peuple malien à l’égard du peuple monégasque qui a su relever les défis du développement économique et social et, qui est disposé à partager son actif avec les autres pays du monde. Il a rendu hommage au Prince, à son épouse et aux membres de sa délégation. Revenant sur les nombreux appuis de la Principauté, Amadou Toumani Touré a exprimé la reconnaissance du peuple malien à son frère de Monaco. Il a noté avec enthousiasme que la coopération bilatérale, Mali-Monaco, bien que jeune, commence à enregistrer des résultats fort positifs. Les préoccupations de l’heure telles que l’insécurité dans le nord, l’organisation des élections présidentielles et la consultation référendaire portant sur des reformes constitutionnelles visant à combler les lacunes décelées, ont été évoquées. Le chef de l’État a réitéré son engagement et sa détermination sans faille à assurer l’organisation et la crédibilité de ces consultations. A la suite de ces déclarations, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Soumeylou Boubèye Maïga, et son homologue monégasque, José Badia, ont signé le document d’accord de non double imposition. Il s’agit d’un avenant à l’accord cadre conclu le 31 octobre 2011 à Monaco. « Les documents signés permettront de prolonger nos liens et de donner corps davantage encore à notre amitié. La Principauté continuera à l’avenir à être présente à vos côtés. Je m’y engage ici et nos accords le concrétisent », a déclaré Albert II. Le secteur privé n’est pas demeuré en reste. On notait la présence d’une importante délégation d’hommes d’affaires qui a effectué le déplacement aux côtés du prince. Les chefs d’entreprise de Monaco ont rencontré hier leurs homologues maliens dans le cadre d’une réunion de travail conjointe et d’entretiens fructueux (Voir article de F. Maïga). Le Prince Albert II assure avoir foi en notre pays. « Nous pensons que nos sociétés peuvent nouer avec le tissu économique malien des relations d’affaires mutuellement profitables », a-t-il ainsi indiqué avant d’appeler de tous ses vœux la réussite de ces projets conjoints qui s’inscrivent dans le cadre d’une confiance mutuelle forte. A ce jour, le volume de financement de la coopération monégasque au Mali est estimé à 1,1 milliard de Fcfa. Cette coopération touche les secteurs de la santé, l’éducation, l’environnement, la micro-finance et l’humanitaire.
Cheick Amadou Dia
L’Essor du mercredi 15 février 2012

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009