Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=

Activités gouvernementales
CONSEIL DES MINISTRES DU 21 MARS 2012
Communique du Conseil des Ministres du mercredi 21 mars 2012

   

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire le mercredi 21 mars 2012 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence du Président de la République, Son Excellence Monsieur Amadou Toumani TOURE.

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil a :

- adopté des projets de textes ;
- entendu une communication et,
- procédé à des nominations.

AU CHAPITRE DES MESURES REGLEMENTAIRES :

Sur le rapport du ministre de l’Education, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales, le Conseil des Ministres a adopté un projet d’ordonnance portant création de la Direction Nationale de l’Enseignement Normal (DNEM).

Le Programme décennal de développement de l’Education (PRODEC) a fait de la formation des enseignants une de ses priorités avec deux objectifs majeurs à savoir le développement de l’accés à l’enseignement normal par la multiplication des instituts de formation des maîtres et l’amélioration de la qualité de la formation.

Au titre de l’année scolaire 2011 - 2012, les Instituts de formation de Maîtres totalisent un effectif de 19 562 élèves-maîtres et de 489 professeurs avec un objectif annuel de formation de 3 466 maîtres.

Par ailleurs, en vue de l’atteinte de la scolarisation universelle en 2015 prônée dans le cadre de l’Education pour Tous (E.P.T), de nombreuses classes ont été construites pour prendre en charge le maximum d’enfants multipliant ainsi le besoin en enseignant.

La formation continue concernera 15% des 64 796 enseignants du fondamental.

Le besoin de coordination de l’ensemble de ces activités de formation dans le cadre d’une politique clairement définie ainsi que les nouvelles exigences pour l’atteinte de l’objectif de scolarisation universelle ont rendu nécessaire la création d’une structure spécifiqquement chargée de sous secteur.

La création de la Direction nationale de l’Enseignement normal à la place de l’actuelle division de l’Enseignement normal de la Direction nationale de l’Enseignement fondamental est proposé dans ce cadre.

La Direction Nationale de l’Enseignement normal aura pour mission d’élaborer les éléments de la politique nationale de la formation initiale et continue des enseignants et des éducateurs de l’enseignement fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale, d’assurer la coordination et le contrôle de sa mise en oeuvre.

Sur le rapport du ministre de l’Economie et des Finances, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret portant approbation du marché relatif à la fourniture d’insecticides et à la pulvérisation aérienne et terrestre, dans le bassin du Bani pour le compte du Projet multinational "Création de zones durablement libérées de la mouche tsé-tsé et de la trypanosomiase en Afrique de l’Est et de l’Ouest (PATTEC-MALI).

Le présent marché est conclu dans le cadre de la mise en oeuvre dans notre pays du projet multinal "Création de zones durablement libérées de la mouche tsé-tsé et de la trypanosomiase en Afrique de l’Est et de l’Ouest" initié en 2000 par le Burkina Faso, l’Ethiopie, le Ghana, le Kenya et le Mali.

Il porte sur la fourniture d’insecticides et la pulvérisation aérienne et terrestre dans le bassin du Bani.

le marché d’un montant de 1 milliard 179 millions de francs CFA environ et un délai de 60 jours est attribué, après appel d’offres, à l’Entreprise Z.M.C-SARL.

Le financement est assuré par la Banque Africaine de Développement (BAD).

AU CHAPITRE DES MESURES INDIVIDUELLES

* AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE

Ambassadeur du Mali auprès de la République de Tunisie :

Madame THIAM Aya DIALLO, Economiste.

* AU TITRE DU MINISTERE DE LENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

Directeur Général du Centre national de la recherche scientifique et technologique :

Moussa KANTE, Professeur.

AU CHAPITRE DES COMMUNICATIONS

* AU TITRE DU MINISTERE DE LAGRICULTURE

Le Conseil des Ministres a examiné une communication relative au programme National d’irrigation de proximité (PNIP) 2012 - 2021.

L’économie malienne repose essentiellement sur le secteur agricole qui occupe près de 80% de la population active.

Cependant, ce secteur est aujourd’hui confronté à d’importantes contraintes, entre autres, les difficultés de financement, d’accès au foncier, de coordination du secteur et la faible capacité des acteurs. En plus de ces contraintes, le secteur agricole subit également les aléas climatiques.

Pour inverser cette tendance, le Gouvernement a adopté différentes politiques et stratégies et mis en oeuvre d’importants programmes notamment les programmes d’aménagement en maîtrise totale de l’eau de 30 000 hectares (1997 - 2002), de 50 000 hectares (2002-2007) et de 103 000 hectares (2007 - 20012).

Malgré les efforts consentis en fin 2011, les superficies aménagées, tous types confondus, occupent moins de 16% du potentiel d’irrigation.

Cette faible exploitation du potentiel d’irrigation a amené le Gouvernement à solliciter l’appui des partenaires pour la formulation et la mise en oeuvre d’un programme national d’irrigation de proximité.

L’irrigation de proximité est définie comme tout aménagement hydro-agricole identifié et réalisé avec l’implication des communautés locales, inscrit dans les plans locaux de développement et visant à créer des zones de production agricole rentables, exploitables et gérables de façon autonome et durable par les communautés.

le Programme national d’irrigation de proximité, objet de la présente communication, porte sur l’aménagement de différents systèmes d’irrigation notamment les petits périmètres irrigués et la submersion contrôlée le long des grands fleuves, les aménagements de bas-fonds ou de mares, les ouvrages de rétention d’eau, les aménagements d’oueds et les petits périmètres maraîchers.

Il comprendra aussi la réalisation des pistes rurales, de magasins de stockage, de périmètres fourragers pour les animaux ainsi que la réalisation d’étangs piscicoles pour mieux valoriser les aménagements hydroagricoles.

Le programme d’irrigation de proximité sera exécuté dans toutes les régions du pays et permettra l’aménagement de 126 000 hectares concernant aussi bien des nouveaux aménagements hydroagricoles que la réhabilitation d’anciens sites aménagés.

le coût de la mise en oeuvre du programme est estimé à 316 milliards 800 millions de francs CFA.

La réalisation du Programme national d’irrigation de proximité va contribuer à l’atteinte de la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté à travers l’augmentation des productions agricoles.

Koulouba, le 21 mars 2012

Le Secrétaire Général du Gouvernement,

Mme DIAKITE Fatoumata N’DIAYE
Officier de l’Ordre national

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009