Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU JEUDI 26 MAI 2005

   

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le jeudi 26 mai 2005 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence de son Excellence Amadou Toumani TOURE, Président de la République.

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :

AU CHAPITRE DES MESURES LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES :

AU TITRE DU MINISTERE DES DOMAINES DE L’ETAT ET DES AFFAIRES FONCIERES :

Le Conseil des Ministres a adopté :

1°) Un projet de décret portant affectation au Ministère de l’Elevage et de la Pêche de deux parcelles de terrain sises à N’Tabacoro et à Tyékena dans le cercle de Kati.

L’affectation porte sur les titres fonciers N°10073 sis à N’Tabacoro d’une superficie de 12 hectares environ et N°11.718 sis à Tyékena d’une superficie de 11 hectares environ.

Ces parcelles sont destinées à servir de sites pour la construction et l’équipement d’un marché à bétail à N’Tabacoro et la réalisation de parcs d’embouche à Tyékena.

L’exécution de ces travaux se situe dans le cadre du développement et de la modernisation de l’élevage.

2°) Un projet de décret portant déclaration d’utilité publique les travaux d’aménagement et d’assainissement de l’Avenue de l’Indépendance.

Dans le cadre de sa politique d’aménagement, d’assainissement et d’embellissement des villes de notre pays, le Gouvernement a entrepris un vaste programme de réalisation d’infrastructures routières et d’urbanisme.

Le projet d’aménagement et d’assainissement de l’Avenue de l’Indépendance dans le District de Bamako est une des composantes de ce programme.

La déclaration d’utilité publique des travaux à réaliser dans le cadre de l’exécution du projet a pour objet de constater l’intérêt général de l’opération et de permettre à celle-ci de s’effectuer en procédant, si cela était nécessaire, à l’expropriation des biens immeubles atteints par les travaux.

3°) Un projet de décret autorisant la cession d’une parcelle de terrain à la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

Par le présent projet de décret, il est autorisé la cession à la BCEAO de la parcelle de terrain, objet du titre foncier N°1076 d’une superficie de 8 hectares 97 ares et 50 centiares, sise à Sotuba en Commune 1 du District de Bamako.

Ladite parcelle est destinée à la réalisation du Centre Aéré de la BCEAO du Mali. Ce centre est un complexe culturel, sportif et de loisir comprenant notamment des équipements sportifs, des aires de jeux et de spectacles, un réceptif hôtelier, une salle polyvalente.

Le coût prévisionnel de réalisation du Centre est de 4 milliards 579 millions de FCFA environ.


AU CHAPITRE DES COMMUNICATIONS ECRITES :

¤ AU TITRE DU MINISTERE DE LA PROMOTION DES INVESTISSEMENTS ET DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES :

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le Plan d’Action pour le développement de la micro-finance pour la période 2005-2008.

Le Gouvernement a adopté en 1998 la stratégie nationale de développement de la micro-finance avec pour objectifs d’une part, l’amélioration de l’accès des populations les plus nécessiteuses aux services financiers de proximité et d’autre part, le renforcement des capacités des acteurs de la micro-finance.

Pour atteindre ces objectifs, un plan d’action couvrant la période 1999-2002 a été mis en œuvre.

Au terme de ce plan, l’état des lieux de la micro-finance se présente ainsi qu’il suit :

1) Le nombre de structures des systèmes financiers décentralisés était le suivant au 30 avril 2004 :

- 496 mutuelles et coopératives dont 481 institutions de base, 15 unions et 2 fédérations ;

- 12 caisses villageoises d’Epargne et de crédit autogérées ;

- 9 systèmes de crédit solidaire.

2) La couverture géographique du territoire est inégale. Au 31 décembre 2003, les taux par région étaient de 29,58%pour Ségou, 28,54% pour Sikasso, 15,42% pour le District de Bamako, 14,79% pour Koulikoro, 4,58% pour Mopti, 4,17% pour Kayes, 1,46% pour Gao, 1,25% pour Tombouctou et 1% pour Kidal ;

3) Une personne sur six de plus de 15 ans est sociétaire, membre ou utilisateur des services de systèmes financiers décentralisés. La population concernée est passée de 300.000 en 1998 à 600.000 en 2003.

4) Les dépôts sont passés de 11 milliards 482 millions de FCFA en 1999 à 23 milliards 727 millions de FCFA en 2003.

Le volume des crédits distribués est passé de 15 milliards 774 millions en 1999 à 31 milliards 797 millions en 2003.

C’est compte tenu de l’évolution positive constatée dans le développement de la micro-finance et du rôle important que les systèmes financiers décentralisés jouent dans la mise en œuvre de la politique de lutte contre la pauvreté, qu’il a été décidé de poursuivre la politique sectorielle de la micro-finance dans le cadre d’un nouveau plan d’action couvrant la période 2005-2008.

Ce plan d’action s’articule autour de trois domaines clés : la restructuration et la consolidation des institutions de micro-finance, la promotion et le développement de la micro-finance comportant l’extension de la couverture géographique et enfin l’amélioration du contrôle et de la surveillance.

Koulouba, le 26 mai 2005
Le Secrétaire Général du Gouvernement

Fousseyni Samaké

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009