Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES EXTRAORDINAIRE DU DIMANCHE 18 SEPTEMBRE 2005

   

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session extraordinaire, le dimanche 18 septembre 2005 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence de Son Excellence Amadou Toumani TOURE, Président de la République.

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour le Conseil des Ministres a pris les décisions suivantes :

AU CHAPITRE DES MESURES LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES :

* AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES

Le Conseil des Ministres a adopté le projet de loi de finances pour l’exercice 2006.

La loi de finances est l’acte législatif qui établit le budget de l’Etat, défini comme l’ensemble des recettes et des dépenses de la Nation au cours d’une année.

Le budget de l’Etat est, dans sa fonction fondamentale, l’instrument qui permet à l’Etat d’assurer la réalisation des actions arrêtées dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique de développement économique, social et culturel. Il s’agit, en ce qui concerne notre pays, de réaliser les objectifs fixés dans le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté.

En tenant compte de la conjoncture économique internationale, sous régionale et nationale, la politique budgétaire de l’Etat en 2006 repose sur un objectif de croissance du produit intérieur brut de 6%. Elle met l’accent sur une forte mobilisation des ressources intérieures et extérieures et l’allocation des ressources en fonction des grandes priorités de développement.

Le projet de budget d’Etat pour l’exercice 2006 se présente ainsi qu’il suit :

1°) Au niveau des recettes :

Le budget est arrêté, en ressources à 840,740 milliards de Francs CFA contre 747,602 milliards en 2005, soit une augmentation de 12,46%.

2°) Au titre des dépenses :

Le budget est arrêté, en dépenses, à 935,759 milliards de Francs CFA contre 836,231 milliards en 2005, soit un taux d’accroissement de 11,90%.

La répartition des crédits affectés aux différents secteurs traduit la volonté politique affirmée par le Gouvernement d’accentuer les efforts en faveur des secteurs prioritaires de l’éducation, de la santé, du développement social, du développement rural, de la bonne gouvernance, de l’emploi, en particulier l’emploi des jeunes.

A titre d’illustration :

- le budget du secteur de l’éducation passe de 128,703 milliards de francs CFA en 2005 à 158,490 milliards de francs CFA en 2006 soit un taux de progression de 23,14%.

- le budget du secteur de la santé passe de 57,030 milliards de francs CFA en 2005 à 72,684 milliards de francs CFA en 2006 soit un taux d’augmentation de 27,45%.

3°) Le déficit prévisionnel :

Le projet de budget d’Etat 2006 dégage un déficit prévisionnel de 95,019 milliards de francs CFA contre 88,629 milliards en 2005, soit une augmentation de 7,21%.

A l’occasion de l’examen du projet de loi de finances 2006, le Président de la République, tout en saluant les efforts consentis et les résultats déjà atteints, a engagé les membres du Gouvernement à veiller à l’utilisation efficiente des ressources publiques limitées dans un environnement plutôt difficile afin que notre pays atteigne les objectifs de réduction de la pauvreté et de développement socio-économique. Il a particulièrement insisté sur la réalisation de certaines actions majeures qui concourent au désenclavement, à la sécurité alimentaire, à l’emploi des jeunes, entre autres.


AU CHAPITRE DES MESURES INDIVIDUELLES :

* AU TITRE DU MINISTERE DE LA DEFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS

Le Conseil des Ministres a procédé à la nomination au grade de Général de Brigade :

-  du Colonel Salif TRAORE ;

-  du Colonel Seydou TRAORE.

KOULOUBA, LE 18 SEPTEMBRE 2005
LE SECRETAIRE GENERAL DU GOUVERNEMENT

FOUSSEYNI SAMAKE

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009