Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE EL HADJ OMAR BONGO ONDIMBA, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE GABONAISE A L’OCCASION DU 23ème SOMMET DES CHEFS D’ETAT D’AFRIQUE ET DE FRANCE (Bamako, 3-4 décembre 2005)

   
JPEG - 45.9 ko
Le Président Bongo au nom de ses pairs africains
Photo AMAP

Majesté,

Monsieur le Président de la République du Mali,

Monsieur le Président de la République Française,

Madame et Messieurs les Chefs d’Etats et de Gouvernement,

Monsieur le Président de la Commission de l’Union Africaine,

Excellences Mesdames, Messieurs,

Dans un continent où 60% de la Population a moins de 25 ans, consacrer un sommet des Chefs d’Etat à la jeunesse est une initiative de grande portée que je salue avec force. En effet, sacrée pour moi, la jeunesse est l’espoir et l’avenir de nos nations.

La participation de très nombreux Chefs d’Etat à ce 23ème Sommet marque la volonté des responsables politiques africains à tout mettre en œuvre en vue de rendre possible le plein épanouissement de la jeunesse face à son destin.

Le thème de notre conférence « La jeunesse africaine : sa créativité, sa vitalité, ses aspirations » nous invite à rechercher, avec notre partenaire qu’est la France, les possibilités de mise en valeur des intelligences et du dynamisme de la jeunesse africaine. Alors que dans le même temps nos jeunes sont confrontés aux nombreux problèmes que sont la formation, la pauvreté, les conflits, les maladies - le Sida notamment - qui se dressent sur leur chemin.

Face à ces défis, le Gabon s’est engagé dans une politique qui prend en compte les aspirations des jeunes depuis leur naissance jusqu’à leur insertion dans la vie active. Cela, qu’il s’agisse de la santé, de la formation et de l’emploi.

Toutefois, les besoins exprimés au quotidien par la jeunesse restent importants. Mais le degré de développement de nos Etats ne permet pas encore de satisfaire les aspirations de nos jeunes qui, bien souvent, ne regagnent pas les pays d’origine au terme de leurs études à l’étranger.

Toutes ces préoccupations interpellent la communauté internationale. Avec notre partenaire, la France, ce sommet est l’occasion de réfléchir ensemble sur les perspectives d’un partenariat nouveau en faveur de la jeunesse africaine. Un partenariat qui permette d’assurer une meilleur formation à nos jeunes, dans leurs pays respectifs, afin qu’ils s’impliquent davantage dans les processus de développement du continent pour que celui-ci joue pleinement le rôle qui lui revient dans le contexte nouveau de la mondialisation.

Pour terminer, je voudrais remercier le président du Mali, le gouvernement et le peuple maliens pour l’accueil et l’hospitalité qui nous ont été réservés.

Je Vous remercie !

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009