Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 26 MAI 2006

   

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le vendredi 26 mai 2006 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence de son Excellence Amadou Toumani TOURE, Président de la République.

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :

AU CHAPITRE DES MESURES LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES :

AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE :

Le Conseil des Ministres a adopté les projets de textes relatifs à la ratification de l’Accord de prêt, signé au Caire le 13 avril 2006 entre la République du Mali et la Banque Arabe pour le Développement en Afrique (BADEA) pour le financement du Projet d’extension de l’aéroport de Kayes.

Le prêt, d’un montant de 13 millions de dollars américains, soit 6 milliards 684 millions de FCFA environ, servira au financement de diverses composantes du Projet d’extension de l’aéroport de Kayes Dag-Dag qui avait été réalisé dans l’urgence lors de la CAN 2002.

Les travaux d’extension portent notamment sur :

-  le prolongement de la piste de 1 600 m à 2 700 m et l’élargissement de celle-ci de 30 m à 45 m ;

-  le déplacement et l’extension des équipements de navigation aérienne, de météorologie et de signalisation ;

-  l’extension du parking véhicules ;

-  la construction et l’équipement de l’aérogare et ses annexes.

Ces travaux vont permettre d’accroître les capacités de l’aéroport et d’améliorer les conditions d’accueil des passagers dans le contexte d’une demande en augmentation continue du trafic aérien.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES :

Le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret portant approbation du marché relatif à la fourniture de manuels de sciences naturelles de 7ème année et de 9ème année.

Le présent marché est conclu dans cadre de la mise en œuvre de la politique nationale du manuel scolaire et du matériel didactique dont l’un des objectifs est de doter, d’ici 2008, chaque élève du second cycle de l’enseignement fondamental d’un manuel de langue, d’un manuel de mathématiques, d’un manuel de sciences physiques et d’un manuel de sciences naturelles.

Le marché porte sur la fourniture de 160 840 manuels de sciences naturelles de 7ème année et de 119 740 manuels de sciences naturelles de 9ème année.

Il est attribué aux Editions ASSELAR pour un montant de 1 milliard 782 millions de FCFA environ et un délai de livraison de 60 jours.

Le financement est assuré par le Budget National.

L’acquisition et la mise à la disposition des élèves de ces manuels répondent au souci de développer et de rendre plus performant notre système éducatif.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’EQUIPEMENT ET DES TRANSPORTS :

Le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret modifiant le décret du 06 août 2003 fixant l’organisation et les modalités de fonctionnement de la Cellule des Travaux Routiers d’Urgence (CETRU) et un projet de décret déterminant le cadre organique de ladite cellule.

La Cellule des Travaux Routiers d’Urgence a été créée en 2003, dans le cadre de la nouvelle politique d’entretien des infrastructures routières. La Cellule a pour missions l’exécution des travaux d’aménagement sommaire nécessaire pour l’utilisation de site de desserte d’urgence, la réparation des dommages causés aux routes et aux ouvrages d’art par les intempéries et les calamités et l’exécution des travaux d’entretien routier dans les zones géographiques où l’entretien du réseau routier n’est pas assuré par les entreprises privées.

Il est à noter à l’actif de la CETRU, entre autres, les réalisations ci-après : la construction des ponts de Boron (Banamba) et de Tahaka (Gao), la réparation des dégâts d’hivernage survenus sur les routes Ansongo-Labbézanga et Kangaba-Dioulafoundou, l’entretien de la route Bamako-Bougouni à l’occasion du 22 septembre 2005, de la route Bamako-Ségou à l’occasion de la Biennale artistique de 2005 et de certaines voies du District de Bamako lors du sommet Afrique-France.

Cependant, la CETRU est handicapée dans l’accomplissement de ses missions par le fait de sa centralisation dans la capitale.

L’adoption des présents projets de décrets a pour objet de renforcer les capacités d’intervention de la CETRU par la création de deux antennes pour assurer une couverture efficiente du territoire national. Il s’agit de :

-  l’antenne de Kayes pour la région de Kayes ;

-  l’antenne de Douentza pour les régions de Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal.

AU CHAPITRE DES COMMUNICATIONS ECRITES :

AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE :

Le Conseil des Ministres a examiné une communication relative au Cadre Stratégique de Lutte contre le VIH / SIDA 2006-2010.

Depuis l’identification du premier cas de SIDA en 1987, notre pays a initié et mis en œuvre des mesures de lutte contre le fléau du VIH / SIDA.

C’est ainsi qu’après trois plans à court et moyen termes qui ont été exécutés de 1987 à 1998, il a été élaboré un plan stratégique national de lutte contre le VIH / SIDA pour la période 2001-2005, actuellement en fin de mise en œuvre.

Au cours de cette période, des reformes importantes marquées par l’engagement des autorités au plus niveau ont été entreprises.

Il s’agit notamment de :

1) l’adoption par le Gouvernement d’une déclaration de politique de lutte contre le VIH / SIDA en avril 2004 dans laquelle il est affirmé que le SIDA n’est pas seulement une maladie, il est devenu un important problème de développement, voire un fléau national dont la gestion devient une mission nationale hautement prioritaire et d’une grande portée stratégique pour notre pays ;

2) la relecture des textes relatifs au Haut Conseil National de Lutte contre le SIDA qui s’est traduite par une redéfinition de ses missions, la modification de sa composition et la création en son sein d’un Secrétariat Exécutif chargé de la coordination multisectorielle, de la mise en œuvre et du suivi-évaluation de la politique nationale ;

3) la prise en charge gratuite des traitements contre la maladie. A ce titre, plus de 6 200 malades ont bénéficié de traitement au 31 décembre 2005.

En dépit des actions engagées et des résultats enregistrés avec l’appui de la société civile, le fléau du VIH / SIDA continue de peser sur notre pays.

Certes, le taux de prévalence était de 1,7% en 2001 mais la recherche et la surveillance indiquent des tendances qui demandent un renforcement des actions. En effet, il est constaté un accroissement de l’infection chez les femmes enceintes, une augmentation du taux de seroprévalence chez les groupes particulièrement à risques, une augmentation des demandes de prise en charge, une augmentation des cas de décès.

C’est pour assurer une meilleure réponse à la pandémie qu’il a été élaboré le Cadre Stratégique National de Lutte contre le VIH / SIDA couvrant la période 2006-2010.

Pour la période considérée, la lutte contre le VIH / SIDA se fonde sur une vision et une mission. La vision c’est-à-dire l’objectif global est de renverser les tendances de la propagation de la maladie dans la population afin d’atténuer son impact sur le développement social et culturel durable.

La mission sera d’assurer, dans un cadre multisectoriel de réponse, l’intensification et l’extension massives des programmes et interventions favorisant la prévention de la maladie, les soins, le traitement et le soutien des personnes, des familles et des communautés infectées ou affectées.

Aussi, le document de Cadre Stratégique National dégage les principes directeurs ainsi que les axes stratégiques de la lutte contre le VIH / SIDA. Il détermine également les approches adoptées pour la mise en œuvre, le coût de la mise en œuvre et le mécanisme de suivi-évaluation.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’HABITAT ET DE L’URBANISME

Le Conseil des Ministres a examiné une communication relative au Projet de construction de 566 logements à Bamako.

La présente opération immobilière de construction de 566 logements s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la politique nationale de logement dont l’un des objectifs vise à satisfaire les besoins en logements des couches à revenus intermédiaires et faibles.

Les 566 logements seront réalisés par les promoteurs immobiliers IFA-BACO et la SEMA-SA, à raison de 160 logements en dalle par IFA-BACO dans le quartier de Sébéninkoro et de 406 logements en dalle par la SEMA-SA dans les quartiers de Yirimadio et Samé.

Les maisons seront acquises par l’Etat, à travers l’Office Malien de l’Habitat, puis cédées, sur 25 ans, aux requérants.

Le coût total des logements est de 8 milliards 938 millions de FCFA.

Les logements construits dans le cadre de cette opération, qui s’ajoutent au 3.500 logements sociaux sur lesquels 2 413 ont été déjà réalisés, vont contribuer à réduire le déficit de logement et à améliorer le cadre de vie dans nos cités.

Koulouba, le 26 mai 2006

Le Secrétaire Général du Gouvernement

Fousseyni Samaké

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009