Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | ACTUALITES

fontsizedown
fontsizeup
envoyer l'article par mail title=


COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 07 JUIN 2006

   

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le mercredi 07 juin 2006 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence de son Excellence Amadou Toumani TOURE, Président de la République.

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :

AU CHAPITRE DES MESURES LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES :

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES :

Le Conseil des Ministres a adopté :

1°) Un projet de décret portant approbation du marché relatif à l’exécution des travaux d’aménagement de 520 hectares à Siengo-extension et de réhabilitation de 700 hectares dans le casier de Niaro à l’Office du Niger.

Le présent marché est conclu dans le cadre de la mise en œuvre du programme global d’aménagement des terres et de réhabilitation des infrastructures hydrauliques en zone Office du Niger.

Il a pour objet d’une part l’aménagement de 520 hectares en maîtrise totale de l’eau à Siengo-extension et d’autre part la réhabilitation de 700 hectares du casier de Niaro.

Les travaux à exécuter comprennent notamment le débroussaillage, le décapage des emprises, la réalisation des cuvettes des canaux d’irrigation et de drainage, le planage de 520 hectares et la réalisation de tous les ouvrages de génie civil indispensables.

Le marché est attribué, suite à un appel d’offres international, à l’Entreprise COVEC-MALI pour un montant de 3 milliards 923 millions de FCFA environ et un délai d’exécution de 08 mois.

Le financement est assuré par la Banque Islamique de Développement (BID).

L’exécution des travaux va contribuer à accroître la production, à renforcer la sécurité alimentaire et à améliorer les conditions de vie des populations de la zone.

2°) Un projet de décret portant approbation du marché relatif aux travaux d’aménagement de 154 km de pistes rurales pour le compte du Projet de Développement Rural Intégré de Kita.

L’aménagement de pistes rurales est une des composantes du Projet de Développement Rural Intégré de Kita qui vise à promouvoir le développement du Cercle de Kita par l’intensification et la diversification de la production et le renforcement des organisations et des services de base en milieu rural.

Le présent marché qui est relatif à l’aménagement de 154 km de pistes rurales constitue le premier volet des travaux d’aménagement de 394 km de pistes rurales destinées à couvrir la zone du projet d’un réseau minimum, nécessaire au désenclavement.

Les 154 km de pistes seront réalisés sur le parcours Kita-Sèmè-Boulouli-Toukoto-Balinda-Kéniédifé.

Le marché est attribué, après appel d’offres international, à l’Entreprise CGC pour un montant de 2 milliards 725 millions de FCFA environ et un délai d’exécution de 18 mois.

Le financement est assuré par la Banque Islamique de Développement à hauteur de 88,73% et le Budget National pour 11,27%.

AU TITRE DU MINISTERE DES DOMAINES DE L’ETAT ET DES AFFAIRES FONCIERES :

Le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret portant affectation d’une parcelle de terrain au Ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales.

Par le présent projet de décret, les parcelles de terrain, objet des titres fonciers n°16 237, n°16 238 et n°16 239 sises à Banankoro dans le cercle de Kati, d’une superficie totale de 159 hectares, 43 ares et 88 centiares, sont affectées au Ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales.

Lesdites parcelles de terrain sont destinées à servir de zone de recasement dans le cadre du règlement des problèmes et litiges fonciers dans le District de Bamako.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’HABITAT ET DE L’URBANISME :

Le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret portant approbation du Schéma Directeur d’Urbanisme de la ville de Tombouctou et environs.

La ville de Tombouctou, cité historique et important centre religieux et culturel de renommée mondiale, est le chef-lieu de région, de cercle et de la commune urbaine de même nom. Elle est appelée à connaître une expansion importante au cours des prochaines années, se traduisant notamment par une augmentation de la population, un développement des activités socio-économiques et des besoins nouveaux en matière d’habitat, d’équipements collectifs et d’assainissement.

La population de la ville est passée de 17 250 habitants en 1976 à 48 230 habitants en 2005. Elle doit atteindre 59 955 habitants en 2015 et 74 530 habitants en 2025.

L’adoption du Schéma Directeur d’Urbanisme va permettre à la ville de Tombouctou, de disposer d’instruments de planification et de gestion de son développement sur les vingt prochaines années.

AU CHAPITRE DES COMMUNICATIONS ECRITES :

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES :

Le Conseil des Ministres a examiné une communication relative au plan d’opérationnalisation des conclusions issues de la rencontre du 30 mars 2006 du Président de la République avec les intervenants du secteur de la micro-finance.

La rencontre dont il s’agit, qui était la première du genre, à laquelle ont pris part le Premier ministre, certains membres du Gouvernement, des Ambassadeurs, des acteurs de la micro-finance et du secteur bancaire, les représentants des ONG, avait pour objectifs de procéder à un échange de vues et d’explorer les voies et moyens pouvant permettre d’accroître la contribution du secteur de la micro-finance à la réalisation de l’objectif de réduction de la pauvreté, notamment celle des femmes et des jeunes.

A titre de rappel, les institutions de la micro-finance gèrent plus de 50 milliards de FCFA avec plus de 700 000 sociétaires.

Les conclusions et propositions formulées à la suite des débats s’articulent autour de cinq axes majeurs, à savoir :

-  une meilleure insertion socio-économique des femmes et des jeunes à travers des programmes de micro-crédit ;

-  la réduction du coût de l’offre des services financiers, c’est-à-dire des taux d’intérêt, en faveur des femmes et des jeunes ;

-  l’intervention des systèmes financiers décentralisés sur toute l’étendue du territoire national ;

-  l’assainissement du secteur ;

-  et le renforcement des capacités financières des institutions de la micro-finance.

Le plan d’opérationnalisation, approuvé par le Conseil des Ministres, détermine les actions et mesures destinées à assurer la mise en œuvre et le suivi des conclusions et recommandations issues de la rencontre.

Une évaluation des actions mises en œuvre dans ce cadre doit avoir lieu en septembre 2006.

Koulouba, le 07 juin 2006

Le Secrétaire Général du Gouvernement

Fousseyni Samaké

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009