Fil RSS du site

Abonnez-vous à la lettre d’information de Koulouba
 

   
Contactez la rédaction
ACCUEIL | BREVES

11ème EDITION DU FORUM DE BAMAKO : L’entreprise africaine en question

   

Les lampions se sont éteints hier sur la 11ème Edition du Forum de Bamako qui rassemble chaque année, dans la capitale malienne, pendant trois jours, des centaines de personnalités issues des milieux politique, économique, universitaire, des chefs d’entreprises, hommes de médias, chercheurs, banquiers.
L’édition de 2011 qui s’est déroulée du 17 au 19 février avait pour thème : Quelles entreprises ? Quels entrepreneurs pour un développement durable de l’Afrique ?
La 11ème Edition du Forum de Bamako a été sanctionnée par une Déclaration que les participants ont remise au Président Amadou Toumani TOURE, hier, en début de soirée, au Palais de Koulouba à la faveur d’un cocktail.
Le document remis au Chef de l’Etat par M. Frédéric GRIVOT, Vice-président de la Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises de France (CGPME) répertorie certains secteurs pour la création d’entreprises qualifiés de porteurs. Il s’agit notamment de l’agriculture et de l’agro-industrie ; des TIC ; de l’énergie solaire ; des ressources naturelles (pétrole et mines) et des BTP.
En outre, la déclaration adresse le rôle des pouvoirs publics, des banques et établissements financiers et des entreprises elles mêmes dans le processus de création d’entreprises.
Aux pouvoirs publics, la déclaration recommande la poursuite des réformes déjà engagées dans plusieurs pays en vue :

-  D’assainir l’environnement des affaires et d’assurer la sécurité juridique des entreprises ;
-  D’élaborer et mettre en œuvre un programme d’investissement à long terme permettant de disposer des infrastructures et des équipements adéquats pour la création et le développement des entreprises en Afrique ;
-  De concevoir et mettre en œuvre des mesures fiscales incitatives pour la création des entreprises ;
-  De promouvoir les libertés individuelles et une culture démocratique à tous les niveaux.
Aux banques et établissements financiers, la déclaration recommande :

-  La diversification des produits financiers en rapport avec la typologie des entreprises ;
-  L’assouplissement des conditions d’accès au crédit ;
-  L’appui à la création d’entreprises et à leur suivi.
Enfin, aux entreprises et promoteurs d’entreprises, elle recommande :

-  La constitution d’un dossier de financement attrayant et convaincant ;
-  La recherche continue et l’efficience en matière de production et de commercialisation pour assurer la compétitivité durable des produits de l’entreprise.
Diarra Diakité

 
© Equipe de Développement du Site de Koulouba - 2009